Aizu-Wakamatsu, parc du château de Tsuruga

Aizu-Wakamatsu

La ville-château de Fukushima au temps des samouraïs

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Aizu-Wakamatsu est une ville située au coeur des montagnes à l’ouest de la préfecture de Fukushima, dans le Tohoku au Japon. Ancienne capitale féodale du domaine d’Aizu, la cité est devenue une destination touristique connue pour son château et l’héritage issu des clans de samouraïs. L'artisanat traditionnel local fait également le bonheur des amateurs de shopping rétro.

À environ 3 heures en train 🚅 depuis la gare de Tokyo, Aizu-Wakamatsu se dresse comme une porte d'entrée intéressante pour visiter la préfecture de Fukushima et plus largement le nord du Japon. Sur le plan géographique, la ville est entourée de paysages naturels grandioses comme le lac Inawashiro, le mont Bandai et la merveilleuse vallée d'Oku Aizu. Les activités en extérieur ne manquent pas, que ce soit le ski en hiver ou les grandes randonnées en été.

Le centre-ville se montre tout aussi digne d'intérêt et plusieurs sites touristiques témoignent du passé glorieux de la cité, à l'époque Edo (1603 - 1868) lorsqu'elle était la capitale des samouraïs du domaine d'Aizu. En voici un aperçu détaillé :

Aizu-Wakamatsu, château de Tsuruga, vue sur le parc depuis l'observatoire du donjon

L'emblématique château de Tsuruga

Le château 🏯 de Tsuruga (ou Aizuwakamatsu-jo 🏅) est inauguré en 1384 par Ashina Naomori. Plusieurs chefs daimyo de clans différents vont ensuite se succéder à la tête du domaine. La période Edo voit s'installer le clan Matsudaira qui règne sur ces terres pendant des générations, jusqu’à ce que les forces impériales ne reprennent le contrôle du territoire en 1869 à l'issue de la guerre civile de Boshin, pendant la Restauration de Meiji. Considéré comme l'un des derniers sanctuaires de samouraïs fidèles au shogunat Tokugawa, le château est démantelé en 1874 par le gouvernement de l'empereur.

Le donjon actuel de cinq étages, aux murs blancs et à la toiture en tuiles rouges, date de 1965. Ce château reconstruit abrite un musée qui retrace son histoire et expose l'équipement typique des guerriers féodaux, par exemple les sabres et les casques kabuto. Une galerie d'observation en extérieur est aménagée au dernier étage et offre par temps clair un joli panorama sur Aizu-Wakamatsu.

Le parc au pied du château se révèle assez grand et permet d'étudier le système défensif de la forteresse au gré d'une agréable balade. Les cerisiers 🌸 et les érables sont largement présents au sein de cet espace vert et garantissent de belles couleurs au printemps puis à l'automne. Pour finir, on découvre, dans une enceinte particulière, la maison de thé traditionnelle baptisée Rinkaku.

Aizu-Wakamatsu, jardin Oyakuen

Le jardin d'herbes médicinales Oyakuen

Non loin du château de Tsuruga, à quelques dizaines de minutes à pied, on conseille la visite du très charmant jardin seigneurial Oyakuen. Consacré aux herbes médicinales, il est ré-aménagé en 1696 en un typique jardin japonais de promenade, autour d'un plan d'eau principal et avec des petits ponts de pierre et des cascades miniaturisées. Désigné lieu national à la beauté scénique en 1932 et ouvert au public depuis 1953, Oyakuen se découvre comme un bel exemple de ce qui se faisait à l’époque du shogunat Tokugawa.

Le jardin comprend également plusieurs pavillons de thé, dont :

  • Rakujutei, un petit et traditionnel kiosque disposé sur l'îlot central au milieu de l'étang ;
  • et la grande maison Ochaya-goten composée initialement de trois pièces : Kaminoma réservée au seigneur féodal, Tsuginoma et Hikaenoma. En 1882, la pièce Matsunoma, en référence au clan Matsudaira qui régna longtemps sur Aizu, est ajoutée ainsi qu’une aile à deux étages.

Oyakuen se révèle particulièrement beau à l'automne lorsque les feuilles koyo 🍁 des érables rougissent partout dans l'enceinte.

Aizu-Wakamatsu, Nanuka-machi Dori, ancien entrepôt kura reconverti en restaurant

L'avenue commerçante Nanuka-machi Dori

On change un peu de décor pour les alentours de la gare JR Nanukamachi, qui transporte les visiteurs dans le quartier commerçant d'Aizu-Wakamatsu et son architecture d'antan, à base :

  • d'anciens entrepôts traditionnels japonais baptisés kura et reconvertis en diverses enseignes locales ;
  • et de bâtiments plus récents aux façades à l'occidentale qui témoignent de l'ouverture du Japon à l'ère Taisho, au début du XXe siècle.

L’avenue principale Nanuka-machi Dori offre un aperçu complet de l’artisanat local, des bougies peintes à la main (E-rousoku) et décorées de fleurs de saison à Hoshiban, à la vaisselle laquée d’Aizu, en passant par les tissus en coton dont on peut visiter les ateliers de confection. Cette virée ravira à coups sûrs les amateurs de shopping rétro.

La gastronomie locale est également mise à l'honneur avec le saké de la maison Suehiro Kaeigura qui propose un tour guidé sur la fabrication du breuvage, via un parcours à travers cinq kura reconverties en brasseries de saké.

On croise par ailleurs, entre les magasins de souvenirs et les restaurants, de nombreuses pierres tombales qui semblent abandonnées. Elles sont pour la plupart rattachées au temple Amida-ji dont l'enceinte se situe à l'entrée du quartier. Plus de 1.300 guerriers du clan Aizu, morts pendant le dernier siège du château, sont enterrés ici. Autrefois, une grande statue de Bouddha veillait sur eux mais elle a été fondue dans l’effort de guerre en 1939-1945.

Aizu-Wakamatsu, château de Tsuruga, maison de thé traditionnelle Rinkaku et érable rouge en novembre

Le meilleur d'Aizu-Wakamatsu en quelques adresses

Aizu-Wakamatsu se visite facilement en train et bus ou en voiture 🚙. Du parc du château de Tsuruga qui constitue le point de départ idéal pour découvrir la ville, on se dirige ensuite :

  • tout au sud, pour arpenter la rue principale de Ouchi-juku : cet ancien relais de poste sur la route Nishi Kaido qui reliait Aizu Wakamatsu à Nikko à l’époque Edo est aujourd'hui renommé pour son architecture préservée en toit de chaume ;
  • au nord-est du centre-ville, pour découvrir l'original pavillon Sazaedo et ensuite grimper au sommet du mont Iimoriyama : là-haut, on se recueille sur les dix-neuf tombes des jeunes guerriers du groupe Byakkotai qui se suicidèrent après avoir cru (par erreur) que leur château était en flammes, pris par les troupes de l'Empereur Meiji en 1868 ;
  • à l'est, pour se promener dans le jardin Oyakuen, puis visiter la belle et grande reproduction de la maison de samouraï Aizu Bukeyashiki et enfin rejoindre Higashiyama Onsen ♨️ afin de passer la nuit dans un charmant ryokan.

On recommande de rester un à deux jours sur place pour bien ressentir l'atmosphère et revivre l'histoire d'une ville japonaise au temps des samouraïs.

Cet article a été réalisé dans le cadre d'un séjour organisé et financé par la région du Tohoku et les préfectures associées. Kanpai a été invité et guidé mais conserve une liberté totale dans sa publication éditoriale.
⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Aizu-Wakamatsu et autour.
Par Kanpai Mis à jour le 22 juillet 2021