Les meilleurs quartiers où loger à Kyoto

Ces derniers temps, trouver où dormir à Kyoto devient un réel challenge pour tout voyageur qui rêve de dénicher le meilleur logement par rapport à ses attentes. On l’écrit assez souvent et cela reste malheureusement toujours vrai : les hébergements kyotoïtes sont rapidement pris d’assaut pendant les fortes périodes touristiques du printemps et de l’automne ; mais aussi régulièrement réservés les week-end par les locaux en quête d’une pause dans cette belle cité impériale. Et au vu de l'accroissement touristique des dernières années, cela ne va pas en s'arrangeant.

De cette façon et pour ceux aiment prévoir, l’on recommande de réserver dès l’ouverture du calendrier de l’établissement, en moyenne 6 à 8 mois en avance. Il s’agit alors d’être capable de se projeter dans son planning des visites afin de choisir un quartier en adéquation avec ses déplacements et l’atmosphère recherchée.

Gare de Kyoto

Le centre névralgique des transports en commun à Kyoto reste naturellement sa gare principale JR située au sud du centre-ville, c’est-à-dire dans "downtown". La grande majorité des bus et métros partent et/ou arrivent par cette station. On peut également trouver plusieurs boutiques de location de vélos pour celles et ceux qui envisagent un tour de la ville selon leurs envies.

À découvrir également :

Prendre le bus à Kyoto : le guide

C’est, ainsi, la zone de résidence par excellence pour les voyageurs qui souhaitent à la fois découvrir la ville et ont aussi pensé Kyoto comme un point de rayonnement pour effectuer des visites dans les alentours avec le Japan Rail Pass : Nara, Osaka, Kobe, lac Biwa, Himeji, Uji, jusqu'à Hiroshima et Miyajima.

On s’oriente plutôt vers des hébergements modernes et classiques, hôtels et appartements, localisés dans un quartier citadin avec toutes les commodités pratiques. Sans être d’un charme fou, le quartier reste loin des alentours parfois mal famés d'une gare comme on peut les envisager en Occident.

L’entrée principale nord de la gare, appelée Karasuma, donne vers le centre-ville et s’avère donc bien plus vivante que la sortie sud Hachijo, quoi qu'en réhabilitation, directement reliée aux quais du Shinkansen.

Gion et le nord de Higashiyama

Les rues autour des métros Gion-shijo, Sanjo et Higashiyama proposent des habitations traditionnelles tout en étant dans l’un des cœurs touristiques de Kyoto, puisque non loin se dressent notamment les Kiyomizu-dera et Yasaka-jinja, ainsi que le parc Maruyama et Shoren-in.

Il s’agit de l’un des quartiers les plus prisés des touristes en quête de dépaysement et du charme d’antan. De nombreuses auberges japonaises ryokan y ont pignon sur rue, à prix abordables jusqu’à des gammes bien plus luxueuses.

On reste proche des transports, cependant l’ambiance en soirée se calme nettement à la tombée de la nuit et à la fermeture des temples et boutiques de souvenirs. Il est alors intéressant de privilégier les hébergements avec dîner inclus, ou de rendre au nord de l'avenue Shijo. Beaucoup de petits bars et autres échoppes longent le bord du canal ; attention tout de même pour les familles avec enfants, on y trouve aussi des bars à hôtesses.

Pontocho et la rive ouest de Kamo-gawa

Autre pivot de l’ancienne capitale impériale et adjacent à Gion par la rivière Kamo, le mini quartier de Pontocho remporte largement les faveurs des visiteurs pour son architecture intimiste et sa position centrale dans Kyoto. En résumé, il combine trois importants aspects : traditionnel, pratique et animé en soirée.

Si l’on continue depuis la station de Kawaramachi vers l’est, le long de l’avenue Shijo jusqu’à l’arrêt Karasuma, puis en remontant vers Oike et en allant jusqu’au château de Nijo, on délimite globalement l’hyper-centre actif kyotoïte. Le marché de Nishiki, les arcades Teramachi et Shinkyogoku, le grand magasin Daimaru… le shopping et les restaurants ouverts le soir sont à portée de pas.

Parallèlement et non loin de Kamo-gawa, l'avenue Kiyamachi est à découvrir en soirée pour son ambiance populaire et estudiantine. Il y a tout ce qu'il faut pour passer une bonne soirée voire rester jusqu'au petit matin, entre les restaurants, bars et boîtes de nuit. D'ailleurs, on l'oppose parfois à Pontocho qui s'avère à l'origine un quartier de nuit à l'atmosphère feutrée et réservé à une clientèle fortunée.

Pour les locataires d’appartements, on conseille de viser les adresses près des avenues et des supermarchés de produits frais, de type ceux de l’enseigne Fresco.

Le chemin de la philosophie

On s’éloigne du centre-ville pour rechercher plus de quiétude, mais toujours en se positionnant dans un endroit suffisamment touristique pour ainsi profiter de belles balades à pied. On descend le chemin de la philosophie en passant par le Ginkaku-ji jusqu’à Eikan-do au pied du mont Daimon-ji. Non loin, on rejoint le vaste sanctuaire Heian-jingu et le Musée d’art moderne de la ville.

Endroit fréquenté par les touristes en journée, le nord-est de Kyoto redevient résidentiel et quasiment endormi dès qu’il fait nuit. Peu de restaurants restent ouverts pour le dîner et il ne faut pas compter sur les bars ou autres échoppes ouvertes en soirée. Les voyageurs choisissent des établissements relativement haut de gamme qui offrent tout le confort sans avoir à ressortir le soir.

Arashiyama à Sagano

Pour les amateurs de Kyoto intra-muros, la magnifique et traditionnelle banlieue ouest se présente comme une bonne alternative pour y déposer ses bagages. Elle dévoile d’ailleurs un caractère mystique et étrangement calme au départ des visiteurs diurnes.

Le quartier d’Arashiyama recèle de trésors historiques et de sorties nature qui assurent de pouvoir profiter d’un maximum de visites sur place. Même si elle reste parfois peu pratique pour rallier rapidement le centre-ville, la zone est desservie par la ligne de train JR Sagano, évidemment incluse dans le forfait JR Pass, qui court directement jusqu'à la gare centrale en une quinzaine de minutes.

Et pour les expatriés ?

Il n’y a pas à proprement parler de quartier français à Kyoto, comme peut l'être celui de Kagurazaka à Tokyo. En revanche, on croise facilement des boulangeries et quelques restaurants inspirés bleu, blanc, rouge. De plus, la ville héberge la deuxième école française du Japon : le Lycée français de Kyoto (LFK). Il est situé à mi-chemin des stations est de Gojo, de la gare et l’hyper-centre. On peut également citer le Consulat général de France et l'Institut français du Japon qui résident dans le même bâtiment, non loin de Demachi-yanagi vers les avenues Higashi-oji et Ichijo-dori. Enfin tout à l'est vers la gare de Keage et cachée au pied des montagnes, la Villa Kujoyama héberge et expose de nombreux artistes français.

Demachi-yanagi et ses alentours nord

Le nord du centre-ville, avec Demachiyanagi au cœur, s’avère un bon compromis pour les expatriés sur le long-terme : tranquillité résidentielle, accessible facilement en train ou à vélo, proche de Kamo-gawa et des principales universités.

Des quartiers urbains, modernes et de classe moyenne se forment autour de la gare de Kitayama. Plus à l’est, on déniche Ichijoji, l’un des repères étudiants de la ville, notamment pour ses multiples restaurants de ramen, yakiniku et des bars au rapport qualité-prix attractif.

Le sud de Higashiyama

Cet arrondissement très touristique au nord attire aussi les résidents à l’année, dans ses contrées sud à partir de Shichijo, notamment pour sa proximité avec des temples et sanctuaires populaires comme le Sanjusangen-do et Tofuku-ji que l’on peut alors explorer sans passer par le centre souvent trop bondé de Kyoto.

La zone continue plus sud, au-delà de la ligne Shinkansen et jusqu’à l’arrondissement de Fushimi.

Uji

Ravissante ville à taille humaine, Uji plaît à ceux qui recherchent un quotidien paisible et ancré dans la culture japonaise traditionnelle. Elle constitue également une visite agréable avec des points forts comme le Byodo-in, ses maisons de thé, et autres petits temples aux alentours.

Sur le trajet jusqu’à Osaka

À une petite soixantaine de kilomètres au sud-ouest se dresse la capitale du Kansai : Osaka. Le trajet entre ces deux villes importantes est largement desservi par les transports car très fréquenté quotidiennement.

De cette façon, les expatriés qui ne veulent pas choisir entre ces deux aimants culturels, optent pour un point de chute près d’une gare comme Katsura et Nagaoka-tenjin sur Hankyu, ou encore Mukomachi, Nagaokakyo ou Takatsuki sur les lignes JR.

Article intéressant ?
4.6/5 (15 votes)

Informations pratiques

Comment s'y rendre

Trouvez un vol pour le Japon

Tarif

Retirez vos Yens sans frais avant de partir

Hébergement à Kyoto

Réservez votre hôtel via Booking ou Hotels.com

Accompagnement privé

Connexion internet

Restez connectés avec un Pocket Wifi au Japon

Assurance

Soyez couverts en cas d'accident

Pour aller plus loin

Bien préparer son voyage au Japon

Kanpai vous suggère également ces articles

Destinations associées