Les meilleurs quartiers où loger à Tokyo

La capitale tentaculaire peut faire douter les futurs voyageurs et expatriés concernant le lieu de leur hébergement. En effet quasiment tous les quartiers de Tokyo présentent un intérêt, qu’il soit pratique, culturel ou financier. La meilleure façon de choisir reste donc de connaître les particularités de chacun des principaux secteurs afin de décider en fonction de ses besoins et moyens.

Parmi les critères de sélection, celui des transports en commun reste évidemment majeur, sans pour autant s'avérer exclusif. Ainsi, l’on conseille pour les premiers séjours à Tokyo de privilégier des hébergements situés non loin d’une station de la Yamanote, ligne de train circulaire qui dessert la majorité des attractions touristiques de la capitale. Gratuite avec le Japan Rail Pass, elle est également une des lignes les plus bondées de l’archipel, en particulier aux heures de pointe. En complément on empruntera le métro qui, avec ses treize lignes principales, quadrille la ville en souterrain. L’efficacité japonaise rend les trajets sûrs et rapides tant que l’on arrive à bien s’orienter dans les gares parfois immenses.

À découvrir également :

Guide du train et métro à Tokyo

Asakusa, Ueno et Yanaka

Le nord-est tokyoïte est souvent cité par les primo-touristes comme leur pied à terre préféré. Estampillées populaires et traditionnelles, ces zones se caractérisent par leur aspect historique en comparaison avec des districts plus modernes. Très animées le jour, elles s’apaisent en soirée à la fermeture des temples et des magasins.

Ueno et Yanaka (via Nippori) sont idéalement accessibles sur la Yamanote lorsqu’Asakusa, plus à l’est, se rejoint uniquement en métro. La gare d'Ueno accueille de nombreuses lignes de train dont les Shinkansen reliant le nord (Aomori) et le nord-ouest (Niigata, Kanazawa) du Japon.

Les prix pratiqués pour la location se classent dans la moyenne. Le choix au niveau des hébergements s’avère relativement vaste ; on y trouve d'ailleurs assez facilement des ryokan, ces auberges japonaises traditionnelles avec chambre en tatami et petit-déjeuner à base de poisson, légumes, soupe et riz.

Akihabara

Entouré par Ueno et la gare de Tokyo, Akiba est bien desservi sur la Yamanote. Le niveau sonore de ce quartier électronique freine la majorité des touristes pour y résider. Pourtant face aux célèbres avenues lumineuses, les entrées secondaires de la gare, notamment Showa-dori, débouchent sur des charmantes rues résidentielles avec tout le confort de la grande ville : supermarché, restaurants, cafés, pâtisseries. On accède par ailleurs plutôt rapidement sur la zone Kanda, beaucoup plus calme.

Centre de Tokyo : Ginza et Marunouchi

Le cœur géographique abrite les quartiers luxueux de la capitale. Très arpentées par les touristes, ces rues subissent un loyer souvent excessif qui s’adresse à une clientèle aux moyens plus confortables. On y croise essentiellement des hôtels de prestige avec de magnifiques vues en hauteur.

La gare de Tokyo s’avère une importante plateforme d’échanges entre le métro, les trains, les bus et les Shinkansen vers le sud du Japon ; ce qui permet de rayonner un maximum vers les excursions situées en banlieue.

Shinjuku et Shibuya

L’ouest de Tokyo se distingue par des quartiers modernes, jeunes et nocturnes. Dynamiques de jour comme de nuit, les secteurs de Shinjuku et Shibuya s’avèrent parfaits pour poser ses valises et vivre pleinement l’euphorie de la mégapole.

L’immense gare de Shinjuku est à l’image de celle de Tokyo, côté ouest : le point charnière d’un grand nombre de trains et de cars partant notamment vers les contrées du Mont Fuji.

Ces vastes quartiers compliquent la recherche de logement car il s'avère souvent difficile de dénicher quelque chose à deux pas des gares sans s'y prendre très à l'avance. Pour ne pas s'épuiser dans les méandres des souterrains, il peut être intéressant de s’arrêter sur les petites stations situées à proximité : Shin-Okubo et son atmosphère coréenne ou encore l’excentrique Harajuku.

Le montant peut se montrer élevé en fonction de la saison touristique mais les types d’hébergements restent variés ; l’anticipation permet d’obtenir le meilleur rapport qualité-prix.

Ebisu, Daikanyama et Meguro

Les zones résidentielles du sud-ouest de la capitale cachent de charmantes adresses pour se loger. Au calme et dans une tranquille ambiance familiale un brin bobo, louer un appartement dans ces quartiers revient à vivre au rythme des Tokyoïtes branchés : terrasses de cafés, boutiques de jeunes créateurs, squares pour enfants, restaurants occidentaux et quelques immeubles de bureaux... la vie s’écoule doucement au rythme des saisons.

Il faut prévoir une dépense assez importante pour y séjourner. Les stations à taille humaine d’Ebisu et Meguro sont placées sur la Yamanote.

Odaiba et Roppongi

Ces deux districts "éloignés", Odaiba à l’extrémité sud-est et Roppongi au centre-sud, se rejoignent sur l’aspect luxueux et moderne de leurs hébergements. Parmi les secteurs les plus chers de la capitale, chacun offre toutefois une expérience tout à fait unique à Tokyo.

Quartier par excellence des expatriés occidentaux, Roppongi entretient sa réputation de haut lieu de sortie avec ses multiples bars et boîtes de nuit les plus tendances. Dans la même veine que Ginza mais plus accessible au niveau des prix, on y trouve de nombreux et élégants hôtels dont plusieurs 5 étoiles, tels que les Ritz-Carlton et Hyatt.

Odaiba est l’un des joyaux souvent oubliés des touristes étrangers pour se loger à Tokyo ; en cause, son accessibilité particulière en monorail ou en bateau et son prix parfois élevé. Cependant, elle fournit des prestations très intéressantes : vues dégagées sur la baie de Tokyo, proche des plages de la capitale, à proximité des parcs Disney.

Les complexes hôteliers dont les plus prestigieux Hilton et Grand Nikko donnent sur le Rainbow Bridge, non loin des stations Odaiba et Daiba. Les voyageurs naviguent ainsi entre tourisme urbain et loisirs nautiques.

Plus compétitifs au niveau des tarifs, on peut aussi dénicher des logements entiers côté "continent" dans le quartier de Hamamatsucho et autour de la grande gare de Shinagawa sur la Yamanote. Avoir un balcon même petit s'apprécie particulièrement en été et à l'inter-saison.

Ikebukuro

Le nord-ouest de la capitale se présente comme un bon compromis entre praticité et économies de budget. Arrêt important sur la Yamanote, Ikebukuro recèle aussi beaucoup de grands magasins typiquement japonais, à tendance électronique et manga. Les alentours de la gare s'animent en soirée avec le fameux centre de divertissements Sunshine City du côté est et un mini Kabukicho à la sortie ouest. Au delà, s'ouvre la zone résidentielle qui convient aux personnes à la recherche d’un endroit calme et reposant.

Pour les petits budgets, le système des chambres "capsule" représente une solution à bas prix acceptable pour quelques jours. Ces hôtels sont implantés dans tout Tokyo, même dans les quartiers les plus chers.

Aéroports

Les deux aéroports internationaux qui desservent le Grand Tokyo sont logiquement situés assez loin du centre-ville.

Celui de Narita, le plus connu des étrangers, se trouve dans la préfecture de Chiba à soixante-dix kilomètres à l'est de la capitale. Il faut compter une heure en train pour rallier la gare de Tokyo.

Le deuxième, Haneda, présente une localisation plus favorable dans l'arrondissement d'Ota, à seulement vingt kilomètres au sud et une demie-heure en transports en commun.

Les voyageurs en transit et ceux qui arrivent tard ou partent tôt peuvent prévoir une nuit proche de l'aéroport. Dans le cas contraire, il n'est pas conseillé pour les touristes d'y résider.

Et pour les expatriés ?

La superficie de Tokyo correspond à vingt fois celle de Paris qui, avec ses 100km² environ, est aussi étendue que le seul arrondissement de Setagaya. Il est donc bien difficile même pour un Tokyoïte de naissance de connaître parfaitement tous les meilleurs quartiers pour y habiter. Voici déjà une première lecture.

Quartier Français

Le quartier français de Tokyo est Kagurazaka, situé dans le prolongement de la gare d'Iidabashi au nord-ouest dans le cœur de la capitale. La rue principale accueille boutiques, boulangeries et restaurants français aux côtés de bars japonais izakaya, dans une ambiance tranquille et sophistiquée. Plusieurs institutions de langue sont implantées le long du charmant canal Sotobori, dont l'Institut français du Japon qui regroupe notamment une bibliothèque et une médiathèque, ainsi que la librairie française Omeisha.

Pour les familles d'expatriés francophones, le lycée français international de Tokyo qui enseigne en réalité dès la maternelle est installé depuis 2012 près de la gare d'Itabashi, située plus au nord dans l'arrondissement Kita.

Intra-Yamanote

Le nord de la capitale abrite plusieurs universités avec campus associés et peut donc être vu comme une cible géographique idéale pour les étudiants étrangers. On peut citer notamment le quartier de Waseda qui s'étend jusqu'à la station de Takadanobaba. Assez bien située, cette zone populaire comprend des logements compétitifs destinés aux universitaires.

À l'ouest, le district de Yoyogi attire également de nombreux jeunes adultes aux moyens financiers plus élevés qui apprécient la verdure en plein Tokyo. Son grand parc public devient alors le lieu privilégié pour se retrouver entre amis si le temps le permet.

Le sud débouche sur les quartiers familiaux, branchés et aussi les plus hauts de gamme. Entre Meguro et Roppongi se cachent des petites zones boisées, composées de rues et d'immeubles à taille humaine. En partant des stations Shirokanedai et Shirokane, on remonte doucement jusqu'aux abords de la très réputée Azabu où résident des personnalités japonaises, banquiers et ambassadeurs. On termine alors le tour par Hiroo, lieu d'habitation classique des étrangers.

Grand Tokyo

Les arrondissements les plus à l'ouest offrent de belles prestations et sont souvent élus comme des endroits où il y fait bon vivre. À l'abri de l'effervescence du centre-ville, ils restent accessibles facilement en transports en commun.

Nakano, prisé des touristes pour son shopping otaku, est aussi appréciée de ses habitants car joyeusement animée en soirée. Une station plus loin sur la ligne Chuo, Koenji qui appartient à l'arrondissement de Suginami se définit comme un quartier jeune et branché, une sorte de Shimokitazawa à l'esprit décalé.

Plus calme, le vaste secteur de Setagaya se présente aussi comme l'un des plus peuplés de la capitale. À son extrémité sud, à cheval sur Meguro, Jiyugaoka s'ouvre sur d'agréables rues arborées jalonnées de commerces de proximité et boutiques de mode.

Banlieue verte

Pour ceux qui recherchent absolument l'espace, la banlieue de Tokyo affiche des lieux aérés et empreints de verdure. Ainsi l'ambiance tranquille de Kichijoji, dans la ville de Mitaka, plaît aux jeunes parents qui peuvent se promener dans le parc Inokashira, voisin du musée Ghibli. La région est de Tama se montre globalement intéressante pour y habiter sur du long terme.

Enfin, retour au sud avec la gare de Musashi Kosugi, située dans la ville de Kawasaki de la préfecture de Kanagawa : elle annonce souvent un bon rapport qualité / prix. À une quinzaine de minutes en train de Shibuya, cette banlieue résidentielle classique possède notamment des supermarchés discount bien pratiques.

Article intéressant ?
4.75/5 (16 votes)

Informations pratiques

Voir toute la carte du Japon

Comment s'y rendre

Trouvez un vol pour Tokyo

Tarif

Retirez vos Yens sans frais avant de partir

Hébergement à Tokyo

Réservez votre hôtel via Booking ou Hotels.com

Choisissez un logement Airbnb (~30€ offerts)

Accompagnement privé

Connexion internet

Restez connectés avec un Pocket Wifi (10% de réduction)

Pour aller plus loin

Bien préparer son voyage au Japon

Kanpai vous suggère également ces articles

Destinations associées