Pavillon principal de Kanda Myojin à Tokyo

Kanda Myojin

Le grand sanctuaire d'Akihabara

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Kanda Myojin est un sanctuaire shintoïste ancien et rutilant, situé au nord-est de l'arrondissement de Chiyoda à Tokyo. Perché en hauteur, il offre une agréable pause spirituelle au milieu de l'effervescence urbaine de la capitale japonaise. Il s'anime, tous les deux ans à la mi-mai, pour célébrer le très populaire et important Kanda Matsuri.

On a coutume de parler de Kanda Myojin comme du sanctuaire d'Akiba mais en réalité, il n'y est pas rattaché géographiquement. Bien que situé à quelques pas seulement du cœur électrique et otaku de Tokyo, le temple appartient en réalité à l'arrondissement plus central de Chiyoda, plus précisément au quartier de Kanda, bien qu'on y accède plus simplement par Ochanomizu. Le contraste au sein d'une zone un peu bobo n'en est que flagrant.

Fondé en 730, le sanctuaire connut, comme beaucoup d'autres au Japon, une histoire mouvementée. Initialement situé à Shibasaki, proche d'Otemachi, il fut déplacé à Kanda en 1603 (au début de l'époque Edo) puis une nouvelle fois en 1616 vers son emplacement actuel sur la colline. Détruit pendant le grand séisme du Kanto en 1923, le bâtiment principal jadis en bois fut reconstruit en béton en 1934, ce qui lui permit de supporter les bombes incendiaires de la seconde Guerre mondiale.

C'est la grande porte Zuishin-mon, rebâtie sur deux niveaux en 1995 avec du bois de cyprès, qui marque l'entrée principale de Kanda Myojin. Originellement protecteur des habitants d'Edo, le sanctuaire vénère trois déités :

  • Daikoku-ten, divinité de la richesse et du commerce ;
  • Ebisu, protecteur populaire des pêcheurs et marchands ;
  • et Taira no Masakado, un samurai du début Xe déifié après sa mort, dont la tombe se situe non loin.

Ce triptyque fait que le sanctuaire de Kanda est particulièrement apprécié des salary-men et hommes d'affaires du quartier. Mais il possède d'autres attraits liées notamment à sa proximité avec Akihabara. Ainsi, on y trouve nombre d'ema (plaquettes de vœux accrochées) représentant des dessins de manga. Mais surtout, de manière assez anecdotique, certains des porte-bonheurs vendus sur place se présentent sous la forme de puces informatiques ! Comptez 1.000¥ (~7,99€) pour le souvenir insolite.

Festivals et célébrations

Kanda Myojin reste la plupart du temps un lieu très calme, agréable havre de paix dans une zone si proche d'un quartier très animé. Cette paisible atmosphère est néanmoins troublée à quatre occasions récurrentes notables.

D'abord pour Kanda Matsuri, l’un des trois plus grands festivals de la capitale (depuis 1600) qui se tient toutes les années impaires pendant le week-end à la mi-mai, et dont le sanctuaire constitue le point de départ des processions.

Ensuite, pour se souhaiter une bonne réussite professionnelle à l'occasion de la nouvelle année, autour du 6 janvier.

Puis, lors de Daikoku Matsuri, tous les ans pendant trois jours, peu avant la mi-janvier.

Enfin, de manière moins officielle, pour accueillir les enfants lors de leur rite de passage Shichi-go-san en novembre chaque année.

⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Kanda Myojin et autour.
Par Kanpai Dernière mise à jour le 23 avril 2020 Kanda Myojin