concours-gagnez-voyage-japon

[Concours partie 2] Elisez le plus beau texte qui gagnera un séjour au Japon

À vous de voter !

Le concours pour gagner un voyage au Japon a reçu un accueil chaleureux de votre part puisqu'en deux semaines de participation, vous nous avez envoyé 253 textes ! Je tiens à remercier tous les participants qui ont joué le jeu, ainsi que les deux sponsors qui ont permis à Kanpai de proposer ce concours exceptionnel :

Nous avons reçu beaucoup de textes très différents, certains courts et d'autres très longs, écrits par des hommes et des femmes, jeunes ou moins jeunes, d'ici ou d'ailleurs, mais avec le même point commun : une véritable passion pour le Japon se dégage de chacun de vos écrits. Nous avons été touchés par beaucoup de vos messages, que vous ayez déjà visité le Japon ou que cela soit encore à l'état de projet dans votre esprit.

J'aimerais féliciter chacune des personnes qui ont donné un peu d'elles-mêmes à cette occasion. Ce concours nous prouve que le Japon reste une destination comme il semble en exister très peu dans le monde : un pays qui fédère, attire, suscite fantasmes et passion quelles qu’en soient les motivations.

Comme il était prévu dans le règlement, nous avons dû faire un tri parmi toutes ces participations et je vous propose ci-dessous celles que notre Jury a retenu parmi les dix meilleures réponses à la question "Quelle est la raison principale pour laquelle vous aimeriez (re)partir au Japon ?".

La seconde phase du concours démarre donc aujourd'hui, et c'est à vous de juger quel(le) auteur(e) mérite de remporter ce séjour au Japon grâce à son texte. Pour ne favoriser personne, je vais les afficher dans l'ordre alphabétique de la ville des participants.

Pour voter, rien de plus simple : vous devez poster un commentaire en réponse à cet article, ci-dessous, en indiquant quel texte doit gagner selon vous. Vous avez jusqu'au mercredi 6 juillet 2011 à 23:59 pour donner votre vote.

Attention : pour assurer une juste comptabilisation des votes, nous enverrons une demande de confirmation du vote par e-mail le jeudi 7 juillet et vous devrez y répondre dans cette même journée pour le valider. Donc, pensez à fournir une adresse e-mail valide (qui ne sera pas affichée publiquement) sinon votre vote ne sera pas comptabilisé !

Le texte et l'auteur(e) gagnants seront annoncés sur le site de Vivre le Japon le vendredi 8 juillet.

Sans plus attendre, voici les 10 textes retenus :

1/ Frédéric J. d'Avignon

La cuisine comme excuse

Il faut que j’y retourne. Il faut que je sache, que je comprenne. La langue, les coutumes, la mentalité ? Non non, pour tout ça il faudrait une vie (qui d’ailleurs me tente assez là-bas). Mais je voudrais comprendre… ce qu’il y a parfois dans les assiettes japonaises ! On dit que les peuples ressemblent à leur cuisine. Je ne sais pas si cela s’applique partout, mais c’est le cas au Japon : sobre, esthétique, raffiné, et parfois absolument étranger.

Quel était ce plat à base d’huitre chaude dans ce sublime ryokan de Mijayima ? Je n’ai jamais rien goûté de meilleur. Qu’y avait-t-il exactement dans ces « pâtisseries » de diverses couleurs, à base de haricot rouge paraît-il, dont je me nourrissais faute de pouvoir remplir ma grande carcasse d’Occidental avec un simple bento 🍱 ? Ces grains de riz soufflés et colorés artistiquement plantés sur un arbre miniature, était-ce comestible ou un décor de table ? Et surtout, quelle était donc cette espèce de langue visqueuse, vert pétant avec une petite fleur rose, servie dans l’impressionnant monastère de Koyasan par des moines mutiques ? Inmasticable, incoupable même au couteau suisse, aucune idée de si c’était d’origine animale, végétale… ou autre !

Une raison de plus parmi bien d’autres pour refaire un pèlerinage au pays de Godzilla et des cerisiers 🌸 en fleurs, plus bizarre et plus beau que tous les clichés à son propos. Tout autant qu’être découvert, le Japon mérite d’être redécouvert sans cesse.

2/ Elsa P. de Beauvais

Aoba Matsuri : des sourires de tous âges dansant durant des heures et les vibrations des taïkos font partie des moments inoubliables vécus à Sendai. Ces moments passés dans le Tohoku sont une part entière de mon être. Il est difficile d’exprimer combien ce pays est généreux dans tous ses aspects, parfois durs, souvent bons, et toujours intenses.

Le Japon est un pays où les dieux sont parfois des arbres, et les trésors, parfois des hommes.

Le Japon a une histoire, à la fois belle et tragique, pourtant les Japonais sont humblement étonnés qu’on puisse s’y intéresser et particulièrement heureux de pouvoir la partager.

On y trouve un sixième goût, une infinité de teintes de vert ainsi que des temples centenaires et de calmes jardins qui jouxtent des rues sonores et animées.

Car le japon est vivant, et cette vie pulse dans les artères de chaque ville comme dans le moindre espace d’une nature abondante et préservée.
Le respect de la parole donnée, l’engagement, le courage et l’excellence ne sont que quelques-unes des valeurs que cette nation place au-dessus de tout, et elles se retrouvent dans le quotidien de chacun de ses habitants, dont leurs réactions aux récents événements n’en sont qu’une expression.
Je suis partie au Japon, comme on part à l’étranger pourtant c’est à mon retour que j’ai eu un choc. Le Japon a pris une partie de moi tout en me donnant bien plus que ce que j’aurais pu imaginer.

C’est pour pouvoir lui donner un peu à mon tour que j’espère pouvoir y retourner.

3/ Diana S. de Bruxelles

Origami
Au premier pli
Le soleil se lève sur le monde, rouge, au cœur de son drapeau.
Au deuxième pli
Il fait rosir le jardin de pierres et son humilité.
Au troisième pli
Un kimono 👘 de soie retient sa délicatesse derrière un obi.
Au quatrième pli
La monotonie d’un lavis sous la fraîcheur d’un cerisier.
Au cinquième pli
Voilà le soleil à son apogée, orgueil de samuraï.
Au sixième pli
L’océan éclaboussé d’îles se réveille
Carrefour des mystères de la planète
Tremblements et incendies.
Au septième pli
Reconstruire un empire avec l’intransigeance d’un haïku,
La constance d’un gong,
La fidélité du printemps.
Au huitième pli
Le monde à nouveau ressemble à une estampe.
Au neuvième pli
Mangas et gadgets, tout est permis, le temps d’un pli.
Au dixième pli
Dernier coup de pinceau… l’encre de Chine suffit à peine.
Au onzième pli
Mille grues s’envolent vers la magnificence.

4/ Laura C. de Fontenay-sous-Bois

Le Japon vit dans tous mes rêves.

Dès que je ferme les yeux, les stridulations des cigales rythment mes pensées. Le soleil enveloppe de sa chaleur mes longues marches. Une légère brise m’apporte une douce sensation de fraîcheur, bercée par le son cristallin des furin 🎐. Je gravis les marches lentement, franchis l’imposant tori de pierre, et revoie le sanctuaire paisible. Le bruissement furtif d’un hakama écarlate, le glissement des tabi des miko sur le bois ciré, l’odeur de paille des tatamis et des fleurs fraichement coupées. Les arbres m’offrent leur ombre réconfortante et la campagne s’étend devant moi, collines bordées de nuages, rizières verdoyantes, plaines fleuries.

Au loin, la ville trépidante. Les jingles du métro 🚇 tokyoïte résonnent à mes oreilles de manière enfantine, les enseignes de buildings impriment ma rétine de lumières vives. Les rues, emplies de bonnes odeurs de cuisine, sont un délice pour les sens. Mon esprit vagabonde entre le fondant du toro fraichement découpé, la saveur torréfiée des soba brulantes, le moelleux des dango caramélisés, les okonomiyaki revêtus de bonite séchée dansant tels de petits esprits.

Au détour d’une rue, je retrouve le « Basie ». Je m’imprègne de l’ambiance voilée du jazz bar, le temps s’arrête au son de Glenn Miller… Swifty est plein d’égards, fier représentant de la convivialité japonaise.

Lorsque j’ouvre les yeux, les émotions m’envahissent. Ce pays n’est pourtant pas mien, mais manque tant à ma vie, tel un fragment d’enfance.

5/ Delphine B. du Kremlin-Bicêtre

Oh ! revoir le Japon...

Entendre à nouveau les cigales et les pachinkos, les «ding-ding» pressés des vélos sur les trottoirs et les «uza» languissants des lycéens à la sortie des cours, les «irasshaimase» hurlés à pleins poumons toutes les 4 min par les vendeurs de Tokyu Hands.

Entendre ce «dôzô», revoir ce sourire, retrouver ces mamies qui à l'entrée de «leur» petit temple de quartier, te voyant, occidentale un peu gauche hésitant à entrer, te tiraient presque par le bras pour te le faire admirer : le plus beau temple du Japon, c'est celui qu'une grand-mère accepte de partager avec une gaijin.

Rire encore avec ce SDF si poli qui s'approcha hardiment pour te complimenter sur la très belle couleur «pinku» de tes coups de soleil au 3ème degré.
Revoir ce moment de grâce au parc Yoyogi, deux jeunes kendo-ka à peine sortis de l'adolescence, aussi beaux que des samouraïs de films des années 60, pratiquant leurs passes comme une danse rituelle, imperturbables aux cris des enfants et des joueuses de badminton. Comprendre enfin la voie du sabre.

Ressentir cette reconnaissance qui te submerge pour une inconnue qui se précipite hors d'un magasin, son panier de courses inachevées au bras, pour aider une autre inconnue en larmes, perdue, et partir avec elle à la recherche d'un musée qui lui est tout aussi inconnu. Comme une évidence.
Revoir les Japonais, et leur dire, ne serait-ce qu'avec les yeux, que tu les aimes et les admires inconditionnellement. Que c'est eux, Ton Japon.

6/ Estelle C. de Léognan

J'aimerais tant repartir au Japon pour le plaisir d’arpenter les rues de Kyoto en vélo 🚲 ou à pied, pour prendre le temps d’entrer dans un pavillon, un jardin du côté de Yoshida, et m’y perdre. -Etes-vous perdue ? m’a demandé un visiteur. -Non, ai-je répondu. –Quel dommage, c’est si bon de se perdre à Kyoto, vous savez!

Et c’est tellement vrai ! Sillonner les rues en se laissant porter par les sons des cigales, la fraîcheur du chemin de la philosophie, les odeurs curieuses du marché couvert… Se laisser surprendre par ces distributeurs de boissons fraiches où le thé vert côtoie les bouteilles d’évian dans les endroits les plus improbables. Flâner dans les vieux quartiers, découvrir et collectionner les noms des magasins en franponais : « clair clair manger », « désir lune », « c’est la vie » sur la devanture. Se prendre pour un explorateur qui redécouvre un temple oublié, dans la pénombre des mousses et des bambous à Honen In … et toujours, partout, recevoir un « Kon nichi wa » presque chanté, la politesse sincère et bienveillante des promeneurs que l’on croise qui ne manquent jamais de vous saluer . Echanger quelques mots, même maladroits, en Japonais, et recevoir en retour les meilleures attentions. Et après la chaleur écrasante d’une journée du mois d’août, enfourcher son vélo vers le centre ville, se poser sur les berges de la rivière Kamo, pour boire une bière bien fraiche avec les jeunes gens en yukata qui se rassemblent à la nuit tombée dans la fraicheur de la rivière.

7/ Christiane B. de Louvain la Neuve

Le Japon est un rêve, un rêve bien réel.

Le Japon, Lili en rêve tous les jours.... y étudier, y faire des reportages, rencontrer des japonaises de son âge, manger japonais (elle adore déjà), rencontrer les artistes des Studios Ghibli qui l'inspirent tellement dans ses réalisations artistiques, continuer à apprendre le japonais, découvrir les technologies de pointe dans le domaine des robots.... ses raisons de visiter le Japon, on ne les compte plus...

Ma raison à moi, l'aider à réaliser son rêve...

Pas encore 11 ans, passionnée de mode, Lili suit de très près et intensément la mode des rues de Tokyo et ses quartiers branchés, les reportages.... elle en a d'ailleurs fait son travail de fin d'année à l'école. Future styliste c'est du shopping qui sera à l'ordre du jour quand nous serons à Tokyo ainsi que son propre reportage dans les rues branchées de la ville.

Elle vient de terminer une très belle maquette de jardin japonais, un ravissant jardin de promenade, toujours pour ce travail de fin d'année à l'école et se promener interminablement dans les plus beaux jardins du pays est évidemment à l'ordre du jour.

Lili a guidé sa classe dans la confection de grues et de guirlandes de grues afin de soutenir symboliquement les victimes du tsunami et leur a fait découvrir ce merveilleux symbole de la paix qu'est devenu cet origami. Aller à Hiroshima, se recueillir, y déposer une grue....

Sa passion, son enthousiasme sont tellement contagieux que je rêve de lui faire connaître ce pays qui lui met déjà des étoiles plein les yeux.

8/ Lucas P. de Marseille

On entend dire qu'en été on y transpire à s'en étouffer,
Que la population y est dense
À se marcher sur les pieds

On sait que la nature y est imprévisible,
Que d'un coup de vent tout peut s'envoler.
Qu'à chaque fois que la terre se déchire
Des fissures, une vague, tout peut arriver...

Pourtant, moi j'y vois un pays paisible et vivant
Des îles, des volcans 🌋, de magnifiques paysages,
Des cerisiers dont les fleurs rosent au printemps.

J'y vois des gens forts et sages,
Bien plus respectueux que sur d'autres continents.
Un pays où nature et technologie, tradition et modernité sont liés.
Un endroit où l'on se sent en sécurité, tout simplement.

C'est pour cette raison
Que ça soit dans un an ou une éternité,
Je le sais, je reverrai mon Japon.

9/ Yves S. de Toulouse

Blues du dernier jour – 15 janvier 2010 :

Tiens, Prune a laissé sa Nintendo allumée.... non non non non, j'ai sommeil moi....arrête ce bruit !….. ah non, c'est la musique rigolote du camion poubelle.... ça me manquera en France ça tiens.... Hou là, j'ai un mal de crâne moi !

Café-clope sur le balcon de Shishigatani. Kyoto est vraiment dans la grisaille ce matin ; embrumée comme mon esprit. Et quel froid ! Faudra penser à racheter des kairo. On fera ça en passant au Fresco tout à l'heure pour dire au revoir à notre petit caissier. Il a promis d'amener des cadeaux aux filles. Incroyable ce qu'elles auront été gâtées celles-là.

Mon regard se promène sur le voisinage.... le petit cimetière, le chemin de la philosophie qu'on devine juste derrière, la montagne. Elle n'a rien d'extraordinaire cette vue mais elle va me manquer. Marrant de se sentir vraiment chez soi au bout de dix jours. C'est la première fois qu'une ville me fait cet effet... Kyoto mon amour.

Le mal de crâne commence à s'estomper. Cette soirée au Grotto était géniale. Cuisine Kaizeki délicieuse tout comme le saké chaud que nos voisins de bar nous ont offert. Un couple de retraités d'Osaka... c'était comment leur nom déjà ?.... Ils nous ont rincé au saké, ravis de faire découvrir une spécialité japonaise à des français et de discuter pinard. Ils s'y connaissaient mieux que moi soit dit en passant.

Encore une rencontre improbable. Je n'en reviens pas de la gentillesse de tous ces gens croisés par hasard.

Comme tous les matins, je suis en train 🚅 de préparer la table du petit-déjeuner quand Prune apparaît dans le salon, à moitié endormie et vient se blottir contre moi. On se prépare un matcha et on s'installe dans le canapé.

- On part demain ? J'ai pas envie.
 - Bin oui ma prunette, c'est passé trop vite. Mais il nous reste encore plein de super trucs à voir. Himeji, Hiroshima, Miyajima.... tu vas adorer Miyajima ! Tu pourras caresser des daims !
 - Hmmm, mais moi, je voulais voir le temple des mousses.
 - Moi aussi ma puce. Tu sais bien qu'on s'y est pris trop tard pour l'autorisation.
 - Pffff, c'est nul !
 - Allez, arrête de grogner. Ca te dit une petite balade sur le chemin de la philosophie en attendant que les autres se réveillent ?
 - Ouiiii, on va voir le magasin avec les nounours sur le banc !
 - Il est tôt, je sais pas s'ils les auront déjà sortis.

Echarpe, gants, bonnet, kairo dans les chaussures. J'adore Kyoto en hiver mais qu'est ce qu'on se pèle !

- Tiens, regarde, c'est ta copine, la petite mamie du Recycle shop.
 - Ah oui, coucou !! Ohayoo obaasan !
 - Ohayoo purune chan ! Samui ne !

J'aime ces balades sur le chemin des philosophes le matin. Quel calme. Faut absolument qu'on revienne quand les cerisiers seront en fleurs... Je me demande si on peut rentrer dans le Honen-in à cette heure-ci. C'est notre petit temple des mousses celui-là, à défaut du vrai.

- Allez Prune, on rentre. Tout le monde doit être réveillé.

Il nous reste encore une journée à Kyoto, mais je commence déjà à me sentir nostalgique.

On reviendra Prune. On ira au temple des mousses, c'est promis.

10/ Wilfrid D. de Villeurbanne

Le Japon habite mes pensées depuis l'adolescence. Ça a commencé avec les romans de Yasunari Kawabata et les films de Yasujirō Ozu. Je ne m'expliquais pas pourquoi cette culture me paraissait si familière. J'écumais les bibliothèques en quête de romans traduis en français et de films sous-titrés. J'écoutais le journal sur les ondes courtes ( à l'époque, il n'y avait pas internet 📶 ) juste pour le plaisir d'entendre ces sons si doux à l'oreille. Lorsque je me suis mis à la calligraphie, j'ai réalisé que pendant que je traçais ces signes empreints de mystère, je retrouvais ma véritable identité.

J'ai préparé mon premier voyage avec un peu d'angoisse. Ce Japon auquel j'aspirais ne risquait-il pas de disparaitre comme un nuage de fumée ? J'ai été accueilli dans une famille qui m'a reçu avec beaucoup de courtoisie. J'ai eu droit à la seule pièce traditionnelle de la maison. Un soir, alors que nous mangions, le père me demande "Alors, comment trouves-tu le Japon ?" et je lui réponds "J'ai l'impression d'être rentré à la maison". Je me souviens encore de son regard, mélange de retenue et d'admiration, et de sa réponse, "je crois que, dans ton cœur, tu es japonais !"

Nous habitions à l'est de Kyoto, presque au pied de la montagne. La nuit qui a précédé mon départ, j'ai marché dans le silence de la rue éclairée par quelques lumières blafardes, jusqu'à la forêt. La pluie ☔️ commençait à tomber. J'ai plongé mes mains dans la terre. J'ai humé longuement son odeur humide et je me suis dit que c'est ici que j'aimerais qu'on m'enterre.

---

A vous de jouer !

Résultats du concours

Mise à jour du 08.07.2011

Plus de 1600 commentaires, près de 800 votes pour soutenir votre texte préféré... votre enthousiasme pour partir ou repartir au Japon semble intact !

Objectif du concours atteint

Ce concours pour gagner un voyage au Japon avait pour objectif de comprendre quelles sont les raisons qui animent votre désir de vous rendre au Japon et ce, malgré les évènements récents. Au vu du nombre très important de participations, l'objectif est atteint !

Cet article a battu le record du nombre de commentaires de toute l'histoire de Kanpai. Un grand merci à vous.

Un formidable message de sympathie à l'attention du Japon et des Japonais

De nombreux témoignages de sympathie ont afflué vers tout le Japon durant les semaines qui ont suivi les évènements du 11 mars.

Tous les textes que vous avez envoyés sont autant de messages qui iront droit au cœur des Japonais; pour soutenir cette initiative, Kanpai et Vivre le Japon traduiront les 10 textes primés en japonais, et les diffuseront dans la blogosphère japonaise pour montrer que de nombreux Français sont toujours amoureux du Japon.

Un concours qui a suscité de nombreuses réactions

Comme tout concours à succès, il génère aussi parfois quelques déçus. Nous avons bien noté toutes les remarques qui nous ont été faites : longueur des textes, sélection partiale d'auteurs déjà partis au Japon...

Même si le choix a bien été fait en respectant les règles énoncées au départ (et expliquées à plusieurs reprises, par exemple ici en commentaires), nous comprenons la réaction de certaines personnes, et assurons à tous que le prochain concours organisé tiendra compte de toutes vos remarques.

Un grand merci à Vivre le Japon et Eva Air

Je tiens une fois de plus à remercier les deux sponsors de Kanpai sans qui ce concours pour gagner un voyage au Japon n’aurait pas pu exister :
• l’agence de voyages Vivre le Japon, spécialiste du Japon depuis 30 ans
• et la compagnie aérienne Eva Air, l'une des meilleures compagnies asiatiques desservant de nombreuses villes au Japon

Retrouvez le résultat du concours

Trêve de blabla, vous souhaitez maintenant découvrir le résultat tant attendu : qui a remporté le concours pour gagner un séjour au Japon (vol aller-retour + 10 jours de location de maison à Kyoto).

C'est Elsa qui remporte le concours !

Merci à tous pour votre participation, et un énorme bravo à la gagnante qui mérite de partir au Japon.

A bientôt pour un prochain concours sur Kanpai !

Dernière mise à jour le 26 juin 2020