Kumamoto 1

Château de Kumamoto

Le magnifique domaine des samouraïs

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Le château de Kumamoto est un monument fortifié, situé dans la ville éponyme sur l’île de Kyushu au Japon. Avec un grand parc et de nombreux bâtiments dont certains historiques, il s’agit de l’un des domaines les plus complets à visiter au Japon. Rénové partiellement en 1960, le donjon principal est aujourd’hui endommagé par le tremblement de terre d’avril 2016 ; son intérieur est depuis fermé au public.

🚧 Accès restreint

Château partiellement abîmé lors des séismes du 14 avril 2016 et ses répliques (magnitudes jusqu'à 7,3). La page Facebook officielle du château donne des informations et photos de l'avancée des reconstructions. Coût des travaux : 60M¥ (~495.575€).

Réouvertures progressives :

  • 5 octobre 2019 : esplanade du donjon
  • 29 avril 2020 : sentier de promenade autour des remparts sud
  • printemps 2021 : donjon principal (Tenshukaku)
  • 2036 : réouverture complète

Non loin de Kamitori et Shimotori, principales artères commerçantes du centre-ville, et juste en face de la mairie, le château 🏯 de Kumamoto illustre bien la définition du post-modernisme japonais.

Tout d'abord, il en impose par sa taille. Comme il a été construit sur une colline, il est nécessaire de prendre de la hauteur en marchant le long des remparts. Une fois arrivé à son pied, le château mesure pas moins de 30 mètres de haut. Tout en haut, entouré par des montagnes, la ville semble tenir dans le creux de la main. Tout autour, le domaine mesure 1,6 km d'est en ouest et 1,2 km du nord au sud. Bordé par de nombreux espaces verts et de cerisiers 🌸, c'est l'emplacement idéal pour célébrer hanami (la contemplation des cerisiers en fleur), ce qui en fait notamment l'un des palais les plus appréciés du Japon.

Historiquement, le château fut construit entre la fin de l'ère Azuchi-Momoyama (1558-1600) et le début de l'époque Edo (1603-1868). Pourtant, les fortifications furent développées dans la seconde moitié du XVe siècle. La construction de la tour principale est achevée en 1600, puis est offerte au seigneur Katô Kiyomasa après la bataille de Sekigahara. Il décide d'agrandir les lieux, avec une tour plus petite et un puits jusqu'en 1607, et enfin le palais Honmaru Goten, en 1610. Une très longue période de calme s'installe sur le domaine, si bien qu'à partir de 1632, Tadahiro Kiyomasa, le fils de Katô, fait construire des résidences secondaires alors habitées par de nombreux seigneurs de passage dans la région.

Il faut attendre la restauration de Meiji pour qu'une période de troubles jaillisse soudainement. En effet, dès 1870, trois des partis politiques du domaine furent démantelés pour un nouveau, jugé plus progressiste et basé sur l'inutilité des guerres civiles et de l'extravagance. Ce nouveau gouvernement n'était pas en accord avec les souhaits du seigneur Hosokawa. Ainsi après plusieurs années de troubles politiques, le château est assiégé pendant la rébellion de Satsuma. De nombreuses parties, dont le donjon, furent alors brûlées.

Pourtant ce n'est qu'à partir de 1960 que les reconstructions ne prennent place, à commencer par le donjon. Puis ce sera au tour du château en lui-même entre 1998 et 2008.

Désormais, le château de Kumamoto fait office de musée, retraçant avec bien plus de détails l'histoire du domaine conté dans cet article. Certaines de ses pièces se montrent spectaculaires. De nombreux touristes viennent s'y recueillir pour prendre des photos aux cotés des samouraïs cachés dans le donjon. La place située devant le bâtiment principal est comme un immense terrain de jeu pour les enfants. Enfin à l'arrière, quelques stands proposent de déguster des friandises à la patate douce en longeant la rue bordée de lanternes rouges à la sortie du domaine.

De nuit, pour terminer la balade, le château sur sa butte est éclairé de toute parts pour mettre en lumière sa magnifique robe noire.

⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Château de Kumamoto et autour.
Par Kanpai Dernière mise à jour le 26 février 2020