Voyager au Japon avec un bébé

Que ce soit pour les familles half ou les jeunes parents amoureux transis de la destination, un voyage au Japon peut tout à fait s'envisager avec un enfant en bas âge. Toutefois et qu'on le veuille ou non, cela créera forcément un bouleversement des habitudes du petit. On peut (espérer) minimiser à peu près tout le reste mais rien que la durée de vol et le décalage horaire restent inévitables. Certains bébés s'accommodent plutôt correctement de ces chambardements, d'autres beaucoup moins. Et il est difficile de prévoir même de manière empirique.

Ne soyez ni trop optimistes ni exagérément craintifs ; acceptez le fait que ceux qui soutiendront votre démarche de partir seront principalement ceux ayant déjà voyagé avec un tout petit, éventuellement complétés par ceux qui en tireront un bénéfice direct ou indirect. Et dans ce cadre il y a, évidemment, bien pire destination que le Japon !

La condition indispensable reste toutefois de bien préparer le séjour en amont pour le baliser au mieux et minimiser ainsi les déboires et inquiétudes inopportunes une fois sur place.

Avant le départ

Administratif et sécurité

En France depuis le 12 juin 2006, il n'est plus possible d'inscrire son enfant sur le passeport d'un de ses parents. Tous les mineurs de moins de 15 ans doivent donc également être porteurs de leur propre passeport biométrique. Valable 5 ans, il vous en coûtera 17€ en timbres fiscaux, achetables en ligne. À noter que la présence des enfants de moins de 12 ans n'est pas obligatoire au moment de la demande. Plus d'informations sur le site du Service public.

Par sécurité, il peut être rassurant d'inscrire la petite famille sur Ariane pour signaler son séjour au ministère des Affaires étrangères. Le Japon étant sujet à des évènements naturels incertains (séismes et tsunami en première ligne), cela reste tout sauf farfelu.

Également, c'est le bon moment pour vérifier son contrat d'assurance santé et en particulier les conditions de rapatriement en cas de coup dur inopiné.

Choix de la saison

Concernant le moment de l'année pendant lequel voyager au Japon, on reprend les mêmes conseils que déjà donnés...

À découvrir également :

La meilleure saison pour partir au Japon

... avec toutes les exergues et emphases possibles. Ainsi :

  • la période hanami risque fort d'être beaucoup trop encombrée pour s'ajouter une difficulté supplémentaire avec un tout petit ;
  • l'été se montre souvent bien trop chaud et humide pour les petites natures que sont les bébés ;
  • et ainsi de suite.

Deux excellentes saisons pour partir à notre avis sont donc :

  • courant mai, dès la fin de la Golden Week : les températures s'avèrent bonnes sans être étouffantes, tsuyu ne pointe pas encore ses gouttes, la végétation se monte luxuriante (les azalées en particulier sont sublimes) et les touristes dans un creux saisonnier ;
  • ou de mi-fin septembre à début octobre : après la période des typhons, pour profiter d'un été indien et ses températures encore douces, avant toutefois le regain touristique des vacances automnales et le boom pour les érables.

Durée du séjour

Il y a deux écoles aux points de vue respectifs relativement opposés.

D'abord, ceux qui considèrent que la pilule est suffisamment dure à avaler pour le petit et qui choisiront de rester au maximum une à deux semaines sur place. Puis les autres qui arguent que, quitte à supporter toutes ces inconvenances (décalage horaire en tête de file), autant le faire pour une durée plus longue et décident ainsi de voyager trois semaines voire plus.

Chacun voit midi à sa porte et fera son choix en connaissance de cause.

Trajet

Choix du vol

Le but étant de raccourcir au maximum la durée du trajet, un vol direct s'impose en toute logique comme le choix le plus sage. Seules trois compagnies le proposent depuis Paris : Air France, Japan Airlines et All Nippon Airways. De même, si vous atterrissez et/ou redécollez de Tokyo, préférez largement Haneda à Narita qui divise par deux ou trois les temps de transport vers votre hébergement.

Bien entendu, plus la classe sera élevée, plus l'espace alloué sera confortable pour vous comme pour bébé. Ainsi, une classe affaires permettra à tout le monde de s'allonger complètement pour favoriser le sommeil. Jusqu'à 9kg, les compagnies mettent à disposition un "bassinet" (mini-berceau) et vous attribuent des places réservées : généralement la première rangée de chaque classe.

Le tarif du billet d'avion pour un tout petit varie en fonction de son âge :

  • jusqu’à 2 ans, on paye au maximum les taxes aéroportuaires (soit plus ou moins 10% du prix d'un billet adulte) ;
  • au-delà, cela varie généralement de 25 à 50% mais l'enfant aura en retour son propre siège.

Embarquement

Un bébé a droit lui aussi à son nombre de bagages cabine et soute (variable selon les compagnies).

La poussette est généralement considérée comme un bagage à part (supplémentaire) qui peut, dans les aéroports internationaux, transiter jusqu’à la porte de l'avion. Inutile donc, dans la plupart des cas, d'investir dans un coûteux modèle "homologué cabine" : une poussette canne classique fera largement l'affaire.

Il est tout à fait possible d'embarquer de l'eau, dans un biberon et/ou en bouteille (notez au passage l'hypocrisie de cette réglementation pour le reste de la population). Le passage à la frontière, à géométrie variable, pourra contrôler le liquide contenu voire vous demander d'en boire une gorgée.

Dans l'avion

Si bébé est sujet à de fréquentes otites, méfiance maximale ! Il n'est pas envisageable de faire subir à des oreilles fragiles des vols long-courrier, avec ses longs décollage et atterrissage : la souffrance est réelle et les séquelles possibles. Un check-up préalable avec le pédiatre voire un spécialiste ORL s'avère donc indispensable dans ce cas. Pour éviter l'inconfort pendant les changements de pression les plus importants, avoir un biberon de prêt permettra de séréniser ces laps de temps pour le petit.

Une fois en vol, sur la plupart des compagnies aériennes, les hôtesses et stewards se montreront aux petits soins. Il faut en sus s'armer de patience pour les périodes où bébé ne dort pas, et se préparer à passer et repasser dans les couloirs. Selon l'âge du petit, un dessin animé préalablement préparé sur smartphone ou tout simplement parmi la sélection du système de divertissement de l'avion pourra désamorcer une escalade... mais cela peut également parfois lancer une bombe (d'énervement) à retardement.

L'idéal étant de tester dans des conditions les plus proches avant de partir s'enfermer dans une boîte pour une douzaine d'heures !

Décalage horaire

Peut-être plus encore que chez les adultes, l'objectif est toujours de se caler au plus tôt sur le rythme solaire de la destination. Le décalage horaire nous semble probablement plus simple à absorber dans le sens France > Japon qu'au retour. Mais cela dépend évidemment de chaque organisme.

À découvrir également :

Décalage horaire au Japon

Au Japon le soleil se couche et surtout se lève très tôt, quelle que soit la saison. Ce ne serait pas forcément un problème si les logements japonais n'étaient pas si peu équipés de volets. Car allez faire porter un masque de sommeil à un bébé habitué à dormir dans le noir et qui croit donc que (chic !) la journée commence à 5h tous les matins.

Pour faire contre mauvaise fortune bon cœur, cela reste toutefois une excuse valable pour visiter les temples et sanctuaires vides de touristes, comme réservés pour votre petite famille !

Sur place

Santé / hygiène

Préparez naturellement une trousse de soins avec médicaments d'usage en quantité suffisante : du paracétamol, un anti-diarrhéique et/ou anti-constipation selon le transit, de l'arnica si bébé marche, du sérum physiologique, éventuellement un anti-histaminique, etc.

Si votre petit d'homme a les fesses fragiles, prévoyez un stock de ses couches habituelles, bien qu'on recense un large choix dans tous les supermarchés au Japon. On trouve également très facilement des nurseries pour changer bébé dans la plupart des centres commerciaux.

Voyager au Japon n'implique aucun vaccin obligatoire, mais celui contre l'encéphalite japonaise peut être conseillé si beaucoup de vie rurale et/ou de randonnées sont à votre programme. Emportez le carnet de santé et la carte vitale avec vous, en tout cas.

Préparer une liste des personnels médicaux peut rassurer : celle des hôpitaux internationaux ou de notoriété médicale pourra vous permettre de trouver facilement et plus rapidement un médecin anglophone voire francophone au Japon.

Enfin, évitez tant que possible les onsen et autres sento, aux températures inadaptées aux corps des tout petits.

Hébergement

Soyons formels : on ne fait rien de plus confortable que la location de maison ou appartement et dans le genre, Airbnb a le choix de localisations et de budgets le plus spectaculaire. Certains biens proposés à la location y sont même équipés de matériel ad'hoc tels que des lits parapluie ou des parcs. En outre la salle de bains japonaise, toute étanche, s'avère très pratique pour se laver avec un petit.

Avec la fatigue de chacun, il y a de fortes chances pour que vous passiez plus de temps à l'intérieur que si vous n'aviez pas eu bébé, donc le choix du logement s'avère critique et justifie qu'on y consacre un budget plus conséquent. Évitez si possible de multiplier les hébergements au sein du séjour et/ou de changer trop souvent de logement.

Quelque que soit le type sélectionné, il est indispensable de choisir un hébergement bien isolé l'hiver et bien climatisé l'été. Permettez-nous d'insister car cela doit être quasiment le premier critère de choix au vu de la climatologie japonaise et de la piètre qualité d'isolation des logements anciens.

Attention : le baby-sitting n'est pas une habitude très japonaise donc il vaut mieux éviter de compter dessus.

Transports

Les déplacements constituent l'une des problématiques des voyageurs avec enfants en bas âge au Japon.

On trouve peu ou prou de taxis équipés de sièges bébé. Seule une compagnie, Cocoro Taxi, les proposent mais ils sont injoignables depuis l'étranger ; de plus ils officient uniquement sur la région de Tokyo. Les taxis classiques ne rechignent toutefois jamais à faire monter un bébé à bord. À vous de décider si cela vous sied.

Dans les transports en commun (gratuits pour les moins de 6 ans), l'espace réservé aux poussettes est souvent inexistant :

  • les sièges réservés des trains et métros de Tokyo restent toujours aussi peu respectés ;
  • le bus s'avèrent souvent un casse-tête (et n'abordons même pas ceux de Kyoto) ;
  • le Shinkansen reste le plus confortable, à condition de réserver des sièges en première ou dernière rangée pour profiter de plus d'espace.

En revanche, la très grande majorité des gares possèdent des ascenseurs, très utiles puisque les poussettes sont interdites dans les escalators. Attendez-vous à passer plus de temps pour les transferts, tant les voyageurs munis de grosses valises, les séniors (et les fainéants !) sont de plus en plus nombreux à les emprunter.

Si bébé s'en accommode bien, n'hésitez pas à louer une voiture et/ou un vélo équipés correctement pour aborder les trajets d'une manière moins subie.

Repas

Selon les stades d'introduction alimentaire, il faudra bien sûr prévoir un stock du lait infantile habituel (accompagné éventuellement d'une version sans lactose en cas de diarrhée) et autres produits préférés. Les compotes et purées en sachets préparés s'avèrent aussi très utiles. Le choix sur place étant finalement relativement restreint.

Il reste hasardeux de proposer du poisson cru à un bébé, mais évidemment la cuisine japonaise a bien d'autres choses à proposer. Rien que parmi les sushi et maki, des versions cuites ou végétariennes permettront de belles découvertes gustatives.

À découvrir également :

Gérer ses allergies alimentaires au Japon

Pour le reste, l'immense choix alimentaire au Japon offrira une gamme d'essais intéressants et/ou amusants, largement orientés évidemment par votre capacité ou non de déchiffrer les ingrédients en japonais.

Visites

Le Japon s'avère un pays très adapté aux bébés, en tout cas au sein des villes. De très nombreuses visites sont possibles accompagnées d'un enfant en bas-âge, certaines mêmes créées presque directement à leur usage (les multiples jardins d'enfants en témoignent). Dans les centres commerciaux, on trouve très facilement des toilettes pour bébé avec tables à langer dernier cri.

Dans les campagnes, c'est un peu plus compliqué et il conviendra de bien se renseigner avant d'imaginer gravir un temple dans la montagne, par exemple.

L'accessoire indispensable du voyageur avec bébé reste le porte-bébé ou la poussette canne qui permettent :

  • d'accéder à de nombreux lieux confortablement ;
  • d'exploiter le temps de siestes pendant les visites, ce qui évite de couper les journées pour retourner faire un dodo à l'hébergement ;
  • à l'accessoire de se faire tout petit en cas de besoin, d'un simple coup de pliage.

L'accessibilité d'une poussette est un poil meilleure que celle des fauteuils roulants, donc compatible avec un grand nombre d'attractions.

L'objectif étant de minimiser les temps de trajet, il est important de prévoir son programme par quartiers. Pour cela, n'hésitez pas à faire appel à un guide-accompagnateur qui pourra optimiser les visites et choisir le programme en fonction de l'âge du petit.

Dans tous les cas évitez de concevoir un itinéraire de séjour trop chargé.

Ressentis et bienfaits côté bébé

Selon l'âge et le stade de développement de l'enfant, la prise en compte et la réception pourront totalement différer. La plupart des bébés sont des éponges à émotions (quand bien même cela serait à retardement). Un voyage peut s'avérer fatiguant et stressant ; il l'est encore plus avec la responsabilité d'un petit humain en sus, donc le principal pour les parents est de garder leur sérénité tant que faire se peut.

Il est important de prendre les jouets et livres préférés du bébé, ceux avec lesquels il passe le plus de temps, à commencer évidemment par l'indispensable doudou ! Conserver un cocon de réassurance permettra certainement d'éviter des crises d'angoisse. Par ailleurs de manière générale, les Japonais acceptent bien les colères des petits (les leurs ou ceux des autres).

Lorsque tout se passe bien, l'ouverture vers autrui s'avère très intéressante et pas seulement côté bébé. Les Japonais se dérident beaucoup face aux tout petits, même au sein de populations en apparence fermées telles que les salary-men. Ainsi, on demandera souvent aux parents l'âge du petit. Alors si en plus votre petit d'homme est blond comme les blés, apprêtez-vous à amasser une avalanche de "kawaii!" !

Un peu de vocabulaire

  • bébé : 赤ちゃん aka-chan
  • poussette : ベビーカー baby-car
  • couche : おむつ omutsu
Article intéressant ?
5/5 (14 votes)

Galerie photos

  • Japon Avec Bebe 2
  • Japon Avec Bebe 1
  • Japon Avec Bebe 4
  • Japon Avec Bebe 5
  • Japon Avec Bebe 3
  • Japon Avec Bebe 7
  • Japon Avec Bebe 8
  • Japon Avec Bebe 6
  • Japon Avec Bebe 9
  • Japan Airlines Cadeaux Bebe

Informations pratiques

Comment s'y rendre

Commandez vos Japan Rail Pass (dès ~233€)

Découvrez les promos vols Japon

Tarif

Retirez vos Yens sans frais avant de partir

Hébergement

Choisissez un logement Airbnb (~30€ offerts)

Restez connectés avec un Pocket Wifi (10% de réduction)

Accompagnement privé

Assurance

Soyez couverts en cas d'accident

Thématiques associées

Pour aller plus loin

Bien préparer son voyage au Japon

Guide de conversation audio au Japon

Kanpai vous suggère également ces articles