flyjin

Français au Japon : les conséquences de la débâcle

Image de la France au Japon après le tsunami

Depuis la catastrophe du séisme / tsunami et l'inquiétude radioactive qui a suivi, la population d'expatriés au Japon s'est vue bouleversée. Un nombre important de ressortissants étrangers résidant sur l'archipel a semble-t-il fui, soit pour s'installer dans le sud du Japon ou les pays asiatiques proches le temps que la situation s'apaise (d'où le néologisme "eva-cation"), soit pour rentrer définitivement au pays et tourner la page nippone. Selon les sources, il semble que 80 à 90% des 9.000 expatriés français aient quitté le Japon depuis le 11 mars. L'Ambassadeur parlait de quelques 1.800 restants il y a plusieurs jours.

Je ne juge pas ces personnes, quelles que soient leurs raisons d'avoir quitté le Japon.

Bien au chaud dans son fauteuil qui n'a ni tremblé, ni flotté, ni été irradié, il est facile de critiquer et de dire qu'à leur place, il aurait mieux valu faire autrement. On n'a pas reçu des appels ou mails de la famille paniquée et insistant pour que l'on quitte le Japon. On n'a pas eu peur qu'il arrive un drame à nos proches, à chaque nouvelle réplique du tremblement de terre. On n'hésite pas à nourrir ou à donner à boire à son petit avec la crainte de le contaminer. Donc quand on n'est pas touché, autant que possible, je pense qu'on peut se la fermer sur ce sujet.

Quoi qu'il en soit, le résultat est là : une bonne partie de la population française à déserté le Japon. Et ce geste aura de toute façon des conséquences.

D'abord, à l'extérieur, il semble que les vannes commencent à tomber. On lisait sur Twitter il y a quelques jours :

Les Français ont été les premiers à faire des dons suite à la catastrophe au Japon... sous forme de taxes d'aéroport.

Attention à ne pas rire trop fort, quand même, comme le comédien Gilbert Gottfried qui s'est fait licencier pour avoir publié rapidement des tweets comme :

  • I was talking to my Japanese real estate agent. I said ‘is there a school in this area.’ She said ‘not now, but just wait.’
  • What do the japanese have in common with @howardstern? They're both radio active.
  • I just split up with my girlfriend, but like the Japanese say, 'They'll be another one floating by any minute now.'

Comédien peut-être, mais pas roi du timing...

De manière plus terre à terre, la question est maintenant de savoir l'impact qu'auront ces départs sur les étrangers vis-à-vis des Japonais, et plus particulièrement sur la communauté française qui a été parmi la plus retentissante dans cette fuite. Comme, à l'étranger, un individu est souvent considéré comme le représentant de tout un pays, le Français va vraisemblablement devoir faire face à quelques changements lors de ses prochains voyages au Japon.

On peut d'abord penser à des conséquences négatives, telles que :

  • l'image des Français dégradée pour les Japonais, le renforcement d'une certaine lâcheté et peut-être du concept "je suis ami et solidaire seulement quand tout va bien". Certains parlent de surprise, d'autres carrément d'animosité envers eux. Au Japon, un terme dérivé de "gaijin" désigne déjà ces étrangers : les "flyjin" (article dont est tirée la photo de une).
  • trouver un travail "sérieux" au Japon risque de devenir plus compliqué, à cause d'un probable sentiment de méfiance suite à tous ces salariés français qui ont déserté leur entreprise japonaise après le 11 mars.
  • l'hésitation et la difficulté à se rendre au Nord de Honshû, et même Hokkaidô risque potentiellement d'en pâtir.
  • plus concrètement, les tour-opérateurs français ont annulé leurs séjours au Japon jusqu'au 30 avril.

Mais on peut également trouver des impacts positifs suite à cette crise, si vous partez au Japon dans les prochains mois, par exemple :

  • il y a des chances pour que le coût du voyage baisse pour attirer de nouveau le touriste vers le Japon : prix des vols et séjours, des hébergements, du Japan Rail Pass, etc. Rien n'est confirmé ni ressenti aussi tôt, bien sûr, mais on peut s'attendre à de nouvelles offres comme récemment après les évènements en Tunisie.
  • beaucoup de petits boulots pour étrangers vont avoir besoin de main d'œuvre et en premier lieu, évidemment, l'éternel prof de français au Japon.
  • si vous venez vous installer au Japon ces prochaines semaines, vous devriez pouvoir vous équiper à moindre frais grâce aux "Sayonara Sales" (la vente d'ameublement et d'équipement de maison par les expatriés qui repartent).

Et vous, quel est votre avis sur le sujet ?

Dernière mise à jour le 26 juin 2020