annuler-voyage-japon-tepco

Annulation de son voyage au Japon ?

Faut-il maintenir ses réservations (vol / conditions d'assurance) ?

Pas la peine de faire la politique de l'autruche : au-delà de notre caste de gens "bien renseignés" qui ne jugeons pas utile de reporter notre séjour, on en trouve un certain nombre qui souhaitent annuler leur voyage au Japon, par peur du risque ou simplement sur la base du principe de précaution.

Je ne juge pas ces personnes. Du moins tant qu'elles ne jugent pas ceux qui font le choix de partir tout de même. Chacun est libre de faire ses choix.

Le rouleau-compresseur des médias sensationnalistes a accompli sa tâche du lavage de cerveau, avant de passer à un autre sujet. Des dizaines de milliers de Japonais du Tôhoku sont décédés ou disparus au cours des catastrophes du 11 mars, encore beaucoup plus sont sans abris, mais tous ceux-là sont les oubliés d'un monde de l'image où l'émotion a une date de péremption. Demain, ils seront rejoints par les insurgés du monde arabe, sans aucune autre forme de procès.

En attendant, c'est le tourisme au Japon qui subit de plein fouet les effets de la peur du nucléaire. David, sur son blog Ogijima, démontre à coup de chiffres précis (et avec virulence) que la radioactivité n'est pas dangereuse dans la grande majorité du territoire japonais. Et si de nombreux autres facteurs sont en cause (communication chaotique de TEPCO et du gouvernement japonais, risque de contamination alimentaire, répliques sismiques quasi-quotidiennes depuis le 11 mars, peur d'emmener ses proches sur un territoire dont on ne peut connaître avec précision les effets à long-terme, pression psychologique de la famille et des amis), les faits sont là : beaucoup ont au mieux reporté, voire hésitent ou cherchent à annuler leur voyage au Japon.

Alors, puisque même le gouvernement français s'y est mis il y a quelques jours (pourtant parmi les premiers à favoriser la psychose en mars, par le biais de l'Ambassade de France au Japon), répétons-le : en-dehors de la zone d'exclusion, voyager au Japon dès maintenant ne comporte pas de risque sur la santé a priori.

Il me paraît donc terriblement dommage d'annuler un tel séjour généralement planifié des mois à l'avance, avec un budget important et tous les problèmes collatéraux que cela implique : gestion des congés posés en entreprise, difficultés et frais d'annulation des vols et réservations d'hôtel 🏨 ou de Japan Rail Pass (tous rapportés par plusieurs d'entre vous en commentaires de précédents articles), communication difficile avec les assurances annulation de voyage...

Quant à l'argument selon lequel il ne serait pas très heureux de voyager au Japon dans les mois suivant la catastrophe, c'est une question de point de vue. Je ne vois pas ça comme un manque de respect, mais au contraire plutôt comme une marque de confiance renouvelée, sans compter la minimisation de l'impact économique sur le tourisme. En continuant à voyager au Japon, on contribue à faire tourner son appareil touristique et, sauf erreur, c'est plus que jamais le moment où les Japonais en ont besoin.

Si vous avez annulé votre voyage au Japon, quelles qu'en soient les raisons, venez en parler en commentaires et discutons de vos avis avec ouverture !

Dernière mise à jour le 09 septembre 2015