Vols intérieurs au Japon

(Dernière mise à jour : mars 2016.)

Le but de cet article est de décrire les différentes possibilités s'offrant aux voyageurs souhaitant prendre l'avion pour se déplacer à l'intérieur du Japon, et principalement aux touristes étrangers. Il n'est pas de comparer l'avion au train, et notamment de dire lequel des deux est le plus pertinent en général, car en plus des préférences personnelles de chacun, cela dépend fortement de l'itinéraire de chaque voyage.

Compagnies

Outre les compagnies « historiques » Japan Airlines (JAL) et All Nippon Airways (ANA), et leurs nombreuses compagnies associées, un certain nombre de compagnies low cost sont apparues ces dernières années :

Un moyen simple de savoir quelles compagnies desservent un aéroport donné (et vers quelles destinations) est de consulter la page Wikipédia (en anglais) de l'aéroport, ou son site Web officiel ; par exemple pour l'aéroport de Sendai il n'y a que Peach en low cost. (Wikipédia peut cependant, par construction, contenir des erreurs. Si vous en trouvez, merci de les corriger !)

Pour être complet, on mentionnera ici la petite compagnie régionale New Central Airservice, qui dessert plusieurs îles de l'archipel des Izu depuis le petit aéroport de Chofu, dans l'ouest de Tokyo, et dont on ne reparlera pas plus bas (car elle n'est affiliée ni à ANA ni à JAL).

Tarifs

ANA et JAL sont, sans surprise, souvent les plus chers, mais pas toujours.

ANA : « Experience Japan »

Chez ANA, votre statut de gaijin blond à gros nez vous donne droit au tarif « Experience Japan », qui est simple comme bonjour : votre vol, quel qu'il soit, vous coûtera 10 800 yens plus quelques centaines de yens de taxes, soit très exactement 76,62 euros au moment où j'écris ces lignes. Les conditions pour en profiter sont moins strictes que celles du JR Pass : il faut

  • être d'une nationalité autre que japonaise (ou, pour les citoyens japonais, justifier d'une résidence permanente à l'étranger), et
  • être en possession d'un billet aller-retour pour le Japon, quelle que soit la compagnie.

Ce n'est donc pas réservé aux « visiteurs temporaires », et accessible aux personnes en séjour de moyenne durée (vacances-travail, échange universitaire...). La réservation peut se faire jusqu'à trois jours avant le vol (dans la limite des places disponibles, évidemment), et les billets ne sont ni échangeables ni remboursables. Pour acheter des billets à ce tarif, il faut passer par le site Web ANA de votre pays de résidence, et pas par le site japonais, qui ne vend pas de billets à ce tarif réservé aux touristes étrangers.

Le tarif « Experience Japan » n'est cependant pas toujours le moins cher : le tarif ordinaire, vendu sur le site japonais (disponible aussi en anglais), peut parfois être inférieur. Cela est surtout vrai pour des trajets très courts, par exemple entre deux îles d'Okinawa, ou très empruntés et où la concurrence est féroce, par exemple Tokyo/Osaka. À noter que le meilleur tarif sur le site japonais (dit « Tabiwari 75 ») s'obtient en réservant au moins 75 jours à l'avance. Vérifiez donc, avant d'acheter un billet au tarif « Experience Japan », que le tarif proposé sur le site japonais n'est pas inférieur.

La franchise de bagages en soute est limitée à 20 kg, contre 23 kg pour les vols internationaux, et il faudra donc vous acquitter d'un supplément (de 1 500 ou 2 500 yens selon le trajet) si votre bagage fait plus de 20 kg (et d'autant plus si vous en avez deux).

Tout ce qui précède s'applique également aux compagnies régionales Air Do (basée à Sapporo), IBEX (basée à Sendai), Starflyer (basée à Kitakyushu), Oriental Air Bridge (basée à Nagasaki), et Solaseed Air (basée à Miyazaki), dont tous les vols sont en partage de code avec ANA et peuvent donc être réservés via ANA.

JAL : « Japan Explorer »

JAL a fini par répondre à ANA en lançant en décembre 2015 le tarif « Japan Explorer », très similaire au « Experience Japan » de son concurrent. La formule est la même : chaque vol coûte 10 800 yens, et il faut pour en profiter être en possession d'un billet aller-retour pour le Japon et justifier d'une résidence hors du Japon au moment de l'achat. Le principal avantage de l'offre de JAL est sa franchise bagages plus importante : deux bagages de 23 kg chacun sont autorisés, tout comme sur les vols JAL internationaux. En revanche, le nombre de vols est limité à cinq (ce qui ne devrait pas poser trop de problèmes au touriste lambda), et surtout ce tarif n'est pas valable sur toutes les compagnies du groupe JAL mais uniquement sur la compagnie-mère JAL et ses deux filiales Japan Transocean Air (desservant Okinawa) et J-Air (desservant plusieurs villes de province). En particulier, il n'est pas valable sur les vols Japan Air Commuter (desservant certaines zones assez reculées, en particulier Yakushima), Hokkaido Air System (liaisons à l'intérieur de Hokkaido), et Ryukyu Air Commuter (liaisons entre les îles d'Okinawa).

Les anciennes offres « Welcome to Japan », « Yokoso/Visit Japan » et « Yokoso/Visit Tohoku » sont toujours en vente. Les deux premières sont rendues caduques par le tarif « Japan Explorer », mais pas la troisième, qui permet de visiter la région du Tohoku avec JAL pour un prix comparable à celui d'une compagnie low cost : 5 400 yens par vol. Il nécessite cependant de se rendre au Japon avec une compagnie de l'alliance Oneworld, et doit être acheté par téléphone (au centre de réservation JAL de votre pays de résidence) avant le départ pour le Japon. Il est identique au « Japan Explorer » sur tous les autres points.

Comme chez ANA, le tarif ordinaire sur le site japonais peut parfois être inférieur au tarif « touriste », surtout en réservant au moins 75 jours à l'avance (le tarif à 75 jours est nommé « Ultra SAKITOKU »). La franchise bagages pour les billets achetés au tarif ordinaire est la même que celle d'ANA. Passer par le site japonais est en outre nécessaire pour réserver un vol Japan Air Commuter, Ryukyu Air Commuter, ou Hokkaido Air System, et il est également possible d'y réserver un vol des compagnies partenaires Fuji Dream Airlines et Amakusa Airlines.

En correspondance avec un vol international

Une solution à laquelle on ne pense pas forcément mais qui peut être très intéressante : emprunter un vol intérieur en correspondance avant ou après son vol international, dans le cas où on souhaite se rendre dans une ville autre que Tokyo ou Osaka directement après son arrivée, ou en venir avant son départ. Certaines compagnies (notamment ANA et JAL évidemment) vendent ces billets directement sur leurs sites, mais on peut également, par le jeu des alliances et autres partenariats entre compagnies, avoir un vol intérieur ANA ou JAL en correspondance avec un vol international de la plupart des compagnies.

Pour acheter ce genre de billet, ne pas oublier que tous les vols, y compris les correspondances, sont considérés comme formant un seul trajet, et qu'il faut donc lors de sa recherche entrer sa destination finale et pas sa première destination au Japon. Par exemple, un voyageur souhaitant se rendre à Hiroshima directement à son arrivée devra chercher des vols depuis Paris (ou autre ville de départ) vers Hiroshima. En outre, si les aéroports d'arrivée et de départ sont différents, une recherche « multi-villes » sera nécessaire. Faire une recherche sur un moteur de recherche tel que Skyscanner pour trouver les meilleures offres, ou s'adresser au centre téléphonique de réservation de votre compagnie si vous ne trouvez pas en ligne les vols qui vous intéressent.

Le surcoût entraîné par l'ajout d'un vol intérieur est en général inférieur à 50 euros, ce qui est bien inférieur au prix du vol intérieur seul, et peut même parfois être nul (voire négatif !). La franchise bagages sur les vols intérieurs en correspondance avec un vol international est alignée sur celle de ce dernier. (Si vous achetez votre billet sur un site tiers, il vous annoncera peut-être que votre franchise est de 20 kg ; ne pas en tenir compte.)

Les « low cost »

La majorité des compagnies low cost sont basées dans un ou deux aéroports (Osaka-Kansai pour Peach, Tokyo-Narita pour Jetstar...) et quasiment tous leurs vols partent ou arrivent à leurs bases. Une conséquence immédiate en est que pour des trajets entre deux aéroports qui ne sont des bases d'aucune de ces compagnies (par exemple Sendai/Okinawa), le prix doit être grosso modo multiplié par deux, et les tarifs d'ANA ou JAL à 10 800 yens peuvent être plus avantageux si une d'entre elles fait le trajet directement (sans compter le meilleur service et le temps gagné). Les tarifs de ces compagnies sont ordinairement autour de 5 000 yens, mais peuvent être inférieurs en périodes de promotions, ou (très) supérieurs en périodes de forte demande (week-end, jours fériés, vacances scolaires, etc.).

Comme souvent avec les compagnies low cost, le prix ne dit pas tout, et il faut regarder ce qui est inclus dedans... Dans la plupart des cas, le bagage en soute n'est pas inclus dans le prix, mais coûte un supplément qui est généralement inférieur au prix que coûterait un envoi en takkyubin (surtout pour les vols vers Okinawa).

Peach

Peach relie principalement l'aéroport du Kansai (Osaka) à de nombreuses destinations dont les plus grandes villes (Tokyo (Narita), Sapporo, Fukuoka, Sendai, Naha) mais aussi d'autres destinations moins courues sur les îles de Kyushu (Nagasaki, Kagoshima, Miyazaki), Shikoku (Matsuyama) et Ishigaki (à Okinawa). Récemment, elle a également étoffé son offre de vols depuis Tokyo (Narita), en ajoutant des vols vers Sapporo, Fukuoka et Naha. Enfin, elle propose aussi des vols vers les pays voisins (Corée, Hong-Kong et Taiwan) depuis Osaka (Kansai), Tokyo (Haneda) et Naha.

Peach offre des promotions très fréquentes, pendant quelques jours une ou deux fois par mois. Les tarifs peuvent alors descendre jusqu'à 2 000 ou 3 000 yens selon le trajet et la date, les meilleures promotions étant pour les vols en milieu de semaine (les mardis, mercredis et jeudis) hors jours fériés. Le meilleur moyen d'être prévenu des promotions est de s'inscrire à la newsletter.

Le tarif de base (dit « Happy Peach ») donne uniquement droit à un bagage à main (de 10 kg maximum). Les bagages en soute, ainsi que le choix du siège. sont possibles moyennant des frais supplémentaires. Les billets sont modifiables également moyennant des frais, mais non-remboursables.

Jetstar Japan

Jetstar Japan est le fruit d'un partenariat entre JAL et le groupe Jetstar, filiale de la compagnie australienne Qantas. Tout comme Peach, Jetstar relie principalement Osaka-Kansai et Tokyo-Narita à de nombreuses villes de province. Parmi celles non-desservies par Peach on peut citer Oita (proche de Beppu, sur l'île de Kyushu), Kumamoto (également à Kyushu) ou Takamatsu (Shikoku). Jetstar relie également l'aéroport de Nagoya-Centrair à Sapporo, Fukuoka ou Naha. Enfin, elle offre également des vols internationaux vers l'Asie, mais aussi vers l'Australie.

Le tarif de base (dit « Starter ») inclut un bagage à main (de 7 kg maximum). Les frais de bagages en soute (pour un vol Narita-Fukuoka) sont de 1 230 yens pour 15 kg, 1 340 yens pour 20 kg, et environ 500 yens par tranche de 5 kg au-delà (jusqu'à un maximum de 40 kg).

Skymark

Malgré ses récents déboires financiers, Skymark garde l'enviable position d'être la seule compagnie, hormis ANA, JAL et leurs compagnies associées, à proposer des vols domestiques depuis Tokyo-Haneda, le premier aéroport japonais. Elle est également le principal utilisateur de l'aéroport de Kobe, qu'elle utilise en lieu et place d'Osaka-Kansai, et le seul utilisateur domestique de l'aéroport d'Ibaraki, au nord de Tokyo. Ses destinations sont les classiques Sapporo, Nagoya, Fukuoka, Naha, et encore une fois d'autres villes de l'île de Kyushu : Nagasaki et Kagoshima.

Skymark se situe un peu à mi-chemin entre les « vraies » low cost comme Peach et Jetstar et les « grandes » ANA et JAL, à la fois sur les tarifs et sur les services. En particulier, le billet inclut un bagage en soute, de 20 kg maximum. Le meilleur tarif (dit « SKY Bargain 45 ») s'obtient en réservant au moins 45 jours à l'avance. Skymark offre également parfois des promotions, mais elles ne sont annoncées que sur la version japonaise du site Web (les tarifs promotionnels peuvent cependant être réservés sur la version anglaise).

Vanilla Air

Vanilla Air a un réseau bien moins développé que les trois précédentes : elle relie Tokyo-Narita à six destinations. Trois domestiques : les classiques Sapporo et Naha, ainsi que la petite île d'Amami Oshima, au sud de Kyushu. Les trois autres sont internationales : Hong-Kong et deux villes taïwanaises.

Le tarif de base (dit « Simple ») inclut uniquement un bagage à main de 10 kg maximum. Le prix du bagage en soute est variable selon la destination. Tout comme Skymark, Vanilla n'annonce ses promotions qu'en japonais, sur la version japonaise de son site Web ainsi que sur sa newsletter.

Spring Japan

Spring Japan est une filiale de la compagnie chinoise Spring, son site Web est malheureusement uniquement en japonais. Ses vols domestiques se limitent à deux destinations depuis Narita : Hiroshima et Saga (sur l'île de Kyushu). Sa compagnie-mère Spring relie également de nombreuses villes chinoises à Osaka-Kansai, ainsi que quelques villes japonaises à Shanghaï.

Le tarif de base (dit « Spring ») inclut un bagage à main de 5 kg maximum et un bagage en soute, le poids total des deux bagages étant limité à 15 kg. Il est également modifiable et remboursable (avec frais). Le tarif promotionnel « Lucky Spring » inclut uniquement un bagage à main (de 5 kg maximum) et n'est ni modifiable ni remboursable.

Cet article est proposé par la communauté des membres Kanpai dans le cadre du module Kakikomi. Il ne reflète pas nécessairement le point de vue de la rédaction de Kanpai.
Par Bach-kun Dernière mise à jour le 10 mars 2016