Shirakawago 3

Shirakawa-go

Les villages traditionnels aux toits de chaume

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Shirakawa-go est un ensemble de villages historiques japonais, situé dans la vallée de Shokawa au nord de la préfecture de Gifu dans la partie centrale de Honshu. Classées au patrimoine de l'Unesco, les maisons traditionnelles aux toits pentus de chaume de style gasshô-zukuri représentent l'attraction principale de cette zone accessible seulement en bus ou en voiture.

On emploie, sans doute par abus de langage, le nom de Shirakawa-go pour aborder dans son sens large le village historique niché au cœur des Alpes japonaises. La géographie de la région se veut toutefois un brin plus complexe :

  • Shirakawa est en effet une zone elle-même composée de plusieurs villages dont Ogimachi (le plus connu) et Hirase Onsen ;
  • on la rapproche souvent (à raison) de Gokayama qui s'article autour de villages plus petits comme ceux de Suganuma et Ainokura, situés à quelques kilomètres plus au nord, le long de la rivière Shogawa.

Entourés de montagnes, de rizières et de forêts à perte de vue, inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1995, ces hameaux accessibles uniquement par la route sont célèbres notamment pour leur architecture 合掌造り gasshô-zukuri : des habitations de style typique séculaire, au toit de chaume très incliné capable de supporter les habituelles fortes neiges hivernales.

Dans ces maisons historiques, les familles entières vivaient sur plusieurs niveaux, chauffées par des foyers placés au centre du rez-de-chaussée (aussi bien pour diffuser le chaleur que pour minimiser les risques d'incendies). Au dernier étage, sous les combles, on élevait des vers à soie. La paille couvrante doit être changée environ tous les vingt ans ; il arrive ainsi de croiser des artisans en pleine rénovation sur les toits pentus.

Ogimachi : le touristique village-vitrine de Shirakawago

Notre propre visite concerne plus particulièrement Ogimachi : bien entretenu, "complet" et très populaire (près d'un million et demie de visiteurs chaque année), il s'avère cependant le moins intimiste. Avec près de soixante gassho, il se montre en tout cas le plus fourni et la plupart d'entre elles servent désormais de restaurants, de minshuku (on compte ainsi vingt-cinq chambres d'hôte) voire de ryokan (quatorze hôtels 🏨 traditionnels).

La balade, très agréable, s'organise bien depuis la descente du bus au nord du village. Elle est réalisable entièrement à pied, mais quelques navettes de bus serpentent dans le village depuis son centre. La journée débute généralement par le point d'observation de Shiroyama, sur les restes du château 🏯 d'Ogimachi, qui offre ce fameux panorama "carte postale" (voir photo de une).

La visite des bâtisses traditionnelles de Shirakawa-go permet de découvrir aussi bien leur architecture spécifique que le quotidien historique de leurs habitants à travers des objets témoins. On citera Wada ou Nagase, mais celle qui devrait retenir votre attention en priorité est plutôt Myozen-ji, pour son magnifique (bien que très resserré) temple attenant. Plus loin, Minka-en se présente comme un véritable musée à ciel ouvert d'une vingtaine de maisons gassho-zukuri transférées expressément pour les protéger de la démolition.

Pour les amateurs d'animation japonaise en manque de pèlerinages seichi junrei, Ogimachi possède ici et là diverses références à l'animé Higurashi no naku koro ni qui se déroule dans le fictif village maudit de Hinamizawa, largement inspiré de Shirakawa-go.

Des illuminations hivernales magnifiques mais trop prisées

On notera enfin un impressionnant light-up hivernal, uniquement certains dimanches et lundis de début d'année : de magnifiques éclairages nocturnes qui mettent en valeur les importantes chutes de neige et leur blanc manteau, aussi bien sur les maisons qu'au sol. De plus en plus prisé ces dernières années, il donne même du fil à retordre à la municipalité qui a décidé à partir de l'édition 2019 de réduire l'accès au village pendant sa tenue. Ceux qui souhaitent s'y rendre doivent désormais réserver en avance leur venue quelque soit le moyen d'accès choisi. Ensuite, un système de loterie informe les heureux élus autorisés à rester une nuit sur place et/ou à admirer le point de vue nocturne de Shiroyama.

⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Shirakawa-go et autour.

Se préparer

Comment se rendre à Shirakawa-go ?

En bus (compagnie Nouhi, plusieurs départs chaque jour, réservation en anglais jusqu'à 1~2 mois à l'avance) :

  • Depuis Takayama : 50 minutes
  • Depuis Kanazawa : 1h15

Aucun accès possible en train !

Destination non accessible avec le JR Pass

S'y rendre en voiture de location ou avec la carte Suica

Assurance voyage

Assurance en cas d'accident

Évènements à Shirakawa-go

  • 25 octobre -- Grand exercice anti-incendie à Shirakawa-go

Connexion Internet

Restez connectés avec un Pocket Wifi au Japon

Informations

Sur place

Quand partir à Shirakawa-go ?

Compter une journée complète depuis Takayama ou Kanazawa

Il est toutefois possible d'y séjourner une nuit pour prolonger l'expérience

Comment dit-on Shirakawa-go en japonais ?

白川郷 (Shirakawagô, littéralement "le village à la rivière blanche")

Autre(s) nom(s) :

Hida Shirakawa-go

Horaires Shirakawa-go

Maisons généralement ouvertes de 9h à 17h avec jours de fermeture variables

Combien ça coûte ?

Bus : compter ~25,12€ à ~41,87€ aller-retour environ

Visite de la ville : gratuite

Maisons gassho-zukuri :

  • adultes : 300¥ (~2,51€)
  • enfants : 150¥ (~1,26€)

Musée Minka-en : 600¥ (~5,02€)

Retirez vos Yens sans frais

Que visiter à Shirakawa-go ?

Guides pratiques pour Shirakawa-go

Par Kanpai Dernière mise à jour le 13 décembre 2019 Shirakawa-go