Tokyo 2020 Asakusa 1

Covid-19 : quand et comment voyager au Japon face au Coronavirus en 2020 et 2021

Le Coronavirus 🦠 aura vraiment pris tout le monde de court. En quelques semaines seulement, le virus est passé d'une "petite grippette" de début d'année qui touchait seulement la Chine (puis le paquebot Diamond Princess au large de Yokohama) à une pandémie globale encore jamais connue dans le monde moderne, avec :

  • des dizaines de millions de personnes touchées (sans compter tous les asymptomatiques, les non-testés et les faux négatifs) ;
  • plus d'un million de victimes (sans compter les non-testés, les procédures variant selon les pays).

Comparativement, il y a eu environ 400.000 morts de la malaria, 690.000 du Sida ou encore 1,5 million de la tuberculose.

Et bien que plus de 80% des personnes gravement atteintes soient retraitées (et 80% des restants en risque de co-morbidité tel que le surpoids, le diabète, l'hypertension ou les insuffisances respiratoires), de nombreux gouvernements ont mis leurs économies respectives en pause en repliant les pays sur eux-mêmes. Conséquemment, le tourisme mondial s'est mis à l'arrêt à partir du mois de mars et par la même occasion, la possibilité de voyager au Japon.

Dans cet article, que nous mettons à jour quotidiennement au fur et à mesure de l'évolution de la situation, nous faisons la synthèse des points de blocage qui empêcheraient d'effectuer un séjour au Japon.

✅ Le confinement / couvre-feu en France

🏠 Le déconfinement a eu lieu en plusieurs phases, depuis le 11 mai.

Du 17 mars au 10 mai 2020, la France a été confinée strictement, une situation qui ne lui était jamais arrivée en temps de paix. Cela signifie que les Français ne pouvaient sortir de chez eux que pour une raison impérieuse, telles que :

  • faire des courses alimentaires de première nécessité ;
  • aller travailler (si le télétravail n'était pas possible) ;
  • ou encore faire une heure maximum d'exercice physique quotidien, à moins d'un kilomètre de chez soi.

Bien entendu, partir au Japon ne faisait pas partie des cases à cocher dans l'attestation de déplacement dérogatoire du gouvernement... Tant que la population était "coincée" à la maison, donc, impossible de voyager vers l'archipel.

À partir du 11 mai puis du 2 et du 22 juin, le déconfinement a permis aux départements (classés en vert, rouge ou orange) de reprendre progressivement une vie "normale". L'état d'urgence en France a pris fin le 10 juillet 2020, mais a été redéclaré à compter du 17 octobre.

Le couvre-feu qui a pris le relai du confinement à compter de ce même jour, de 21h à 6h en Île-de-France et dans 8 métropoles, n'impacte pas spécifiquement les transports : une simple attestation de déplacement dérogatoire à remplir suffit pour prendre un vol de nuit.

✅ La fermeture de l'espace Schengen

🛂 La réouverture des frontières extérieures de Schengen a eu lieu le 1er juillet.

L'allocution du Président Emmanuel Macron le 16 mars dernier a surpris en annonçant une fermeture des frontières de Schengen (les 30 pays européens) à effet immédiat, empêchant tout voyageur de quitter ou revenir simplement dans l'espace européen.

Courant avril, il est évoqué de poursuivre cette fermeture, pour plusieurs raisons qui semblent évidentes :

  • en accompagnement du déconfinement progressif en France ;
  • face à la montée en puissance exceptionnelle du Covid-19 aux États-Unis et d'autres pays comme le Brésil ou l'Inde ;
  • afin de favoriser le tourisme intra-national et relancer l'économie française (voire européenne) pendant les critiques vacances d'été.

Le 14 juin, une nouvelle allocution présidentielle en France annonce la fin des blocages pour le 1er juillet, en fonction des pays où l'épidémie est maîtrisée.
Une première liste est publiée officiellement par l'Europe le 1er juillet, puis mise à jour toutes les 2 semaines. Le Japon fait partie des 14 premiers autorisés (passés à 22 depuis).

✅ La suspension des liaisons aériennes

✈️ La reprise des vols réguliers vers le Japon a eu lieu progressivement depuis juin.

Conséquemment au confinement et à la fermeture de Schengen, les compagnies aériennes ont progressivement cloué la plupart de leurs avions au sol au printemps (jusqu'à 80% du trafic aérien total).

Hormis le rapatriement de ressortissants et le ravitaillement sanitaire, les vols à vide ou presque n'avaient guère de raison de s'effectuer ; les transporteurs attendaient donc que les voyageurs aient de nouveau l'autorisation de sortir des territoires pour reprendre graduellement leurs liaisons quotidiennes, notamment en long-courrier. Par exemple, Japan Airlines a repris sa rotation Paris-Tokyo le 1er juillet avec 2 allers-retours hebdomadaires (et 3 depuis août, puis 4 à partir d'octobre) et offrait les reports illimité pour tout billet acheté avant le 31 juillet. All Nippon Airways (qui fête les 30 ans de sa liaison Tokyo-Paris en octobre 2020) a repris avec 2 rotations par semaine le 1er août, rapidement montées à 3.

À Roissy Charles de Gaulle, des contrôles de température corporelle sans contact via des caméras thermiques sont mis en place pour les passagers s'apprêtant à monter à bord d'un avion ✈️. Le port du masque est obligatoire dans l'aéroport et à bord des avions, par exemple :

  • chez Air France depuis le 11 mai
  • sur ANA et JAL à partir de juin (où le personnel peut porter des gants et des visières transparentes en plus)

Peu après la parution au Journal Officiel de l'arrêté autorisant les tests Covid antigéniques (qui offrent leurs résultats en 30 minutes), les aéroports français les proposent dès le 26 octobre.
À compter du 2 novembre, deux centres de tests PCR sont ouverts 24/7 et accessibles aux terminaux I et II de l'aéroport Narita. Le tarif des tests est de 39.800¥ (~320,80€) ou 46.500¥ (~374,90€) sans rendez-vous.

❌✅ La fermeture des frontières japonaises

🗾 Ouverture des frontières du Japon depuis le 1er septembre : résidents étrangers, voyageurs longue durée (travail, étudiants, PVT...) puis touristes selon les pays.

Fin mars 2020, dans le cadre de mesures pour endiguer l'épidémie de Covid sur son propre territoire, le gouvernement japonais annonce que ses frontières sont désormais fermées jusqu'à nouvel ordre pour tous les voyageurs ayant séjourné dans ce qui deviendra 159 pays (dont France, Belgique, Suisse...) dans les 14 jours précédant l'arrivée.

Cela concernait également (jusqu'au 1er septembre) les ressortissants étrangers présents au Japon dans le cadre d'un visa de travail ou assimilé (et même les époux de Japonais et les résidents permanents !) qui ne pouvaient donc pas revenir sur l'archipel s'ils le quittaient.

Les courts voyages d'affaires vers le Japon ont repris depuis septembre, en provenance d'une liste de pays qui s'agrandit progressivement.

À partir du 1er octobre, les frontières japonaises s'ouvrent à tous les pays du monde pour tous les visas sauf touristes (donc les visas de 3 mois ou plus : étudiants, travail, activités culturelles, nouveaux expatriés... sauf le PVT) à raison de quotas par jour et avec test PCR + quatorzaine à l'arrivée.

Le questionnaire de santé lié au Covid, fourni par les hôtesses de l'air en cours de vol, sera prochainement accessible en ligne.

❌ La suspension du visa temporaire (tourisme) pour entrer au Japon

📋 Résolution prévue : À partir de début 2021, sans quarantaine.

Pendant des décennies, tout était pratique et automatique : un simple passeport en cours de validité permettait aux Français (et de nombreuses autres nationalités) de séjourner au Japon jusqu'à 90 jours consécutifs pour y faire du tourisme, sans autre forme de nécessité.

Depuis fin mars 2020, cette dispense de visa a sauté et il n'est plus possible d'entrer sur le territoire nippon grâce à ces accords entre le Japon et les pays étrangers.

Pour être tenu(e) informé(e) le jour-même de l'annonce de la réouverture des frontières aux touristes francophones, n'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter Kanpai :

Des centres sont construits pendant l'été près des aéroports ; ils sont prêts depuis septembre pour effectuer 10.000 tests PCR par jour à Tokyo-Narita, Haneda et Osaka-Kansai (et 20.000 à partir de novembre).

Dans une communication début octobre, le gouvernement japonais annonce pouvoir finaliser le protocole d'accès aux touristes en janvier 2021 pour une ouverture à tous en avril. Voici les conditions (en place jusqu'à la fin des Jeux Olympiques 🏅) :

  • test PCR négatif effectué avant l'arrivée
  • pas de quatorzaine et voyage entièrement libre
  • téléchargement d'une application smartphone pour y indiquer sa température quotidiennement pendant les 14 premiers jours du séjour

Le Premier ministre Yoshihide Suga a lui-même déclaré en off peu après son élection : "pour revitaliser l’économie [japonaise], il est indispensable de faire reprendre les voyages internationaux". À la mi-octobre, l'objectif de 60 millions de voyageurs à l'horizon 2030 est maintenu.

✅ La question sanitaire et le "confinement" au Japon

😷 Une fois au Japon, on y voyage sans aucun problème.

Depuis l'annonce officielle le 24 mars du report des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, tout s'est doucement accéléré au Japon.

✅ Très faible épidémie de Covid-19 au Japon

Le nombre de cas de Covid-19 a légèrement augmenté mais est resté extrêmement bas comparativement à de nombreux autres pays, avec au 26 octobre seulement :

😷 Nombre de cas : 97.212 (soit ~0,07% de la population touchée, contre ~1,2% en France)
☠️ Nombre de décès : 1.716 (soit ~1,2 mort pour 100.000 habitants, environ 40 fois moins qu'en France)

Les chiffres de l'épidémie montrent un "pic" tout relatif le 30 avril, qui n'a fait que baisser depuis. L'augmentation des tests ciblés à partir de la fin juin a conduit à mieux trouver les clusters, principalement dans le milieu de la nuit à Tokyo et parmi les jeunes de 20 à 30 ans, augmentant donc le nombre de cas dans une seconde vague estivale, mais les morts restent très peu nombreux.

Les Japonais sont une écrasante majorité à porter des masques sanitaires 😷 à l'extérieur, mais c'est une population qui en a pris l'habitude bien avant la crise du Coronavirus, cela n'est donc pas un point d'inquiétude particulier. Culturellement, les gestes barrière et le civisme sont particulièrement acquis au Japon.

✅ Court état d'urgence et confinement relatif au Japon

7 préfectures (Tokyo, Saitama, Kanagawa, Chiba, Osaka, Hyogo et Fukuoka) ont été placées par le gouvernement en état d'urgence sanitaire le 7 avril. D'autres s'y sont jointes rapidement (notamment Kyoto, Hokkaido ou encore Aichi) avant que le Premier Ministre ne l'étende au pays tout entier le 16 avril. La fin de l'état d'urgence était prévue initialement au 6 mai (ou au 10 à cause de la Golden Week) puis repoussée d'un mois jusqu'au 31 mai maximum, mais a finalement été raccourcie :

  • le 14 mai, l'état d'urgence est levé dans 39 des 47 préfectures du pays ;
  • le 21 mai, 3 autres (dont Kyoto et Osaka) sont également soulagées ;
  • le 25 mai, toutes les dernières (le grand Tokyo et Hokkaido) sont libérées.

Le confinement était seulement "suggéré" par les autorités mais pas imposé, car la constitution japonaise ne leur permet pas de sanctionner les contrevenants. Comme en Suisse ou d'autres pays, il a été relativement respecté par la population nipponne.

✅ Fermeture temporaire de sites touristiques au Japon

Plus aucun site touristique n'est encore fermé, mais plusieurs évènements (salons, matsuri...) de la saison 2020 ont été annulés ou reportés, comme ailleurs dans le monde. À ce titre, nous tenons à jour une page travaux et fermetures au Japon sur Kanpai, à garder dans vos favoris et à consulter régulièrement.

Les commerçants, hôteliers, restaurateurs et tous les réceptifs japonais ont hâte de revoir des voyageurs sur l'archipel et y sont prêts. Il y a eu -99,9% de touristes étrangers au Japon sur les mois d'avril à juillet 2020 par rapport à l'année précédente, puis -99,7% en août et -99,4% en septembre. Et les cerfs de Nara souffrent de malnutrition !

Les premières grosses victimes définitives du Covid sont :

  • Tokyo One Piece Tower, qui a fermé ses portes le 31 juillet après 5 ans d'activité : le parc d'attractions ne pouvait plus tenir son budget à cause de la chute des recettes.
  • Zuboraya, le restaurant de fugu de Dotombori et Shinsekai à Osaka, avec son iconique grand poisson gonflable accroché en hauteur, a mis la clé sous la porte le 15 septembre, 100 ans après son ouverture !
  • La grande salle d'arcade Sega GiGO ("building No.2") d'Akihabara et sa façade iconique avec les escalators en tubes sur l'avenue principale en août, après 17 ans d'activité (son loyer mensuel pour 1.114m² est de 16,3 millions de Yens soit ~131.402€, avec un an de caution !).
  • Toshimaen, un parc d'attractions à Nerima (nord-ouest du grand Tokyo) ouvert depuis septembre 1926, fermé le 31 août. Une partie de son terrain de 22 hectares servira à l'ouverture d'un nouveau parc d'attractions Harry Potter en 2023 sur 30.000m².
  • 500 karaokés sur les 6.000 que compte la JKBA ("Japanese Karaoke Box Association"), soit plus de 8% du total de ces sociétés au Japon.

En l'absence du nombre habituel de touristes, il est encore plus agréable de séjourner au Japon.

✅ Go To Travel : la subvention des voyages domestiques

Le gouvernement japonais a également mis en place, via une campagne inédite intitulée "Go To Travel", une aide de 1,35 billion de Yens (~10,9 milliards d'euros) pour relancer le tourisme post-Covid.

Elle paye jusqu'à la moitié des dépenses d'hébergement / nourriture / souvenirs des visiteurs domestiques (donc les résidents au Japon uniquement) depuis le 22 juillet 2020. Tokyo en était initialement exclue, mais l'a rejointe le 1er octobre.

Fin août, on apprend que la campagne a déjà servi à plus de 2 millions de Japonais. Sur ses deux premiers mois, elle a couvert plus de 25 millions de nuitées.
Elle devrait durer jusqu'à fin janvier 2021.

✅ Alors, quand prévoir son voyage au Japon post-Corona ?

Si vous n'êtes pas une population à risque (cf. introduction de l'article) et que vous ne présentez pas de symptôme, il n'est pas déconseillé de prévoir un départ au Japon une fois que les barrières officielles ci-dessus sont annoncées être levées.

Le point de méfiance vient alors principalement du choix de la période de voyage, puisque :

  • la foule de touristes au Japon pour les sakura 🌸 2021 (début de printemps) s'annonce explosive pour compenser celle de 2020 ;
  • les JO de fin juillet / début août 2021 vont compliquer les séjours estivaux non liés à l'évènement sportif, à cause de l'augmentation des tarifs.

On conseillera donc plutôt d'être malin pour découvrir le Japon dans des bonnes conditions et de viser ainsi :

  • de début mai (post-Golden Week) à mi-juillet 2021 ;
  • à partir de fin août 2021.