Meigetsu-in (Kamakura), touristes dans le jardin intérieur aux iris en été

Comment faire pour voyager au Japon en tant que touriste depuis le 10 juin 2022

Mise à jour avec les mesures du 7 septembre

⏱ 10 minutes

Depuis le 10 juin, les touristes sont de nouveau autorisés au Japon, c'est un fait, mais sous certaines conditions.

Devant la mauvaise communication nipponne et le nombre important d'évolutions ces derniers mois, il semble que le cadre de cette reprise progressive soit parfois mal compris ou confondu avec d'anciennes mesures. Nous allons donc synthétiser et détailler comment faire pour partir visiter le Japon cet été 2022 et après avec les exigences actuelles.

Nous n'aborderons pas ici le cas des étudiants, professionnels et familles qui bénéficient de modalités spéciales plus légères depuis mars, et nous concentrerons exclusivement sur les touristes.

📝 Les conditions requises

Le Premier ministre japonais Fumio Kishida avait promis début mai, lors d'un déplacement à Londres, une réouverture de ses frontières alignée aux autres pays du G7 pour juin.

Certes, les touristes sont bel et bien acceptés techniquement, mais il reste des dispositions particulières que voici expliquées :

🛃 Limite quotidienne d'entrées

Depuis le 7 septembre, un quota maximal de 50.000 personnes peuvent entrer au Japon par jour (il a augmenté régulièrement depuis début 2022 et devrait continuer dans ce sens).

En réalité, ce n'est pas un point d'inquiétude en tant que tel.

En effet, cette limite porte plutôt sur le nombre de créneaux alloués aux compagnies aériennes qui atterrissent quotidiennement sur l'archipel. Si vous avez un vol vers le Japon, vous pourrez donc entrer quoi qu'il en soit.
Encore faut-il arriver à en trouver un à bon prix depuis cet été, entre l'augmentation de la durée du temps de vol liée à la guerre en Ukraine, la hausse spectaculaire du cours du kérosène liée à l'inflation mondiale et les pénuries de personnel... sans compter les quelques grèves qui ponctuent traditionnellement le début des vacances estivales.

📄 Obtention du visa tourisme

Depuis mars 2020, le Japon ne respecte plus la réciprocité acquise avec les nombreux pays partenaires pour la dispense de visa dans le cadre des voyages touristiques, ce qui commence d'ailleurs à chatouiller l'Union Européenne. Depuis le 10 juin 2022, l'archipel a donc recommencé à délivrer des visas de tourisme.

Pour cela, une agence de voyages japonaise agréée (telle que Keikaku) doit se porter garante de votre séjour. Elle doit ainsi déclarer au préalable chacun de ses voyageurs auprès du système ERFS de l'immigration japonaise pour obtenir une autorisation PDF appelée "UketsukeZumisho".
Chaque voyageur doit ensuite se rendre en personne à l'Ambassade du Japon à Paris (ou au Consulat de Strasbourg, Lyon ou Marseille) avec :

  • ce formulaire dûment rempli par ses soins ;
  • une photo d'identité ;
  • son passeport ;
  • l'autorisation de son agence de voyages ;
  • 23€ en liquide ;
  • de l'avance par rapport au départ souhaité (les rendez-vous sont accessibles sous un mois, même s'il existe une file sans rendez-vous le matin) ;
  • une bonne dose de patience (l'attente peut durer plusieurs heures même avec un rendez-vous).

Vous récupérez votre passeport muni du visa tourisme sous 5 jours ouvrés environ (c'est un peu plus long pour un groupe de plus de 5 personnes).

🏥 Assurance médicale

Les voyageurs doivent avoir souscrit leur propre assurance santé qui doit elle-même prendre en charge les frais médicaux en cas d'hospitalisation liée à une forme grave du Corona.

Beaucoup de clients qui règlent au moins une partie de leur réservation par carte bancaire 💳 (en particulier les versions "Gold" ou "Premier") seraient couverts à ce niveau-là, mais il convient à chacun de vérifier les conditions de son contrat d'assurance.
Dans le cas contraire, il est obligatoire de souscrire à une assurance tierce, ce qui reste heureusement un coût relativement mesuré. Kanpai suggère plusieurs compagnies de confiance ici :

👃 Test PCR avant de partir

Comme pour voyager vers de nombreux autres pays du monde, l'obtention d'un test Covid 🦠 négatif avant le départ reste obligatoire pour toutes les personnes de 6 ans ou plus, indépendamment de leur statut vaccinal.
Celui-ci doit être effectué au plus tôt 72 heures avant le décollage du vol vers le Japon.

Attention : vous devez compléter et présenter ce certificat spécifique qui sera soumis à l'immigration japonaise (depuis peu, aucune signature de médecin ou tampon de laboratoire n'est nécessaire pour le valider). En effet, le certificat numérique de l'application "TousAntiCovid" n'est pas reconnu au Japon.

Ce test PCR n'est plus obligatoire pour décoller vers le Japon depuis le 7 septembre, mais seulement pour les personnes triplement vaccinées (avoir eu le Covid ne compte pas). Les vaccins autorisés sont :

  • Comirnaty (Pfizer)
  • Spikevax (Moderna)
  • Vaxzeveria (AstraZeneca)
  • Jcovden (Janssen)
  • Nuvaxovid (Novavax)
  • Covaxin (Bharat Biotech)

💉 Pas de vaccin obligatoire ni quarantaine

La France, la Belgique, la Suisse ou le Canada (98 pays au total) font partie des pays bleus pour le Japon.
À ce titre, les voyageurs qui y ont résidé pendant les 14 jours précédant leur arrivée sur l'archipel n'ont pas du tout besoin d'être vaccinés pour entrer dans le pays (sauf pour la dispense de PCR indiquée plus haut). Ils n'ont par ailleurs à subir aucune quarantaine.

Si jamais votre pays était rétrogradé dans les pays jaunes (cela reste une éventualité à ne pas écarter compte tenu de la récente vague des sous-variants BA4/BA5, même si le Portugal l'a vécue et finie sans jamais être rétrogradé des pays bleus), il n'y aurait pas de quarantaine seulement pour les voyageurs triple-vaccinés. Pour les autres, 3 à 7 5 jours d'isolement à l'hôtel 🏨 seraient requis en fonction du résultat du test PCR au bout de 3 jours.

📲 Application à installer

Chaque voyageur(se) qui arrive au Japon doit être équipée(e) de son propre smartphone 📱 et installer l'application "MySOS" du gouvernement japonais.

Le système "Fast Track" offre en plus d'ajouter à l'avance dans MySOS ses informations personnelles :

  • numéro de passeport ;
  • certificat de vaccination ;
  • et surtout certificat de test négatif.

Cela permet de gagner du temps avec les procédures à l'aéroport d'arrivée : Tokyo-Narita, Tokyo-Haneda, Nagoya-Chubu, Osaka-Kansai, Fukuoka, et plus récemment Naha (Okinawa), Sapporo New Chitose (Hokkaido), Sendai, Hiroshima et Takamatsu.

La location d'un Pocket Wifi 📶 pour avoir Internet en permanence sur soi au Japon devient donc encore plus indispensable :

👨‍👩‍👧‍👦 Voyage en groupe individuel

Il s'agit là, avec la partie suivante de l'article, d'un point qui semble souvent mal compris. Du 24 mai au 4 juin, le gouvernement japonais a mis en place des circuits-tests en provenance de certains pays, mais cela est désormais derrière nous.
Il n'y a plus de limite (haute ou basse) du nombre de voyageurs : vous pouvez partir en solo, en couple, en famille, entre amis, peu importe le nombre de personnes.

Le fait de voyager en groupe organisé n'est donc absolument pas obligatoire ! Certaines agences peuvent le proposer pour compenser la pénurie de guides ou mutualiser ce poste de dépense (voir plus bas) mais ce n'est pas du tout un pré-requis du gouvernement japonais.

🚶 Circuit pré-organisé

Le circuit doit être, dans une certaine mesure, organisé à l'avance par une agence de voyages.
Alors que c'était le cas entre le 10 juin et le 7 septembre, les vols et hôtels ne peuvent plus avoir été réservés par vous-mêmes mais doivent désormais l'être forcément par une agence (il n'est donc pas possible de loger chez de la famille).

Par ailleurs, l'ensemble du Japon est accessible aux voyageurs puisqu'il n'y a plus aucune restriction par préfecture, et vous pouvez bien entendu profiter du sacro-saint JR Pass pour vous déplacer au Japon à moindre frais.

Le circuit n'est pas pré-organisé avec des visites imposées ou horaires à suivre ! Si une agence vous l'impose et que cela ne vous convient pas, n'hésitez pas à aller voir ailleurs.

😷 Port du masque et consignes sanitaires

Bien que le port du masque 😷 ne soit plus recommandé au Japon en extérieur depuis le 14 mai, une grande majorité de la population japonaise le porte encore.

Pour les touristes, selon les consignes de l'Office national du tourisme au Japon et du Ministère de la santé, le masque doit être porté en permanence en intérieur (sauf à distance et sans parler !) et en extérieur uniquement lorsque l'on se parle à moins de 2 mètres de distance.

Bien entendu, les voyageurs doivent respecter l'ensemble des autres consignes sanitaires (par exemple, se laver les mains régulièrement et veiller à la distanciation physique). On leur recommande également d'éviter les lieux trop fréquentés ainsi que les heures de pointes dans les transports et restaurants.

🙇🏻 Guide en permanence (du 10 juin au 7 septembre seulement)

En plus de fournir l'autorisation pour votre demande de visa tourisme (voir plus haut), l'agence de voyages japonaise se porte garante de votre bon respect de ces consignes.

Pour ce faire, chaque "groupe" de (à partir de 1) voyageur(s) devait au départ de la reprise touristique être assisté en permanence d'un guide-accompagnateur, y compris pendant les repas. Cela signifie qu'aucun moment en autonomie n'était possible, à l'exception (évidemment) de votre chambre d'hôtel, des toilettes 🚽 et des onsen ♨️.
Le guide notait de son côté les visites, transports et restaurants empruntés tous les jours dans le cas où l'immigration japonaise demanderait un historique si un cas de Covid survenait.

Naturellement, cette responsabilité ainsi que l'amplitude horaire importante du guide et sans aucun jour de congé générait des positionnements tarifaires très élevés, de l'ordre de plusieurs centaines d'Euros par jour (on a même vu des agences proposer des tarifs jusqu'à 1.000€ la journée !).

Au vu du nombre d'accompagnateurs limité, les disponibilités se font déjà rares sur les périodes les plus demandées.

🗾 Jusqu'à quand ces restrictions vont-elles durer ?

C'est LA question que tout le monde se pose... et à laquelle personne n'a encore de réponse. Il est très difficile d'imaginer une quelconque logique dans les prises de décision compte tenu des choix constatés ces 2 dernières années.
Les élections parlementaires japonaises du 10 juillet jouaient possiblement un rôle-clé dans l'évolution de la situation, mais il reste illusoire d'attendre un allègement dans les semaines suivantes.

Pour être tenu(e) informé(e) le jour-même de cette annonce de réouverture des frontières au tourisme libre, n'oubliez pas de vous inscrire gratuitement à la newsletter Kanpai :

Il y a fort à penser que ce système du 10 juin, ajusté au 7 septembre, n'a pas été créé pour rester en place quelques semaines seulement. Les restrictions s'allègent progressivement mais personne ne sait quand elles vont être abandonnées et quelles autres vont rester, notamment les visas et l'organisation via agence.

En fonction de l'évolution des situations sanitaire (les vagues Omicron générant de très nombreux cas), économique et diplomatique ainsi que des pressions aussi bien domestiques qu'internationales, des nouvelles relaxes peuvent être raisonnablement attendues d'ici la fin d'année 2022. -- mise à jour : c'est finalement le 11 octobre !

Dans la semaine qui a suivi la mise en place de ces mesures, seulement 1.300 demandes d'autorisation de visas ont été formulées auprès de l'immigration japonaise. Beaucoup d'agences ont été prises de court et mettent depuis progressivement en place leurs voyages de l'été et de l'automne 🍁.
On apprend un peu plus tard que 252 voyageurs touristiques sont entrés au Japon entre le 10 et le 30 juin, puis 7.903 en juillet et 10.826 en août. Environ 20.000 demandes de visa tourisme ont été formulées pour septembre et près de 36.000 à partir d'octobre. La France est le 4ème pays demandeur après la Corée du Sud, la Thaïlande et les États-Unis, devant l'Australie.

Chacun est libre de profiter de cette possibilité d'enfin (re)partir au Japon après 30 mois de fermeture complète au tourisme, ou d'attendre sans savoir jusqu'à quand vont perdurer ces restrictions.
Ce qui est sûr en revanche, c'est que celles et ceux qui ont la motivation et le budget pour partir ces prochains mois vont profiter à la fois d'un Yen 💴 historiquement faible (donc d'un pouvoir d'achat beaucoup plus fort sur place, qui vient compenser le surcoût lié à l'aérien) et d'une exclusivité de voyage qui ne se reproduira sans doute pas de sitôt !

Mis à jour le 22 septembre 2022 - How to Travel in Japan as a Tourist since June 2022