Parc Tsurumi Ryokuchi (Osaka), vélo citadin et électrique sous les cerisiers en fleurs

Louer un vélo au Japon

Visiter l'archipel en transport doux

⏱ 9 minutes

Se déplacer à vélo lors d’un séjour au Japon est tout à fait envisageable, que ce soit au sein des grandes villes pour visiter autrement, ou pour voyager à travers la campagne japonaise et les petites îles qui composent l'archipel. Le vélo ne manque pas d'atouts pour séduire les vacanciers qui recherchent un rythme de visite plus tranquille, en autonomie et au grand air.

Incontournable pour les Japonais, l'usage du vélo 🚲 se révèle également pratique pour les touristes qui profitent ainsi de toutes les infrastructures pour se déplacer facilement et trouver des places de parking adéquates. La location de vélo au Japon s'organise autour de grandes règles d'usage qu'il est utile de connaître avant de partir.

Les différents types de vélos japonais

Voici ci-dessous les principaux modèles de bicyclettes que l’on rencontre fréquemment au Japon. D'une manière générale, ce sera parmi ces types de vélos que l'on choisira le sien dans le cadre d'une location.

Bicylette citadine

Modèle classique et le plus répandu à la location, le vélo citadin (シティサイクル shitisaikuru pour city cycle) est adapté à la circulation en zone urbaine et dense. Il présente un plateau limité à 6 vitesses, voire ne peut avoir qu'une seule et unique vitesse dans sa version basique. Muni d'une béquille simple, il est en général pourvu d'un panier à l'avant et d'une sonnette. Il est nécessaire de vérifier que les phares soient bien installés si l'on compte rouler de nuit, puisque le soleil se couche en moyenne à partir de 16h-17h en hiver et jusqu'à 19h maximum en été.

Mamachari

Le mamachari (ママチャリ) ou "le vélo de maman" est un véritable vélo utilitaire et citadin, taillé pour les trajets du quotidien et devenu un emblème des familles japonaises. Il possède au minimum un panier et peut être équipé jusqu’à 2 sièges enfant (un à l'avant et un à l'arrière). Il est par ailleurs fourni avec des éclairages, un système d'antivol et une béquille à deux pieds, bien plus stable et absolument nécessaire pour transporter tout ce petit monde.

Tokyo, vélo Mamachari garé dans la rue

Vélo à assistance électrique

Le vélo à assistance électrique (電気自転車 denki jitensha) se montre également très répandu auprès de la population pour son aide précieuse en cas de montée et de transport d'enfant(s). Les modèles citadins existent tous en version électrique et il est facile d'en trouver à la location pour visiter sans se fatiguer. Il faut juste penser à le recharger en cas d'utilisation sur plusieurs jours. L'assistance électrique est :

  • réglable en mode éco, standard ou fort ;
  • enclenchée en pédalant ;
  • limitée à 24 km/h en vitesse de pointe.

Concernant les tailles des vélos, les plus répandues pour les adultes vont de 24 à 27 pouces.

Vélo de route

Plus léger et dépourvu de la plupart des équipements (panier, porte-bagage, garde-boue, béquille, etc.), le vélo de route (ロードバイク roodo baiku pour road bike) s'adresse aux amateurs de vitesse et de kilomètres à avaler. On les reconnaît facilement, habillés comme des coureurs sportifs et qui pédalent surtout le week-end et les jours fériés. En terme de vocabulaire, on range également dans cette catégorie les vélos de sport (スポーツ自転車 supootsu jitensha) et les VTT (マウンテンバイク maountain baiku) adaptés aux parcours sur chemins de terre.

L'antivol de vélo japonais

Les modèles citadins, mamachari et électriques sont quasiment tous pourvus par défaut d’un système antivol plutôt sommaire mais suffisant au Japon, où le vol de vélos reste rare. Placé sous la selle, il se verrouille avec une clé et consiste à faire passer un anneau en métal en travers de la jante arrière. Pour les autres véhicules, on se procure une chaîne antivol classique.

Antivol de vélo japonais, anneau en métal sur la roue arrière

Lorsque le vélo est introuvable après un stationnement, la plupart du temps c'est parce que l'on s'est mal garé et qu'il est parti à la fourrière. Il convient alors de se rapprocher du centre de police koban le plus proche, afin de savoir où il se trouve et de combien s'élève l'amende pour le récupérer (environ 5.000¥ / ~37,73€).

Trouver un loueur de vélo au Japon

En tant que voyageurs, on trouve facilement des loueurs de vélo :

  • autour des gares ;
  • en se renseignant auprès des centres d'informations pour visiteurs ;
  • ou chez certains hébergeurs qui mettent à disposition de leur clientèle une flotte de bicyclettes.

Sur Internet 📶, on peut faire une recherche plus précise par ville ou région avec la requête en anglais "rent a bike" ou en japonais "レンタサイクル" suivie du nom de la destination choisie.

Loueurs indépendants

L'avantage de choisir un établissement indépendant est que l'on peut avoir le choix dans la gamme de vélos à louer : vélo plus sportif, muni d'un porte-bébé ou d'équipements spécifiques. Un service d'accompagnement peut également être proposé, sous forme de cartes imprimées avec itinéraires clés en main, jusqu'à la possibilité de réserver un professionnel pour une visite guidée à vélo. La location s'effectue le plus souvent à la journée, pendant les heures d'ouverture de la boutique.

Voici quelques enseignes que l'on recommande pour la qualité et l'originalité de leur service :

  • Tokyobike Rentals Yanaka à Tokyo met à la location de superbes vélos de sport au look rétro pour adultes et enfants, pour un tarif en moyenne de 2.400¥ (~18,11€) pour la journée ;
  • Yamato Kanko Rental Cycle à Nara propose de louer un vélo et un kimono au même endroit. Compter pour 1 journée : 550¥ (~4,15€) la location d'un vélo simple adulte ou enfant et 1.320¥ (~9,96€) celle d'un vélo électrique, avec en option gratuite un siège pour bébé ;
  • Uemachi Rental Bicycle à Osaka présente une gamme de petits vélos de ville à louer à partir de 300¥ (~2,26€) la première heure, puis 100¥ (~0,75€) par tranche de 20 minutes supplémentaires, jusqu'à la somme maximale de 1.300¥ (~9,81€) qui correspond au tarif à la journée.
  • Kyoto Eco Trip possède plusieurs boutiques dans le centre-ville et propose une large gamme de vélos à la location pour un tarif à la journée compris entre 900¥ (~6,79€) et 2.500¥ (~18,86€) selon le type de bicyclette choisi et les équipements inclus.

Vélos en libre-service

Comme Vélib' Métropole à Paris, le système de location de vélos en libre-service existe dans la plupart des grandes destinations touristiques du pays : Tokyo, Kamakura, Nagoya, Kyoto, Osaka, Nara, Kobe, Hiroshima, Kanazawa, Fukuoka et jusqu'à Naha sur Okinawa. En règle générale, un seul modèle est disponible à la location ; il s'agit de la version classique, citadine avec panier et assistance électrique. Il n'est pas possible de transporter des enfants avec ces loueurs et la taille minimum requise est d'1,45 mètre.

Le principe de la réservation en ligne requiert de créer en amont un compte nominatif depuis une application mobile à installer sur son smartphone 📱, le plus souvent sans frais de mise en service et avec l'enregistrement de sa carte de crédit 💳. On débloque ensuite le vélo à une borne relais et au moyen d'une carte de transport IC (Suica par exemple). Voici trois enseignes parmi les plus populaires :

  • Docomo Bike Share, géré par l'opérateur mobile NTT Docomo, est largement implanté dans l'archipel. En terme de prix, il faut compter 110¥ (~0,83€) pour 30 minutes d’utilisation et 165¥ (~1,25€) la première demi-heure. Le pass à la journée, baptisé 1-day-Pass, est vendu entre 1.048¥ (~7,91€) et 1.650¥ (~12,45€) selon les villes, où Sendai est la ville moins chère et Tokyo la plus coûteuse.
  • Malgré une implantation moins étendue que pour Docomo, le loueur Cogicogi reste suffisamment présent dans les grandes villes pour une utilisation ponctuelle et facile dans le cadre d'une sortie touristique. On choisit parmi l'une des trois formules à la durée suivantes, affichées hors taxes : 12 heures pour 2.100¥ (~15,85€), 24 heures pour 2.400¥ (~18,11€) et 48 heures pour 3.600¥ (~27,16€).
  • Hello Cycling est un loueur japonais qui ne propose pas de version anglaise de son service de réservation en ligne et s'adresse donc en priorité aux locaux. La location d'un vélo citadin commence à partir de 60¥ (~0,45€) les 15 minutes et s'élève entre 1.000¥ (~7,55€) et 1.500¥ (~11,32€) la demi-journée.

Quid de son propre vélo ?

Les véritables cyclistes passionnés peuvent apporter leur propre deux-roues par avion ✈️ pour ensuite voyager au Japon à vélo. Sur place, il est possible de prendre le train 🚅 avec un vélo mais il faut prévenir au moment de la réservation du billet, veiller à retirer la roue avant et transporter le tout dans un sac adéquat. Autrement, on peut choisir l'envoi séparé et plus "léger" par takkyubin, d’hôtel 🏨 à hôtel par exemple.

L'achat d'un vélo au Japon suppose que ce dernier soit immatriculé puis enregistré auprès du centre de police, avec le nom et l’adresse de son propriétaire. Cette information se montre ensuite utile en cas de vol ou d'enlèvement pour mise à la fourrière (mauvais stationnement).

Le coût pour se débarrasser d'un vélo usagé varie en fonction de son lieu d'habitation et est généralement compris entre 300¥ (~2,26€) et 2.000¥ (~15,09€). Il convient pour cela de contacter la déchetterie la plus proche pour les encombrants (粗大ごみ受付センター sodai gomi center). Autrement, on peut essayer de le revendre à un magasin de seconde main (リサイクルショップ recycle shop).

Berges Arakawa Dote (Tokyo), piste cyclable dédiée 2

Les meilleures destinations pour pédaler

La topographie japonaise se montre particulièrement riche et rassemble aussi bien des plaines, des montagnes, des vallées que des littoraux. L'archipel comprend plusieurs milliers d'îles plus ou moins grandes et dont certaines sont reliées entre elles par des ponts. Ainsi, le Japon ne manque pas de destinations et de paysages propices à la traversée à vélo. Le printemps 🌸 et l'automne 🍁 restent les meilleures saisons pour pédaler sous un climat favorable et face à une nature parée de ses plus belles couleurs.

À vélo, on explore davantage la ville en s'aventurant dans des quartiers plus étendus. Dans les endroits plus reculés, on admire la campagne japonaise, hors des sentiers battus et avec une certaine sensation de liberté.

Voici une liste non-exhaustive des meilleures balades à vélo à faire au Japon :

  • la célèbre route de la Shimanami Kaido entre Onomichi (Hiroshima) et Imabari (Ehime) ;
  • la plaine de Kibi (Okayama) ;
  • le long de la rivière Kamo-gawa à Kyoto ;
  • les quartiers de la ville basse à Tokyo et plus largement les pistes cyclables qui longent les berges des différents cours d'eau de la capitale, comme celles des rivières Arakawa et Edogawa jusqu'au parc côtier de Wakasu (Wakasu Kaihin Koen) ;
  • la grande île d’Awaji (Hyogo) ;
  • les villages de Nasu, Itamuro et Kuroiso (Tochigi) ;
  • autour du mont Yotei ainsi que les collines de Furano et Biei (Hokkaido) ;
  • et l'île tropicale de Miyako-jima (Okinawa) et son long pont Irabu Ohashi.
Mis à jour le 30 août 2021 -