Nakagin Capsule Tower (Tokyo), vue sur la fenêtre ronde de l'appartement

Nakagin Capsule Tower

Les premiers appartements-capsules au monde

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Nakagin Capsule Tower est une double tour modulaire à usage de logements et de bureaux située dans le quartier de Ginza à Tokyo. Architecture symbolique du Mouvement métaboliste créée par Kisho Kurokawa au début des années '70, celle qui répondait à l'époque à un besoin croissant d'hébergements, dans une mégapole en pleine mutation, est aujourd'hui en cours de démantèlement et disparaîtra définitivement du paysage de la capitale nippone en mars 2022.

🚧 Accès restreint

Démantèlement définitif de la tour en cours d'octobre 2021 à mars 2022

Visite guidée d'une capsule témoin confirmée jusqu'à la fin de l'année 2021 (sur réservation et selon un calendrier particulier)

La tour Nakagin Capsule Tower est la première œuvre majeure de son créateur : l'architecte japonais Kisho Kurokawa (1934 - 2007). Ce dernier réalisera par la suite de nombreux projets durant sa carrière, comme le Musée national d'ethnologie au nord d'Osaka ou encore le centre national des Arts de Tokyo qui est l'une de ses dernières grandes créations.

Nakagin Capsule Tower (Tokyo), maquette Lego de l'immeuble

L'emblème du Mouvement métaboliste au Japon

Originaire de Nagoya et diplômé des écoles d’architectures de Kyoto et Tokyo, Kurokawa est reconnu comme l’un des fondateurs du Mouvement métaboliste, en japonais メタボリズム Metabolizumu. Ce courant, qui naît au Japon après la guerre, repose sur le principe de considérer l'architecture urbaine comme un organisme organique, qui pourrait ainsi croître et s'adapter facilement aux besoins d'une société devenue de masse. Le mouvement dit du "métabolisme" connait son âge d'or dans les années '70 avec la tenue de l'Exposition Universelle de 1970 à Suita (Osaka) puis l'inauguration de la tour Nakagin à Tokyo en 1972.

À l'époque, Tokyo (et plus largement le pays) connaît une ascension économique fulgurante. Kisho Kurokawa imagine une solution d'hébergement adaptée aux salarymen sous la forme de petits appartements fonctionnels situés en plein cœur de ville, cela afin d’éviter de longs trajets quotidiens en transports entre le bureau et le domicile familial situé en périphérie urbaine.

L'emplacement retenu pour ce projet se situe logiquement à Ginza, tout proche de Shimbashi et non loin de Shinagawa ou encore de Marunouchi, quartiers qui concentrent une majorité de bureaux d'affaires et donc avec eux, les futurs locataires visés par l'architecte. En 1972, le sud du quartier de Ginza présente un paysage urbain plutôt peu élevé. La vue offerte par les derniers étages de la tour permet donc de bénéficier d’un panorama dégagé :

Depuis, Nakagin Capsule Tower s'est vue rejointe par de nombreux autres immeubles hauts ainsi que l'autoroute aérienne qui passe tout à côté. Malgré tout, sa silhouette particulière, telle une ruche composée de modules encastrés et habillés chacun d'une grande fenêtre ronde, attire encore tous les regards.

D'autres architectures issues du Mouvement métaboliste et qui évoquent la tour Nakagin peuvent être contemplées au Japon, tels que :

  • Capsule House K (1974) de Kurokawa et situé à Karuizawa ;
  • et surtout le Centre de Presse et Diffusion Shizuoka (1967) réalisé l’architecte Kenzo Tange et également situé à Ginza.

Nakagin Capsule Tower (Tokyo), mobiliers et équipements d'origine d'un appartement

Un concept futuriste de modules habitables

Nakagin Capsule Tower se compose de 2 tours mitoyennes en béton armé, d'une hauteur de 11 étages pour la plus petite et de 13 étages pour la plus grande. Elles desservent au total 140 capsules en acier accrochées à la structure principale via 4 points d’encrage seulement, soutenues en porte-à-faux et d'une surface unique de 10 m².

Bien pensées dès le début, elles sont livrées aménagées et équipées de matériel audio et vidéo de marque Sony, gage de haute qualité. Chaque capsule présente un design moderne que l'on qualifie de futuriste pour l'époque, et comprend :

  • à l'entrée, un coin sanitaire, WC et salle de bains, fermé par une porte et qui rappelle un peu ce que l'on trouve dans les camping-cars ou les avions long courrier ;
  • un espace principal divisé en 2 zones :
    • un pan de mur entièrement meublé sur-mesure et équipé (télévision, téléphone, radio, chaîne Hi-Fi) qui permet de déplier une petite table pour manger, travailler ou se divertir ;
    • un coin couchage avec un lit 1 place, une lampe et parfois un fauteuil.
  • enfin, en élément central, la symbolique grande fenêtre ronde d'1,3 mètre de diamètre qui fait penser à hublot équipé d’un store coulissant circulaire.

Kisho Kurokawa, qui était également sensible à l’écologie et au recyclage, prévoit initialement un entretien et un remplacement des capsules tous les 25 ans. Au début de la commercialisation, le coût d'une capsule équivaut à celui d'une belle voiture 🚙 de luxe.

Même si l'espace intérieur reste modeste, l'appartement-capsule fournit à son résident tout ce dont il a besoin pour passer une nuit confortable après une longue journée de travail. Les nombreux restaurants, bars izakaya et autres konbini fournissent facilement de quoi se restaurer et sortir le soir entre collègues. Par ailleurs il y a, comme dans un hôtel 🏨, un système de conciergerie qui peut s'occuper du linge.

Une fois propriétaire, on peut occuper les logements comme on le souhaite : de manière temporaire ou bien de façon permanente. On peut également habiter dans plusieurs capsules voisines et profiter de chaque espace comme d'une pièce. Certains s'équipent en plus d'une petite cuisine d'appoint avec un réfrigérateur et un réchaud de camping.

Avec les années qui passent, l'usage de la tour Nakagin Capsule Tower se diversifie et l'on trouve des capsules transformées en bureaux professionnels et salles de réunion. D'autres encore y exposent leurs créations artistiques. Certaines ont même servi pendant un temps de location Airbnb, sans que cette pratique ne soit d'ailleurs validée par le syndicat de l'immeuble.

Nakagin Capsule Tower (Tokyo), vue sur l'immeuble en 2021 avant le démantèlement

Une rénovation des capsules qui n'aura jamais lieu

En 1997, soit 25 ans après la mise en service de la tour, les premiers remplacements de capsules n'aboutissent pas. Tous les propriétaires ne sont pas d'accord pour ce projet d'envergure et il se révèle techniquement impossible de changer une seule cabine à la fois, indépendamment de ses voisines.

La crise économique des années 2000 provoque la faillite de l'entreprise du bâtiment finalement retenue pour les travaux d'envergure de la tour Nakagin. Puis, le décès de son créateur en 2007 retarde de nouveau le processus. Et enfin, le séisme du Tohoku en 2011 cause d'importants dégâts supplémentaires et finit de mettre un terme à tout espoir d'une rénovation complète et suffisante de l'édifice.

La rouille attaque de plus en plus toutes les capsules et l'on recense de nombreuses infiltrations, que ce soit dans les logements ou dans les parties communes. L'isolation thermique dorénavant insuffisante rend les cabines énergivores en consommation électrique et trop coûteuses en entretien.

Certains propriétaires nostalgiques tentent des campagnes de fonds pour préserver ce patrimoine architectural. Mais la pandémie de Coronavirus 🦠 qui débute en 2020 complique encore une fois le projet et la recherche d'investisseurs généreux. En mars 2021, la décision finale du démantèlement de la tour Nakagin est annoncée. Le chantier est lancé en octobre 2021 et devrait se terminer en mars 2022. D'ici là, des visites guidées d'une capsule témoin restée dans son jus sont possibles sous certaines conditions. Point d'attention : les parties communes jugées trop délabrées ne sont pas autorisées à être photographiées.

En 50 ans d'existence, Nakagin Capsule Tower aura marqué la capitale japonaise de son empreinte insolite ainsi que plusieurs générations d'architectes contemporains et autres amateurs de concepts novateurs.

Afin de préserver ce qui peut l'être encore, quelques musées à travers le monde se sont engagés à recevoir et à exposer une capsule Nakagin, par exemple le Centre Pompidou de Paris. Par ailleurs, il est déjà possible d’en voire une au Musée d'art moderne de la préfecture de Saitama, dont le bâtiment est également l'une des réalisations de Kisho Kurokawa.

⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Nakagin Capsule Tower et autour.
Par Kanpai Mis à jour le 14 octobre 2021 Nakagin Capsule Tower