Shoren-in (Kyoto), Visiteuses en kimono traditionnel

Shoren-in

Lotus et camphriers au cœur de Higashiyama

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Shoren-in est un temple bouddhiste de l’école Tendai situé au pied du Mont Awata dans Higashiyama, partie est de Kyoto au Japon. Le "temple du lotus bleu" est d'abord reconnu pour ses camphriers monumentaux et séculaires. Leur présence donne le ton d’un lieu calme et serein, une pause bienvenue après avoir bravé la rue Shijo.

Il existe encore certains temples qui sont passés à travers les mailles des touristes en groupe. À l'origine partie du temple Enryaku-ji du Mont Hiei, le Shoren-in doit son appellation à son illustre aîné et plus particulièrement au nom des locaux utilisés pour accueillir les grands maîtres de la secte Tendai. Saicho, ancien prêtre du Hiei-zan et père fondateur de Tendai, est souvent présenté comme l’instigateur de la construction du temple. Toutefois, il faut se projeter quelques années plus tard, en 1150, pour trouver son bâtisseur officiel.

Shoren-in (Kyoto), Prunier en fleurs 3

Un des cinq temples Monzeki

L’empereur retiré Toba, lui-même moine au temple Enryaku-ji, portait en grande estime le moine Gyogen, et décida de mettre son septième fils Kakukai sous la tutelle de Gyogen. Entre temps, il leur fit construire une résidence à Kyoto à l’image de sa propre villa impériale et la nomma Shoren-in.

Gyogen devint le premier chef-moine du temple, et après avoir déménagé les locaux sur ses terres actuelles, sa succession fut reprise par le prince Kakukai en tant que chef-moine de la secte Tendai. Le temple fut alors gratifié du titre de Monzeki car c'était un des cinq grands temples de la secte gérés par les membres de la famille impériale.

Au XIVe siècle, c'est le moine Son’en, fils de l’empereur Fushimi, qui grandit davantage l'importance du Shoren-in en créant le style de calligraphie éponyme, devenant par la suite le style d'écriture des documents officiels du gouvernement.

Shoren-in (Kyoto), Portes fusuma rénovées par Ki-Yan 2

La continuité d’œuvres traditionnelles

Ce monument de l'histoire kyotoïte n’a malheureusement pas pu, comme bien d'autres avant lui, échapper aux feux de la guerre civile d'Onin (1467 - 1477). Après s’être vu reconstruire à de nombreuses reprises et perdre du terrain au profit de son voisin le Chion-in, un dernier incendie en septembre 1893 le met à bas. Au milieu de l'ère Meiji (1868 - 1912), la version actuelle des bâtiments voit le jour et ils abritent aujourd'hui encore les nombreuses œuvres conservées, dont une peinture de "Fudo Bleu" (Acala) considérée comme l'une des trois divinités les plus importantes du Japon.

Au-delà de son intérieur feutré et ses jardins magnifiques à contempler depuis la terrasse, la particularité moderne du Shoren-in réside dans les fusuma. Ces portes coulissantes, si chères au peuple japonais, ont en l'occurrence été rénovées et ornées par l'artiste contemporain Kimura Hideki, connu sous le nom de Ki-Yan.

⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Shoren-in et autour.
Par Kanpai Updated on 25 février 2021 Shoren-in