Temple Chion-in à Kyoto, Porte Shingenkan

Chion-in

Le monumental temple dans les collines

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Chion-in est un temple bouddhiste situé tout près du parc Maruyama sur les hauteurs du quartier de Higashiyama, au sud-est de Kyoto. Aux origines de l’école du bouddhisme japonais Jodo (courant de la Terre Pure), il est en actuellement le temple principal et abrite les reliques de Hônen, le moine fondateur de la secte.

Situé tout près du parc Maruyama et du quartier de Gion, le Chion-in est bâti sur les hauteurs du quartier de Higashiyama à Kyoto. Ce monastère est aussi le temple principal de la secte bouddhique Jodo-shu (ou "secte de la Terre pure") qui est l’une des plus populaires au Japon.

Temple principal de la secte Jodo

Hônen (1133 - 1212), le fondateur de la secte, a passé de nombreuses années dans cette partie de la montagne, qui est devenue le cœur du développement de Jodo-shu à la fin de l’époque de Heian. En 1234, Genchi, un de ses disciples, y construit le premier temple pour honorer sa mémoire. Les cendres de Hônen sont déposées au sein du mausolée Gobyô-dô, près de la grande cloche du monastère, dont les 74 tonnes en font la plus lourde de tout le Japon.

Tout comme de nombreux bâtiments de cette époque, une grand partie des édifices de Chion-in fut détruite lors d’une succession de guerres civiles opposant shogunat et seigneurs locaux daimyo, de la guerre d’Onin (1467 - 1477) à l’époque Sengoku vers la fin du XVIe siècle. Le monastère tel que nous le connaissons aujourd’hui a été depuis reconstruit par le Shogun Tokugawa Iemitsu au XVIIe siècle.

Temple Chion-in à Kyoto, Mausolée Gobyo-do avant rénovation

Des édifices impressionnants

Bâti en hauteur, une multitude de petits escaliers font la liaison entre les différents niveaux du complexe ; il est donc conseillé d’avoir le genou solide ! La porte d’entrée Sanmon se présente déjà, à elle seule, comme un monument. De dimensions colossales (24 mètres de haut pour 50 de large), il s’agit de la plus grosse structure en bois de ce type encore existante dans le pays. Une fois la porte passée, des escaliers mènent aux bâtiments centraux. Le cœur du Chion-in donne alors sur une place ouverte qui connecte les différents pavillons au centre.

Le gigantesque pavillon principal Mieido, désigné Trésor National et rénové entre 2011 et 2020 pour le 800e anniversaire de la mort de Hônen abrite une statue de ce dernier. Une statue d’Amida, le Bouddha le plus important pour la secte Jodo, lui répond au sein du hall Amidado.

Temple Chion-in à Kyoto, Détail de la décoration architecturale

Visite pittoresque

L’endroit fourmille de détails donnant du relief à la visite, comme les tuiles en bordure des toitures sculptées des trois feuilles de rose trémière, l’emblème de la famille Tokugawa. Le monastère est également réputé pour ses Nana Fushigi (Sept "Merveilles" ou "Mystères"), un ensemble d’objets ou d’œuvres d’art associés à des légendes et des valeurs bouddhistes disséminés dans l’enceinte et que l’on peut s’amuser à chercher. Le plus remarquable étant le "plancher rossignol" du Oohojo, similaire à celui du château 🏯 de Nijo, qui grince au moindre pas prévenant ainsi de toute intrusion.

Le Chion-ji dispose également de jardins intéressants :

  • Yuzen-en, à droite de la porte Sanmon, qui associe nature foisonnante de Higashiyama et jardin sec karesansui. On peut y admirer sakura 🌸 au printemps et momiji 🍁 en automne.
  • Hojo-teien, classé Lieu de Beauté Scénique, est un joli jardin d’eau bordant les quartiers résidentiels des religieux Oohojo et Kohojo.

Le Chion-in est un temple à ne pas manquer du fait de ses dimensions extraordinaires. Il est également plus que conseillé de le visiter lors des sessions de nuit, au printemps et en été pour profiter des ses éclairages sur les floraisons saisonnières qui donnent un visage nouveau à tout le site.

⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Chion-in et autour.
Par Kanpai Mis à jour le 21 janvier 2022 Chion-in