Lac de Towada en hiver

Towada

Le lac et sa ville contemporaine

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Towada est une ville située dans les terres de la préfecture d’Aomori, au nord du Japon. Destination réputée pour ses paysages naturels avec le grand lac Towadako, la rivière et les gorges Oirase, elle abrite également un musée d’art contemporain qui captive les amateurs. Cette zone rurale du Tohoku se visite principalement en voiture.

Non loin du grand port maritime de Hachinohe, la petite région de Towada obtient aux débuts des années 2000 le statut de 市 shi, c'est-à-dire de "ville" en japonais. Elle s'étend à l'ouest et inclut les gorges Oirase ainsi qu’une partie du lac de Towada. Ces derniers appartiennent également au parc national Towada-Hachimantai qui comprend notamment les monts Hakkoda situés à proximité.

Il n'existe donc pas de centre-ville historique à visiter ni, d'ailleurs, de quartier pratique autour de la gare locale la plus proche Shichinohe-Towada. Pour profiter facilement des lieux et ne pas se retrouver contraints par le nombre de bus très limité, on recommande vivement de disposer d'une voiture 🚙. L'itinéraire se montre alors agréable sur une journée où la beauté des différents points de vue se succède.

Le musée d’art contemporain de Towada

Un peu perdu au milieu de la campagne du Tohoku, le musée d'art de Towada accueille de grandes œuvres contemporaines, aussi bien par leur renommée que par leur taille. L'exposition commence à l'extérieur, en face du bâtiment, avec une étonnante maison nuage et des installations reconnaissables de Yayoi Kusama.

On enchaîne ensuite à l'intérieur, directement avec l'une des pièces les plus impressionnantes du musée qui héberge l'imposante Standing Woman de Ron Mueck. On reste bluffés par l'envergure de la représentation et le réalisme des mains et du visage de la dame. Plus loin, on découvre une mise en scène du plasticien Hans Op de Beeck. Baptisée Location (5), la salle reproduit un café-bistrot plongé dans une étonnante profondeur de champ avec le paysage urbain qui s’offre en arrière-plan.

Les escaliers qui mènent aux étages supérieurs font partie d’une même œuvre artistique. Ces derniers sont habillés par des formes géométriques colorées qui évoquent des animaux dénués de regard. Lorsque l'on arrive sur le toit du musée, dernier espace de l'exposition, on retrouve peints à même le sol ces fameux yeux manquants. On est alors invité à prendre part à l'installation et à jouer de son ombre pour devenir à son tour une petite créature artistique.

Pa ailleurs, plusieurs expositions temporaires tournent chaque année à certaines dates. En décembre 2019, lors de notre visite, on a ainsi contemplé des créations de coquilles en verre sculptées pour des bernards l’hermite. Chacune de ces mini-sculptures représente des complexes architecturaux et les crustacés, qui les portent sur leur dos, prennent ainsi des airs d’animaux mythiques géants.

Bien réalisée, la visite du musée mélange les espaces, les matières et les couleurs. Toutes les parties du bâtiment ainsi que les extérieurs proches participent des créations artistiques. Aucun élément n'est disposé au hasard et c'est un plaisir de pouvoir interagir avec certaines installations contemporaines.

Sur la route des gorges Oirase

À une quarantaine de minutes du musée, la rivière Oirase longe la route et invite les voitures à s'arrêter sur sa rive pour admirer le paysage. L’eau s'y avère d’une clarté rare et la végétation se montre luxuriante, en particulier à la belle saison. En automne 🍁, les gorges Oirase s'embrasent avec le rougeoiement des feuilles d'érables qui encadrent le cours d'eau et les roches recouvertes de mousse.

Un sentier permet de s'enfoncer un peu dans le sous-bois, pour une balade d'une petite heure le long la rivière et de ses cascades. Mais la route reste tout de même bien présente et cela nuit un peu à l'ambiance bucolique des lieux, d'autant que l'on croise régulièrement des bus touristiques en haute saison qui se garent facilement et au plus près des points de vue.

Le site sacré du lac de Towada

Le vaste lac Towadako a été formé à la suite d'une explosion volcanique, il y a des milliers d’années. D'une superficie d'environ 61 km2 pour une profondeur maximale de 327 mètres, il est le plus grand lac de caldeira de l'île Honshu. Ses rives sont fréquentées en été par les touristes qui viennent faire de la randonnée, camper ou bien s'adonner à quelques activités aquatiques comme le bateau, le pédalo ou le canoë.

Situé sur l'une des deux petites péninsules qui s'avancent sur le lac, le sanctuaire Towada se visite en toute saison et notamment dans le calme hivernal. Une belle balade au milieu des cèdres centenaires mène au lieu de culte shinto qui date de l’époque de Kamakura (1185 - 1333). Le pavillon principal n’a d'ailleurs pas été rénové depuis un petit moment, mais le souci des détails accordés aux décorations sculptées se montre toujours visible. Non loin, on retrouve de nombreuses plaquettes votives ema, à l’effigie des différents signes de l’astrologie chinoise et qui apportent un peu de chaleur humaine au site naturel et sacré.

En quittant le sanctuaire, le visiteur tombe nez à nez avec la petite île d'Ebisu et Daikokuten, deux divinités de la bonne fortune au Japon, qui offre un joli panorama sur l'étendue d'eau. Puis on rejoint la station de Yasumiya qui sert d'entrée pratique aux installations touristiques du lac, par exemple pour les bateaux de croisière.

À la frontière entre les préfectures d'Aomori et d'Akita, la région de Towada constitue un agréable lieu de passage, notamment en automne lorsque le verdoyant domaine forestier change pour des couleurs plus chaudes.

Cette fiche de visite a été réalisée dans le cadre d'un séjour organisé et financé par les préfectures de Akita et Aomori pour la destination #feeltohoku. Kanpai a été invité et guidé mais conserve une liberté totale dans sa publication éditoriale.
⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Towada et autour.
Par Kanpai Dernière mise à jour le 11 septembre 2020