Oji (Tokyo), parc Otonashi Shinsui Koen et floraison des cerisiers japonais

Oji

Le quartier nature au nord de Tokyo

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Oji est un quartier de l’arrondissement de Kita situé au nord de Tokyo. Zone verte et résidentielle, elle illustre fièrement la facette à taille humaine de la capitale japonaise, où il fait bon vivre au quotidien. La découverte du quartier d'Oji s'adresse aux voyageurs en quête de visites tokyoïtes alternatives.

À quelques stations de train au nord de Ueno et de Nippori, on part à la découverte du quartier d’Oji, peu connu des touristes qui visitent Tokyo. Pourtant, la réputation d'Oji commence dès la période Edo (1603 - 1868) où les habitants de la capitale féodale apprécient le cadre verdoyant de cette campagne. En effet, les berges bucoliques de la rivière Shakujii-gawa présentent un charme champêtre qui tranche avec les douves fortifiées du château 🏯 d'Edo. Le quartier devient ainsi une source d'inspiration artistique, notamment pour le célèbre peintre d’estampes ukiyo-e Utagawa Hiroshige (1797 - 1858) qui immortalise certains paysages typiques d'Oji autour de la rivière devenue sa muse locale.

Quelques années plus tard, en 1883, Oji profite de l'inauguration de sa gare ferroviaire pour se développer sur le plan économique et accueillir sur son sol des industries dans divers domaines, dont l'imprimerie et la chimie. Cette banlieue nord de Tokyo compte ainsi parmi les meilleures zones industrielles aux portes de la ville.

Le quartier d'Oji s'affiche désormais comme un lieu résidentiel de choix pour une population tokyoïte qui recherche un cadre de vie nature et à taille humaine tout en étant idéalement situé : proche des axes routiers et ferroviaires qui desservent le centre de la capitale et la préfecture de Saitama.

Oji (Tokyo), vue sur la gare et le parc Asukayama depuis l'observatoire Hokutopia

Promenade entre parcs et rivière

Dès la sortie de la gare d'Oji, desservie par le train JR, le métro 🚇 et le tramway Toden Arakawa, on trouve les parcs Asukayama (飛鳥山公園) et Otonashi Shinsui Koen (音無親水公園) qui sont emblématiques du quartier. Le premier, dressé sur une colline, devient à chaque printemps une adresse favorite pour célébrer ohanami, sous le millier de cerisiers 🌸 en fleurs plantés par le shogun Yoshimune Tokugawa (1684 - 1751) au début du XVIIIe siècle.

Plus petit, Otonashi Shinsui Koen (Otonashi Water Park en anglais) est aménagé autour de l’ancien lit de la rivière Shakujii-gawa, juqu'au bord duquel on descend avec des escaliers. On y trouve des reproductions d'époque telles qu'un pont japonais typique et une roue à eau en bois. Le parc urbain propose aux visiteurs un petit havre de fraîcheur intemporel et idéal pique-niquer et se détendre.

Oji (Tokyo), porte Torii du sanctuaire Oji-jinja

Visite des 2 sanctuaires d'Oji

Deux enceintes shinto, distantes d'à peine 300 mètres l'une de l'autre, sont à visiter lorsque l'on se trouve dans le quartier. Tout d'abord, on reconnaît la haute porte torii ⛩️ d'Oji-jinja (王子神社) qui appartient aux 10 sanctuaires les plus importants de la capitale, baptisés Tokyo-jissha. Fondé vers 1321, ses origines remonteraient donc à la fin de l'époque Kamakura (1185 - 1333).

De style architectural ishi-no-ma-zukuri, le pavillon principal héberge les divinités féminines Izanami no Mikoto et Amaterasu Omikami qui veillent ici aux mariages heureux et aux bonnes relations de couple. Le site abrite également un vénérable arbre ginkgo biloba âgé de près de 600 ans. Au mois d’août, Oji-jinja organise ses célèbres spectacles de danse dengakumai, ainsi qu'une procession de sanctuaires portatifs mikoshi dans les rues du quartier.

Très populaire auprès des locaux, le 2ème sanctuaire baptisé Oji Inari-jinja (王子稲荷神社) a élu domicile en plein cœur résidentiel, à flanc d'une colline boisée. Derrière le charmant pavillon principal vermillon, on se fraie un chemin via des petits tunnels de torii et des escaliers escarpés pour découvrir les bâtiments secondaires. À noter que l'enceinte spirituelle abrite également une école maternelle, ainsi la porte principale est fermée durant les heures d’ouverture de l’école et il est nécessaire de passer par une entrée secondaire.

Tout au long de la visite, on est entourés par des représentations du renard 🦊 kitsune, l'animal messager divin du kami Inari, protecteur des récoltes et des bonnes affaires. La nuit du 31 décembre, pour le passage du Nouvel An, on recommande d'assister au matsuri Oji Kitsune no Gyoretsu (王子狐の行列), une envoûtante parade nocturne du dieu-renard.

Oji (Tokyo), statue de renard Kitsune au sanctuaire Oji Inari-jinja

Les rues autour de la gare hébergent une quantité de restaurants, de bars traditionnels izakaya ainsi qu'une allée commerçante couverte shotengai, une salle de jeux et un batting center pour frapper des balles de baseball. Pour les amateurs de ramen 🍜, on recommande de tester les nouilles du Chuka Soba-ya Ito, un petit restaurant d'une douzaine de places réputé pour son bouillon unique de couleur clair, aux saveurs de poulet et de sardines niboshi.

Non loin, on peut terminer la balade par l'observatoire de la tour Hokutopia pour une vue en hauteur sur le quartier d'Oji et ses nombreuses voies ferrées, dont celle sur laquelle circule le Shinkansen 🚅 qui file vers le Tohoku.

⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Oji et autour.
Par Kanpai Mis à jour le 18 mars 2022