Entrée du sanctuaire Kumano Hongu Taisha sur la route 168 à Tanabe (Wakayama)

Kumano Kodo

Les anciens chemins de pèlerinage des Monts Kii

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Kumano Kodo est un ancien réseau de routes sacrées situé dans les Monts Kii, au sud d'Osaka dans le Kansai. Au cœur des forêts de montagne ou bien le long de la côte Pacifique, ces différents chemins de pèlerinage traversent les préfectures de Mie, Nara et Wakayama, pour aboutir à la visite de la zone Kumano Sanzan et au culte des trois grands sanctuaires shinto associés.

Kumano Kodo désigne les anciens chemins de pèlerinage qui sillonnent la péninsule de Kii :

  • Kumano (熊野) est l'ancien nom donné à la péninsule de Kii ;
  • Kodo (古道) signifie littéralement "les anciennes routes".

Cette région escarpée et couverte de forêts luxuriantes est considérée depuis toujours par les Japonais comme une porte d'entrée sacrée vers l'univers caché et immatériel des kami, les divinités shinto à l'origine même de la fondation de la civilisation japonaise.

La péninsule de Kii demeure ainsi un site de formation spirituelle pour les prêtres shinto ainsi qu'un lieu de culte pour les fidèles, toutes classes sociales confondues. Souvent associé au chemin de pèlerinage de Saint–Jacques-de-Compostelle, Kumano Kodo est également inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2004, sous l'appellation "Sites sacrés et Chemins de pèlerinage dans les montagnes de Kii", aux côtés de Koya-san et du Mont Yoshino. Ces trois sites sacrés et complémentaires sont interconnectés par différents chemins et peuvent ainsi se visiter successivement sur plusieurs jours.

La randonnée pédestre fait donc partie intégrante du pèlerinage de Kumano et permet d'expérimenter l'incroyable Japon ancestral, aux croyances et aux pratiques mystiques toujours bien vivantes.

Aux confins de la création du Japon

Le site de Kumano est directement lié aux mythes de la création du Japon et cité dans le Kojiki, l'une des plus anciennes compilations officielles qui retrace la formation de l'archipel nippon.

La légende raconte que le premier Empereur du Japon baptisé Jimmu (ou Jinmu), fils de la divinité du soleil Amaterasu, avait lancé une expédition militaire pour gouverner le Japon. Comme il ne parvenait pas à gagner, il reçut du corbeau à trois pattes Yatagarasu, messager du soleil et symbole de Kumano, une invitation de la part de sa mère à venir la rejoindre dans les mont Kii. À la suite de ce court séjour, la légion emmenée par Jimmu remporte la bataille et fonde ainsi les bases de la future nation japonaise.

Kumano Hayatama Taisha, l'un des trois sanctuaires sacrés de Kumano Kodo à Shingu (Wakayama)

Quels sont ces anciens chemins de pèlerinage de Kumano ?

On compte quatre chemins principaux et deux itinéraires supplémentaires pour rejoindre la zone sacrée de Kumano Sanzan, qui regroupe les trois grands sanctuaires Hongu Taisha, Hayatama Taisha et Nachi Taisha :

  • Nakahechi (中辺路) est le sentier le plus populaire et le plus facile à parcourir, quel que soit le niveau sportif des randonneurs. Il part de la ville de Tanabe (dont la gare est accessible directement depuis Osaka) jusqu'à Kumano Sanzan. Empruntée depuis le Xe siècle par la famille impériale, la route est parsemée d'auberges traditionnelles minshuku et se montre idéale pour un circuit de quelques jours dans la préfecture de Wakayama.

Appartenant à Nakahechi, on recommande notamment la courte randonnée Dainichi-goe qui permet de rejoindre le village de Yunomine Onsen ♨️ depuis Kumano Hongu Taisha en moins de deux heures. Après la visite du sanctuaire, on arrive facilement à pied sur le site de Oyunohara et son imposant Torii ⛩️. Puis on longe le banc de sable blanc de la rivière Otonashi, pour ensuite se diriger vers la forêt et commencer l'ascension par un vieil escalier en pierre.

Les randonneurs croisent le long de l'itinéraire de 3,5 kilomètres deux monuments qui permettent de s'assurer que l'on est sur la bonne voie : le petit sanctuaire de pierre Tsukimigaoka-jinja, caché entre deux cèdres, ainsi que Hanakake Jizo, dédié à la protection des enfants et gravé dans la roche.

Par ailleurs, les marcheurs peuvent également faire des pauses pour prier dans l'un des nombreux sanctuaires secondaires Oji, présents aux abords des sentiers de Kumano Kodo. On y trouve parfois des offrandes comme des coupes de saké, des biscuits ou encore des fruits qui sont des dons de randonneurs en échange de leur protection pendant le pèlerinage.

  • Ohechi (大辺路) est une route qui longe la côte maritime et offre un panorama magnifique sur l’océan Pacifique entre Tanabe et Kumano Nachi Taisha.
  • Kohechi (小辺路) traverse la péninsule de Kii et permet notamment de rejoindre Kumano via le Mont Koya. Cet itinéraire s’étend sur près de 70 km dans des zones naturelles assez isolées et demande donc une bonne préparation de la part de randonneurs avertis.
  • Iseji (伊勢路), comme son nom l'indique, est un chemin qui connecte Kumano Sanzan au sanctuaire d’Ise situé dans la préfecture de Mie. Ce circuit présente la particularité d’offrir des jolis paysages très différents en passant par la plage, la montagne et la forêt de bambous.
  • Omine Okugake (大峰奥駈道) est une longue route d'environ 170 km qui relie Omine à Yoshino ainsi que Kumano Hongu Taisha. Ce parcours, réservé aux marcheurs expérimentés, longe une crête montagneuse à plus de 1.000 mètres d'altitude et est utilisé dans la pratique ascétique du Shugendo.
  • Kiiji (紀伊路) est un itinéraire plus moderne qui suit la côte ouest de la péninsule, d'Osaka à Tanabe. Ce chemin n'est pas inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco.

Panneaux indicatifs sur la randonnée Dainichi-goe, route de la Kumano Kodo à Tanabe (Wakayama)

Faire la randonnée de la Kumano Kodo

Quand partir ?

Les meilleures périodes pour faire la randonnée Kumano Kodo sont :

En hiver, les sentiers ne se montrent pas suffisamment entretenus pour une marche en toute sécurité. En juin ainsi qu'en septembre, on conseille d'éviter la saison des pluies ☔️ et des typhons 🌀.

Plus les températures se rafraîchissent, plus l'on apprécie l'expérience des bains chauds onsen de la région.

Quels moyens de transport privilégier ?

On atteint facilement le sud de la préfecture de Wakayama en train 🚅 :

  • depuis l'ouest et Osaka, des gares Shin-Osaka ou Tennoji jusqu’à Kii-Tanabe ;
  • depuis l'est et Ise, des gares Matsusaka ou Taki jusqu’à Shingu ou Kii-Katsuura.

Ensuite, pour visiter les trois sanctuaires Kumano Sanzan, les sentiers de randonnée pédestre sont plutôt bien balisés, avec des panneaux en japonais mais également en anglais. Pour les moins audacieux, il est possible de faire la route en bus au lieu de marcher. Cependant, il faut faire très attention aux horaires et à la fréquentation : peu de lignes locales circulent et il faut compter entre une demi-heure et parfois presque deux heures selon la destination. Effectués sur des petites routes de montagne en lacets, les trajets semblent longs et les bus peuvent avoir quelques minutes de retard, ce qui est rare au Japon.

La solution d'une voiture 🚙 de location peut s'avérer ici une très bonne alternative. Michi-no-Eki se montre une aire de repos réputée sur la route qui mène jusqu'au Kumano Hongu Taisha.

Combien de temps y consacrer ?

Pour profiter d'une belle expérience à Kumano, on conseille de prévoir un minimum de trois jours sur place pour se donner le temps de la marche spirituelle et de la visite de triptyque de Kumano Sanzan. Il faut savoir que les trois sanctuaires ne sont pas situés proches les uns des autres, mais à plusieurs dizaines de kilomètres chacun.

En moyenne, on compte ainsi une dizaine d'heures de marche entre deux sites principaux, et d'une demi-heure à deux heures de randonnée pour les portions les plus courtes, comme la montée Daimon-zaka via un pittoresque escalier de pierre au cœur d'une forêt de cèdres centenaires.

Pour celles et ceux qui souhaitent réaliser la totalité d'un des chemins de pèlerinage, il est recommandé de planifier cette randonnée complète sur une bonne semaine avec une halte chaque soir dans une auberge différente.

Quel(s) sentier(s) choisir ?

Les chemins et les distances à parcourir sont à choisir selon les capacités sportives de chacun. On retient deux routes à la difficulté correcte, bien aménagées et desservies, qui conviennent ainsi à la majorité des touristes randonneurs :

  • le sentier Nakahechi offre une merveilleuse immersion dans les montagnes de Kii ;
  • l'itinéraire Hohechi propose des panoramas marins à couper le souffle.

L’Office du Tourisme régional se montre très efficace et renseigne bien les randonneurs en japonais et en anglais, depuis leurs bureaux physiques ou via leur site Internet pratique et régulièrement mis à jour. On conseille d'ailleurs de se renseigner systématiquement auprès d'eux avant chaque randonnée, afin d'avoir leur avis sur la météo et la qualité des sentiers que l'on souhaite emprunter.

Quels équipements à prévoir ?

Voici une liste non-exhaustive des équipements que l'on recommande d'emporter avec soi pour la randonnée de Kumano Kodo :

  • une paire de bonnes chaussures de marche, si possible montantes pour bien maintenir les chevilles ;
  • des vêtements adaptés à la randonnée et à la météo changeante (coupe-vent, imperméable, polaire ou respirant) ;
  • une bouteille d'eau, au minimum un litre par personne et par jour, ainsi qu’un petit encas pour la route ;
  • une trousse de premiers secours, notamment en cas de morsure ou de piqûre. La péninsule abrite de nombreuses petites bêtes dont des espèces venimeuses comme des mille-pattes géants, des frelons asiatiques ou encore la petite vipère Mamushi reconnaissable à sa tête triangulaire ;
  • de l'argent en espèces et en quantité suffisante pour le temps de séjour dans la zone Kumano Sanzan. En effet, sur place il n'y a que très peu voire aucun moyen de retirer des billets, même dans les petits villages ;
  • un Pocket Wifi 📶 est un plus qui apporte un certain confort. Bien que dans certaines zones en altitude le réseau peut s'avérer faible, cet appareil permet d’avoir en continu un accès au GPS et à Internet, bien pratique pour consulter la météo et se renseigner à l'avance sur d’éventuels passages de bus.

Yunomine Onsen sur la route de la Kumano Kodo à Tanabe (Wakayama)

Où dormir ?

Plusieurs choix s’offrent aux visiteurs et aux pèlerins pour loger dans la région de Kumano. Tout d’abord, on citera les grands points de chute que sont les villes d'entrée équipées de complexes hôteliers classiques, comme Tanabe ou Shirahama à l'ouest et Shingu à l'est. Mais cela revient à faire de longs trajets tous les jours pour visiter les sites spirituels.

Le mieux est plutôt de dormir toutes les nuits ou une nuit sur deux dans différents hébergements le long de son itinéraire. Si l’on voyage avec des valises, l’utilisation des services de transfert de bagages Takkyubin est fortement recommandé, afin de n'emporter en journée que le strict nécessaire pour la marche.

Selon les budgets, on choisira entre une auberge familiale minshuku pour un tarif moyen par nuitée de 5.000¥ (~40,95€) jusqu'à une auberge traditionnelle plus luxueuse de type ryokan à 20.000¥ (~163,81€) en moyenne.

Au cœur des montagnes, on découvre les stations thermales de Yunomine et Kawayu Onsen où l'on profite des bains chauds onsen privés et en commun directement dans la rivière. Avec un point de vue sur la mer, la petite ville de Nachikatsuura possède quelques sympathiques établissements avec bain ouvert sur la baie.

Les chemins de pèlerinage de Kumano Kodo permettent de découvrir un Japon authentique et loin de la foule touristique, où les légendes populaires et les sanctuaires sacrés se mêlent à une nature luxuriante.

⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Kumano Kodo et autour.
Par Kanpai Dernière mise à jour le 25 juin 2020 Kumano Kodo