Yoyogi 18

Tatouages au Japon

Le rapport complexe aux personnes tatouées

De nombreuses personnes en Occident sont tatouées et s'interrogent sur la possibilité d’un voyage ou d’une expatriation au Japon.

Plusieurs types de tatouages

De nos jours, on distingue deux types de tatouages, non par leur technique mais par leur design :

  • Le wabori (和彫り) de style japonais,
  • Et les autres yôbori (洋彫り) de style occidental.

Le tatouage traditionnel japonais est réalisé grâce à une aiguille fixée au bout d'un petit manche, que le tatoueur fait pénétrer rapidement sous la peau dans un mouvement manuel de va-et-vient. Cette technique reste plus douloureuse que la méthode occidentale "moderne" classique.

Une pratique toujours stigmatisée

Sur l'archipel nippon, le tatouage est traditionnellement lourd de sens et, encore aujourd'hui, fréquemment associé au monde des yakuza (la mafia japonaise). Au cours de l'époque Edo, on punissait d'ailleurs les criminels en les tatouant. Ils devinrent illégaux pendant l'ère Meiji, avec une loi en vigueur de 1872 à 1948.

D'iconographie japonaise ou non, même petits, discrets et sans aucun lien avec l'univers mafieux, ils sont donc très souvent interdits notamment dans :

  • Les sources thermales naturelles (onsen ♨️),
  • Les salles de sport, les piscines, et les parcs aquatiques,
  • Et même parfois dans certains hôtels 🏨 traditionnels (ryokan) quand leurs bains sont communs.

En général, aucune distinction n’est faite sur le type de motif encré et les touristes aussi peuvent se voir refuser l'entrée de bains communs, même en dissimulant le tatouage par un pansement.

Les établissements de bains publics sento sont beaucoup plus souples, et sous réserve de respecter les éventuelles consignes (couvrir la zone tatouée, venir à certains horaires, etc.), les personnes tatouées y seront bienvenues.

Ce sont des éléments à prendre en compte pour planifier au mieux vos visites et vos hébergements lors d'un séjour au Japon, quitte à réserver des bains privatifs pour éviter toute déconvenue.

Depuis juin 2015 toutefois, le gouvernement a initié une réflexion pour assouplir ces règles à destination des étrangers, dans le cadre de la croissance touristique attendue à l'horizon des Jeux Olympiques 🏅 de Tokyo 2020 (2021).

Aujourd'hui, le moyen le plus simple et sans risque pour admirer des tatouages traditionnels sur des yakuza est de participer au Sanja Matsuri, un festival shinto en plein-air, très couru des Japonais comme des étrangers (près de deux millions de visiteurs sur deux jours) qui se déroule au fameux Senso-ji d'Asakusa à Tokyo, chaque troisième week-end de mai.

⬇️ Ci-dessous, découvrez nos articles et destinations sur le sujet
Votre note sur Tatouages au Japon
4,62/5 (45 votes)