Chusonji à Hiraizumi 11

Chuson-ji et Motsu-ji

Les temples classés de Hiraizumi

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Chuson-ji et Motsu-ji sont deux temples bouddhiques de la branche Tendai, situés à Hiraizumi dans la préfecture d'Iwate. Ces deux complexes historiques sont inscrits au Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis 2011. Le premier abrite de splendides statues de Bouddha en or tandis que le second permet de déambuler à travers l'un des plus importants jardins japonais de l’époque Heian (794 - 1185).

Ancienne cité puissante lorsque Kyoto était la capitale du Japon, Hiraizumi s'est effondrée avec l'arrivée au pouvoir de Minamoto no Yoritomo, le premier shogun du Japon. Depuis, la ville sanctuarise ce riche passé devenu au fil du temps l'un des vecteurs majeurs du tourisme régional.

Chuson-ji

Daté du début du XIIe siècle, Chuson-ji serait le premier des temples de la secte bouddhique Tendai dans le nord du Japon. D'ailleurs, selon cette école, le complexe daterait même du IXe siècle. C’est pourtant bien trois siècles plus tard que les livres d'histoire attribuent sa construction au clan seigneurial des Fujiwara. À l’époque, le site comptait jusqu'à une quarantaine de bâtiments et plus de trois cents moines locataires. Aujourd'hui, les quelques pavillons conservés rendent merveilleusement hommage à l'âge d'or de ce monastère.

Éparpillés dans la forêt, ces derniers se découvrent au détour d'une jolie balade ascensionnelle toujours entourée par les arbres. Le plus intéressant reste sans conteste le Konjikido, aussi appelé le Pavillon d’Or de Hiraizumi. Ce petit édifice en bois et quasiment entièrement recouvert de feuilles d’or héberge vingt et une statues elles-mêmes dorées finement. Au centre, le Bouddha Amida Nyorai, qui règne sur la Terre Pure, est entouré de deux gardiens et de six protecteurs jizo pour les enfants et les voyageurs. À ses côtés, on retrouve le Bouddha de la sagesse Seishi et celui la compassion Kannon. Les ornements de ce hall se montrent réellement impressionnants, tant par la profusion d'or que la richesse des détails des divinités représentées. Le mausolée a d’ailleurs été restauré en 1964 par Shogyo Oba, l’un des plus grands maîtres japonais de la laque. Aucune photo du Konjikido n’est autorisée ; lui-même étant conservé à l'intérieur d'un pavillon, le plaisir des visiteurs reste ainsi intact.

On retient également le musée Sankozo qui contient plus de 3.000 trésors nationaux, tels que des textes de prières bouddhiques, des statues ou objets ayant appartenu à la famille Fujiwara. Avec très peu d'explications écrites en anglais, on recommande fortement de demander l'audioguide pour mieux comprendre cette galerie digne d’intérêts tant historique que culturel.

Motsu-ji

Plus proche de la gare JR, à seulement un petit kilomètre à l'ouest, le deuxième temple classé de Hiraizumi se visite surtout pour ses extérieurs. Datant également du XIIe siècle, ses bâtiments quasiment tous brûlés n’ont jamais été reconstruits. Il subsiste cependant les restes d’un des jardins japonais les plus aboutis de l’époque Heian.

Celui-ci a été aménagé dans le but de symboliser le paradis que constitue la Terre Pure. De nombreux éléments naturels sont encore rassemblés dans ce paysage harmonieux, comme un étang, une rivière, des formations rocheuses et les montagnes en toile de fond. En revanche, le pont qui reliait les deux rives n’existe malheureusement plus.

On croise tout de même quelques beaux pavillons, notamment au cours de la promenade autour du plan d'eau principal. De plus, les vestiges des fondations de ceux disparus permettent aux curieux de bien se rendre compte de l'étendue des lieux et donc du niveau d'influence du temple.

On note un bémol concernant la saison hivernale pour visiter le Motsu-ji, où la neige abondante masque 😷 un peu trop les détails du jardin et des différents emplacements au sol. Régulièrement au cours de l'année, plusieurs évènements égayent la découverte des lieux. Ainsi, la nouvelle année est fêtée avec des lampions suspendus à l’entrée du bâtiment principal enneigé, pour une atmosphère mystique et charmante à la nuit tombée. Puis pendant la Golden Week (de fin avril à début mai), des participants costumés font revivre des scènes historiques comme lors du Aoi Matsuri de Kyoto. Enfin en été, les parterres du temple se colorent, en violet notamment avec les iris en pleine floraison de fin juin à début juillet.

Cette fiche de visite a été réalisée dans le cadre d'un séjour organisé et financé par la préfecture d'Iwate. Kanpai a été invité et guidé mais conserve une liberté totale dans sa publication éditoriale.
⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Chuson-ji et Motsu-ji et autour.
Par Kanpai Dernière mise à jour le 07 janvier 2020 Chuson-ji and Motsu-ji