setsuden-japon

Economies d'énergie au Japon : Setsuden

Pénurie d'électricité et centrales nucléaires japonaises

Depuis hier et jusqu'au 7 septembre, le Japon est passé en mode 節電 setsuden, qui signifie "économie d'électricité" . Cette campagne fait suite à celle de l'été dernier, où quelques mois seulement après le séisme et le tsunami du 11 mars, entraînant la catastrophe de Fukushima, le Japon devait modérer sa consommation d'énergie. Je vous avais d'ailleurs montré ce que donnaient les restrictions d'électricité en 2011 à Tokyo.

Depuis, les 50 réacteurs nucléaires du Japon ont été arrêtés les uns après les autres, jusqu'à atteindre ce point étonnant début mai ou plus aucun d'entre eux n'était en activité. Mi-juin, le Premier Ministre japonais Yoshihiko Noda avait accordé l'autorisation de relancer deux réacteurs de la centrale nucléaire de Ôi, à 70km au nord de Kyoto dans la préfecture de Fukui. L'opération a eu lieu dimanche. Et ce contre l'opinion d'une partie de la population japonaise, qui l'a fait savoir samedi en manifestant en masse devant le bureau de Noda : on a parlé de 200.000 personnes présentes ! Une pétition contre l'utilisation d'énergie nucléaire aurait également recueilli 7,5 millions de signatures.

Vous n'êtes pas sans savoir que, même si ce n'est pas encore le cas ces jours-ci, il fait très chaud l'été au Japon. De nombreux appareils électriques sont utilisés, à commencer par les climatisations, et l'on craint naturellement une pénurie d'électricité. C'est pourquoi la vaste campagne Setsuden vise à éduquer les Japonais et à leur faire changer leurs habitudes pour consommer de manière plus rationnelle.

Concrètement, cela se traduit par des gestes de bon sens très simples que les habitudes de consommation ont sans doute eu tendance à faire oublier :

  • mieux utiliser l'air conditionné : ne le démarrer qu'à partir de 28°C et l'éteindre en quittant une pièce. A l'inverse, ne pas surchauffer non plus lorsqu'il fait froid (dans les maisons au Japon, c'est la même machine エアコン AirCon qui sert été comme hiver)
  • prendre une douche plutôt qu'un bain, ou utiliser la baignoire commune ofurô pour toute la famille
  • éteindre la lumière en quittant une pièce
  • débrancher ou couper les multiprises des appareils non utilisés pour ne pas les laisser en veille (ce qui continue de consommer)
  • couper le siège chauffant des toilettes japonaises 🚽 du printemps à l'automne
  • réduire l'utilisation des fours et du lave-linge (bien que les machines à laver japonaises lavent à l'eau froide)
  • utiliser des ampoules à basse consommation

Les espaces publics s'adaptent également en mettant en place des mesures évidentes :

  • réduction des éclairages publics inutiles et dans les magasins la nuit
  • arrêt des escalators inutiles, notamment dans les métros
  • réduction de la fréquence des trains 🚅, notamment autour de Fukuoka
  • arrêt des distributeurs de boissons les moins utilisés (et développement des distributeurs A011 capables de conserver le frais jusqu'à 16 heures sans énergie, utilisant l'électricité seulement la nuit, lorsqu'elle est la plus disponible)

Les coupes énergétiques doivent permettre de réduire la consommation de 5 à 15% (par exemple à Kyoto ou Osaka). Dans le cas où celle-ci dépasserait 99% de la capacité dans les zones les plus concernées du Japon (Kansai, Kyushu, Hokkaido, Shikoku), le gouvernement devrait instaurer des coupures générales par roulement. Seule Okinawa, dont l'énergie n'est pas d'origine nucléaire, n'est pas concernée par ces restrictions.

Dans le pamphlet "Eco Lifeguide" (voir ci-dessus), on nous explique que le Japon a augmenté de 12,3% ses rejets de CO2 entre 1990 et 2007. Les évènements du 11 mars 2011 (re)mettent en lumière une prise de conscience urgente du bien-vivre pour l'avenir de tous. Les Japonais utilisent beaucoup les transports en commun, ainsi que le vélo 🚲, et sont parmi les mieux avancés en développement de voitures 🚙 hybrides, grâce à la toute-puissante Toyota Prius. Toyota qui s'apprête d'ailleurs à équiper la chaîne de conbini 7-Eleven avec des voitures électriques plus économes.

Mais ils peuvent encore s'améliorer et changer des mauvaises habitudes inutiles, néfastes pour la planète et qui alourdissent les factures d'électricité. Le Setsuden de cet été rappelle que d'autres efforts peuvent être faits, par exemple sur l'extinction des kotatsu (couverture chauffante) la nuit en hiver, ou encore sur l'utilisation :

  • de ses propres baguettes lavables plutôt que les jetables en bois
  • de thermos plutôt que des canettes ou bouteilles individuelles
  • de sacs en tissu pour faire les courses plutôt que la multiplication des sacs plastiques

Rappelons que le recyclage est un acte en aval, qui peut être accompagné par une bonne gestion en amont. Quant à nous, au risque de passer pour un moralisateur, n'attendons pas qu'une catastrophe comme celle de Fukushima vienne nous bousculer pour continuer notre prise de conscience. La plupart de ces gestes, nous pouvons aussi les adopter !

Dernière mise à jour le 01 octobre 2018