Parc aux pruniers japonais du jardin Kairaku-en (Mito)

Kairaku-en

Le grand jardin aux 3.000 pruniers de Mito

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Kairaku-en est un parc japonais traditionnel situé dans la ville de Mito, la capitale de la préfecture d’Ibaraki au nord de Tokyo. Classé parmi les trois plus beaux jardins paysagers du Japon, Kairaku-en est surtout connu et fréquenté pour la floraison de sa forêt de pruniers qui transcende le site à partir de la mi-février.

La découverte du jardin de Kairaku-en se révèle impressionnante. La beauté offerte par le paysage botanique n'a d'égal que sa remarquable superficie de 300 hectares, qui en fait l’un des plus grands parcs citadins aménagés au monde. Il rejoint aisément le top 3 des jardins les plus célèbres du Japon (日本三名園), aux cotés du Koraku-en d'Okayama et Kenroku-en de Kanazawa.

Signifiant littéralement "jardin pour le plaisir de tous", Kairaku-en est à l'image de la volonté de son commanditaire qui voulait en faire dès le départ un lieu public chaleureux. Neuvième daimyo du domaine de Mito, Nariaki Tokugawa (1800 - 1860) fit construire ce jardin après avoir été inspiré par une phrase de Confucius tirée de l'ouvrage Classique des rites et qui insiste sur l’équilibre entre tension et relaxation. C’est ainsi qu’il songea à l'aménagement d’un parc public pour détendre le corps et l’esprit après une dure journée d’entraînement militaire au Kodokan, la grande école domaniale han de la ville de Mito.

Jardin japonais Kairaku-en (Mito) 2

Une forêt de pruniers en fleurs entre février et mars

Comme Nariaki appréciait particulièrement les pruniers ume (ou abricotiers du Japon) pour la beauté de leurs fleurs ainsi que l'aspect pratique de leurs fruits qui, une fois marinés, servaient de nourriture de survie, il les choisit naturellement comme arbre d'ornement dominant pour son jardin. Les premiers pruniers furent ainsi plantés en 1842. Le parc Kairaku-en compte actuellement près de 3.000 arbres, une centaine de variétés différentes et des couleurs qui varient du blanc au rouge en passant par le rose, au moment de la floraison de la mi-février à la fin mars.

Lors de cette haute saison touristique pour le Kairaku-en, le jardin s'anime et de nombreux stands de nourriture de rue se réunissent près de la porte Higashimon à l'est. Il est ainsi possible d'acheter son pique-nique, composé d'omelettes okonomiyaki, de nouilles sautées yakisoba et de brochettes de viande grillée yakitori, et de s'installer sous les pruniers pour le déguster. Également, le restaurant Kairakuen Rest House propose notamment des nouilles udon à la prune, un excellent moyen de rester dans le thème de la visite.

Un vaste jardin empreint de contrastes

La conception du jardin est basée sur la philosophie japonaise du In et Yô, que l'on connaît plus communément sous le nom chinois du yin et du yang. Afin de profiter pleinement de cette approche spirituelle, le parcours recommandé est le suivant :

  • On débute la visite du Kairaku-en par l’entrée principale nord baptisée Omotemon ou Kuromon, en référence à sa couleur noire. On remarque alors un premier exemple de la dualité du jardin avec la présence d'un camélia géant du Japon à gauche de la porte et d'un immense cerisier à sa droite.
  • On pénètre ensuite dans la partie occidentale du parc qui symbolise In. Cette zone sombre et ombragée comprend notamment les forêts de bambous et de grands cèdres.
  • On continue vers la partie orientale, c'est-à-dire le Yô du Kairaku-en, où la vue se dégage et laisse place une agréable forêt de pruniers lumineuse et une esplanade composée de bosquets d'azalées qui surplombe les alentours de la ville.

Vue sur le jardin Kairaku-en depuis la maison Kobuntei (Mito)

La visite d'une belle résidence japonaise

Toujours sur ce plateau, on visite le Kobuntei, une bâtisse traditionnelle de l’époque Edo (1603 - 1868). Son nom proviendrait d'un ancien mot japonais pour désigner la prune. À l’origine, elle servait de résidence secondaire à Noriaki qui venait y séjourner pour se détendre et apprécier la beauté des saisons. Parfois, le lieu était également utilisé pour divertir des invités ou accorder des audiences à ses sujets. Détruit pendant les derniers jours de la Seconde Guerre Mondiale, l'édifice actuel date de 1958 et a été reconstruit selon les spécifications d'origine.

La maison comporte trois étages et s'accompagne d'un salon de thé indépendant appelé Karoan. Le premier niveau se divise en plusieurs pièces en tatami avec des portes coulissantes fusuma décorées de sublimes dessins traditionnels qui représentent la nature environnante à différentes saisons. Éclairée à la lueur de petites lanternes de plancher, la bâtisse présente une esthétique générale à la fois nostalgique et chaleureuse. Depuis le troisième étage baptisé Rakujuro, une splendide vue panoramique s'offre sur le jardin, le lac Senba, le mont Tsukuba et les forêts de pins de Oarai. À noter que le grand cerisier baptisé Sakon no Sakura 🌸, que l'on admirait depuis le Kobuntei, n'a hélas pas survécu au passage du typhon 🌀 Faxai le 9 septembre 2019.

Avant de rejoindre le centre-ville de Mito autour de la gare JR, la promenade se poursuit en dehors de l'enceinte principale du jardin, où l'on retrouve de nouveau des pruniers au bord de petits étangs bucoliques, ainsi que les sanctuaires shinto Tokiwa et Gokoku Ibarakiken.

⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Kairaku-en et autour.
Par Kanpai Dernière mise à jour le 26 février 2020