Kurashiki 3

Kurashiki

La petite Kyoto aux canaux

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Kurashiki est une ville japonaise de 476.000 habitants située dans la préfecture d'Okayama sur l'île de Honshu. Cœur historique traversé par le fleuve Takahashi et ses canaux, le quartier Bikan témoigne des heures glorieuses du Japon féodal et accueille aujourd'hui plusieurs musées d'art réputés.

Ancien port marchand spécialisé dans le commerce du riz, le bourg de Kurashiki a depuis longtemps amarré les bateaux aux quais pour laisser place à l'un des quartiers pittoresques les plus soignés de l'archipel.

Pendant la période Heian (794-1185), les lieux furent le terrain de guerres entre les familles Taira et Minamoto. Après avoir développé son fort potentiel de ville portuaire, le Shogunat Tokugawa en prit le contrôle à l'époque d'Edo (1600-1868). La restauration de Meiji (1868-1912) vit les entrepôts faire peau neuve en écho à la révolution industrielle de l'époque. La ville moderne de Kurashiki ne verra officiellement le jour qu'au 1er Avril 1928, pour être fusionnée en 2005 avec les villes de Mabi et Funao.

Si son histoire n'est pas aussi riche et fournie que les autres villes estampillées "traditionnelles" telles que Kyoto ou Nara, Kurashiki a toutefois bien des attraits architecturaux qui séduiront les touristes amateurs. La municipalité a travaillé pendant de nombreuses années pour que les fils électriques du centre-ville historique soient enterrés afin de recréer une ambiance médiévale et offrir une optimisation maximale de l'architecture des bâtiments. Autrefois au bord de la mer, elle abritait en son sein un nombre important d'entrepôts qui servaient à stocker principalement le riz et autres denrées alimentaires. Il existe encore aujourd'hui des rochers aux coins des maisons, qui servaient de protection pour éviter la destruction des façades par les cargaisons fraîchement arrivées.

Bikan : le quartier du centre

Le district de Bikan, très resserré, n'est pas seulement une superbe promenade à effectuer au bord de l'eau. En effet, on peut y trouver de véritables trésors pour les amoureux de galeries artistiques, tel que le musée des Beaux-Arts Ohara qui appartenait à la famille la plus fortunée de la ville. Édifié à l'image du Parthénon grec, il renferme de nombreuses collections occidentales d'artistes tel que Rodin ou Picasso.

Après avoir visité les vieilles bâtisses de marchands transformées en musées, il est fortement conseillé de faire un tour au musée d'art populaire de Kurashiki ou encore au musée du jouet traditionnel japonais. Connue au début du XXe siècle, l'ancienne fabrique de textile appelée aujourd'hui "Ivy Square" représente à merveille ce renouveau et cet effort de réutilisation d'anciens bâtiments. Les vieilles briques abritent aujourd'hui un hôtel 🏨 haut-de-gamme et un musée sur le coton.

Une des attractions majeures de la ville consiste en cette petite balade en bateau sur le canal de Kurashiki, pour s'imprégner sous un angle différent de l'atmosphère du Japon médiéval. On passe alors sous le petit pont fait d'une seule pierre à l'angle droit du chenal. Le tour en barque d'une vingtaine de minutes s'embellit au printemps, lorsque les cerisiers 🌸 en fleurs flottent au-dessus de l'eau. L'excursion reste malgré tout très touristique et oblige ses participants à revêtir un chapeau traditionnel afin de coller au décor de carte postale du quartier.

Pour clôturer les visites, les rues parallèles au canal apportent un caractère authentique supplémentaire. Plus calmes, elles permettent de flâner au milieu des vieilles maisons traditionnelles, ici non converties en magasins de souvenirs. Les voyageurs peuvent aussi faire une halte dans un ryokan, auberge japonaise, qui sied parfaitement à l'ambiance tranquille et un brin désuète de la cité.

La péninsule de Kojima

Au sud de Kurashiki, la péninsule de Kojima offre des vues imprenables sur la Mer Intérieure. L'ascension du Mont Washuzan permet d'admirer le grand pont de Seto, composé en réalité de six ouvrages dont trois suspendus, qui relie les îles Honshu et Shikoku depuis 1988 sur plus de neuf kilomètres.

D'autres points d'observations, des temples ainsi que le parc d'attractions 🎡 brésilien Washuzan Highland se découvrent au détour des sentiers de randonnée pédestre parfois escarpés dans cette étendue montagneuse. On plonge ainsi dans un tourisme de loisirs très japonais, centré sur le divertissement en famille et le bien-être.

La voiture 🚙 reste le seul moyen de transport réaliste pour sortir de la ville et retrouver un peu de nature, bien qu'il faille compter une heure de trajet environ. Les réseaux de bus ou train 🚅 n'étant pas assez efficaces, choisir un taxi s'avère coûteux ; mieux vaut envisager une excursion à Kojima si l'on dispose de son propre véhicule privé ou de location.

⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Kurashiki et autour.
Par Kanpai Dernière mise à jour le 26 février 2020 Kurashiki