L'islam exclu du Japon ?

37 réponses

Voila ma question est simple pour toute personne ayant déjà voyagé au japon ou en connait fortement la culture: L'islam au Japon est-elle exclu ?
J'aime beaucoup la culture japonaise et je comptai aller visiter le pays mais un amis ma montré un site (méchant) anti-musulmans qui donne 27 raison que le japon déteste les musulmans ! Es-que ces vrai ? Si oui vais-je avoir des problème une fois arrive la-bas ?

Par Compaq Publié le 19 juillet 2013 Thématiques associées :
Question intéressante ?
4,03/5 (99 votes)
Cette question et les réponses ci-après sont proposées par la communauté des membres Kanpai dans le cadre du module Kotaete. Elles ne reflètent pas nécessairement le point de vue de la rédaction de Kanpai.

Les 37 réponses à la question posée

hl12
19 juillet 2013
17:40

Voyage effectué l'année dernière et aucun problème, les japonais sont très accueillants.
Après des sites racistes qui ne représentent pas la population, tu peux en trouver pour chaque pays.

Réponse utile ?
2,73/5 (138 votes)
jonathan
19 juillet 2013
18:00

Voilà un document que j'ai reçu y'as plusieurs années

Début du document
<<<<<<<<<<<<
Avez-vous jamais lu qu’un dirigeant politique ou un premier ministre d’un pays islamique a visité le Japon ?
Avez-vous jamais entendu que le roi d’Arabie saoudite ou le Président iranien ont visité le Japon? (Il y a eu 4 visites d’un officiel d’Arabie Saoudite au Japon en presque un siècle, et 1 visite d’un président iranien, en 2000.
Le Japon impose des restrictions strictes à l’islam et aux musulmans.
a) Le Japon est le seul pays qui ne donne pas la citoyenneté aux musulmans.
b) Au Japon les musulmans n’ont pas droit à la résidence permanente.
c) la propagation de l’Islam au Japon est très mal vue par la population.
d) Dans les Universités du Japon, l’arabe et l’islam ne sont pas enseignés, dans quelle que langue que ce soit.
e) l’importation de Coran en langue arabe est interdite.
f) Selon les données du gouvernement japonais, il a été donné le droit à résidence temporaire à seulement 2 musulmans lakhs, qui doivent respecter la loi japonaise. Ces musulmans doivent parler le japonais et effectuer leurs rites religieux dans leurs appartements.
g) Le Japon est le seul pays au monde qui dispose d’un nombre négligeable d’ambassades de pays islamiques.

h) les Japonais ne sont pas attirés par l’Islam.

i) Les rares musulmans résidant au Japon sont des salariés des sociétés étrangères.

j) Aujourd’hui, le Japon n’accorde plus de visas aux médecins, ingénieurs, ou gestionnaires musulmans envoyés par des sociétés étrangères.

k) Dans la majorité des entreprises, il est précisé dans leurs règlements que les musulmans ne peuvent pas postuler pour un emploi.
l) Le gouvernement japonais est d’avis que les musulmans sont des fondamentalistes qui même à l’ère de la mondialisation, ne sont pas prêts à changer leurs lois musulmanes.
m) les musulmans peuvent difficilement louer une maison, au Japon.
n) Si quelqu’un apprend que son voisin est musulman, tout le quartier est alerté.
o) Nul ne peut créer une cellule islamiste ou école islamique, au Japon.

p) La charia n’est pas autorisée au Japon
q) Si une femme japonaise se marie avec un musulman, elle est considérée comme une paria.
r) Selon M. Komico Yagi (chef de département de l’Université de Tokyo) « Il y a un état d’esprit au Japon selon lequel l’islam est une religion très étroite d’esprit et chacun devrait se tenir à l’écart de cette religion »

s) Le journaliste indépendant Mohamed Juber a visité de nombreux pays islamiques après les attentats du 11 septembre, y compris le Japon. Il a constaté que les Japonais sont persuadés que les extrémistes musulmans ne peuvent pas frapper au Japon.
t) Le Japon compte 126 millions d’habitants. Interrogé sur le nombre de musulmans, Abu Bakr Morimoto, ex-président de l’association islamique japonaise répondait : « franchement, il y a peut-être 1000 musulmans japonais, et le nombre de 30.000 est très largement exagéré ».
u) Quelques Japonais ont entendu parler de l’islam pour la première fois en 1877, mais seulement comme « histoire des cultures ».
v) le « boom de l’islam » au Japon a été provoqué par l’armée japonaise et date de la seconde guerre mondiale. Une mosquée à a été construite à Kobe, et une centaine de livres et journaux ont été publiés sur l’islam. L’objectif de l’armée était d’être mieux équipé afin d’acquérir une bonne connaissance de l’islam et des musulmans. En 1945, l’islam disparu rapidement du Japon.
w) en 1890, l’Empire Turc Ottoman a envoyé un vaisseau au Japon dans le but d’entamer des relations diplomatiques et pour présenter l’Islam aux Japonais. Le navire s’appelait Ertugrul, et sur son chemin de retour, il a été coulé par le Japon avec 609 personnes à bord.
x) Il y a une trentaine « d’appartements mosquées » dans tout le Japon.
y) Les Japonais considèrent que l’islam est une religion étrange de pays sous développés.
z) AU Japon, on ne trouve ni nourriture halal, ni éducation islamique, ni médias en arabe, ni littérature islamique.
<<<<<<<<<<
voilà fin du document .

Réponse utile ?
2,76/5 (138 votes)
Leclerc
19 novembre 2015
19:15

Un pays parfait qui a tout compris !

Réponse utile ?
2,85/5 (201 votes)
Eric Tremblay
12 août 2016
02:36

pouvez-vous me citer votre source s.v.p. merci.

Réponse utile ?
2,75/5 (64 votes)
Jouini
05 août 2017
19:02

Tu es un gros menteur Jonathan, à travers ton commentaire, on sent la haine de l'islam et les musulmans, malhereusemnt pour toi, il y'a des gens honnêtes sur ce site qui ont dévoilé tes mensonges gratuits en fournissant un témoignage affirmant la réalité au Japon et des japonais envers l'islam.
L'islam n'est rejeté et il ne sera jamais rejeté que par des gens de ton espèce, c'est à dire : (les haineux, les menteurs, imposteurs, racistes, fachos etc...)

Réponse utile ?
3,38/5 (120 votes)
fabienne Gillard
21 Mai 2020
14:08

je ne savait pas que l'islam était une race. C'est nouveau?

Réponse utile ?
2,98/5 (49 votes)
Mohamed Hossei…
14 décembre 2020
03:16

Non l'islam n'est pas une race, c'est une religion qui regroupe plusieur race.

Réponse utile ?
2,18/5 (17 votes)
Takemi
09 janvier 2020
22:43

Du n’importe quoi tous ce que vous mentionnez!
À mon avis, les citoyens Japonais de base ne savent pas grand chose des religions (même les leurs) A peine sur les chrétiens encore moins sur les musulmans. On ne les enseigne nul part donc ils n’ont aucune raison de les haïr... Ils en ont aucune idée sur le sujet...

Réponse utile ?
3,23/5 (71 votes)
Chardons
25 juillet 2020
17:01

La plupart de ces assertions sont fausses
Oui il y a des magasins hallal
Oui. Il y a Musulmans de nationalité japonaise !!
Le post précédent ressemble a de la propagande d’extrême-droite

Réponse utile ?
3/5 (45 votes)
19 juillet 2013
18:18
J'en ai lu des conneries sur le Japon mais c'est là est quand même, le dernier commentaire ne cite aucune source et a été lancée dans un forum d'extreme droite.... Bref durant mon sejour a Tokyo j'ai vu bon nombre de japonais visiter la mosquee de Tokyo Quant a la nourriture halal tu pourras trouver unr liste sur le site de l'association islamique du japon. Enfin une guesthouse a même èté créee pour les musulmans.
Réponse utile ?
3,64/5 (91 votes)
drwatson33
19 juillet 2013
18:18

bravo Jonathan pour faire circuler les ragots les plus puants du net!
Un document reçu il y a quelques années de la sœur d'un ami d'un pote au chauffeur de quelqu'un de connu m'a appris que les francs-maçons mangent des enfants au petit déjeuner, tu crois que c'est vrai?

Réponse utile ?
3,62/5 (92 votes)
19 juillet 2013
18:58

Je suis allée plusieurs fois au japon et c'est vrai que je n'ai pas croisé de musulmans, enfin personne qui n'est de signes distinctifs de religion (voile, barbe, coiffe, etc..). Là-bas les religions qui dominent sans partagent sont le shintoïsme et le bouddhisme. Il n'y aura aucun problème si tu as du respect pour leurs coutumes, leurs croyances et leur mode de vie très tolérantes et respectueux des autres. Là-bas la liberté des uns s'arrête là ou commence celle des autres. Ils ne se permettront jamais de critiquer ni ne juger l'autre (ni les gays, ni les gents aux looks bizarres ou les filles en mini jupes) c'est le respect qui domine. Aucun geste déplacé de quelque nature qu'il soit. Si une femme est ennuyée par un homme, c’est la police qui intervient et embarque le harceleur.
Voilà.

Réponse utile ?
3,76/5 (62 votes)
Mohamed Hossei…
14 décembre 2020
03:18

T'a oublié le jem'enfoutisme comme religion

Réponse jugée peu pertinente

Réponse utile ?
2/5 (8 votes)
19 juillet 2013
19:16

Bonjour,
Je reviens tout juste d'un voyage d'un mois au Japon et je n'ai jamais ressenti la moindre animosité de la part des japonais à l'egard des musulmans, j'ai vu des femmes voilées faire tranquillement leur emplettes dans les magasins, ils ont meme accordé plus de 13 milliards de Yen pour venir en aide au Moyen-Orient en Afrique du nord et au Sahel dans le but de renforcer sa présence dans ces contrées
http://www.mofa.go.jp/announce/announce/2013/2/0228_02.html
L'heure est bien au rapprochement et non au rejet ^^

Réponse utile ?
3,41/5 (56 votes)
taikoubou
19 juillet 2013
19:18

Un gros ramassis de connerie.

Réponse utile ?
3,32/5 (38 votes)
Ieyasun
19 juillet 2013
19:23

Le message a) b) c).. est presque totalement faux et pour une raison bien simple : les japonais n'en ont rien à foutre :)

Il y a des musulmans au japon mais 95% d'entre eux sont des immigrés du bangladesh, d'irak ou du kazakhstan. Les japonais sont peu attirés par l'islam mais la religion n'est pas vue d'un très mauvais oeil

alors pas de problème :)

Réponse utile ?
3,52/5 (42 votes)
Noy
19 juillet 2013
19:45

Tu n'es pas obligé de parler religion ou de crier sur tous les toits que es musulman, le temps de ton séjour.
Le plus important selon moi est que tu fasses un bon voyage, après s'il y en a que ça dérange tant pis. Tu tomberas bien sur des personnes tolérantes.
Du moment que tu fasses un agréable voyage c'est ça qui compte ;).

Réponse utile ?
3,17/5 (36 votes)
badr1
19 juillet 2013
23:07

Le clache des civilisations est toujours et sera à jamais présent toutefois si on n'essaie pas de vraiment se comprendre de façon mutuel, mieux que ça éviter de l’intimidation (ijimi) l'un vers l'autre. 5 minute de news vont te permettre de constater l'ampleur de la chose, plusieurs heure d'histoire moderne vont bien te révéler qu'il n' y a vraiment pas d'incident impliquant le japon avec le reste de pays arabo-musulmans ou bien avec l'islam précisément.

Le seul point négatif c'est l'ignorance de la culture et tradition du monde arabe et qui diffère de celle de l’occident, ou bien des faux préjugés à qui on doit la grosse partie à l'image déformer que les médias font circuler depuis sacré un temps surtout en occidents (pas vraiment neutre mais pire encore).

Personnellement j'ai fait expérience de côtoyer des japonais dans un cadre professionnel (haut responsable gouvernementaux parfois) ou non, je peux dire que les rencontres passer plutôt dans la bonne humeur et qu'ils sont des gens vraiment attentionnés, serviables et surtout très aimables.

Un commentaire Le clache des civilisations est toujours et sera à jamais présent toutefois si on n'essaie pas de vraiment se comprendre de façon mutuel, mieux que ça éviter de l’intimidation (ijimi) l'un vers l'autre. 5 minute de news vont te permettre de constater l'ampleur de la chose, plusieurs heure d'histoire moderne vont bien te révéler qu'il n' y a vraiment pas d'incident impliquant le japon avec le reste de pays arabo-musulmans ou bien avec l'islam précisément.

Le seul point négatif c'est l'ignorance de la culture et tradition du monde arabe et qui diffère de celle de l’occident, ou bien des faux préjugés à qui on doit la grosse partie à l'image déformer que les médias font circuler depuis sacré un temps surtout en occidents (pas vraiment neutre mais pire encore).

Personnellement j'ai fait expérience de côtoyer des japonais dans un cadre professionnel (haut responsable gouvernementaux parfois) ou non, je peux dire que les rencontres passer plutôt dans la bonne humeur et qu'ils sont des gens vraiment attentionnés, serviables et surtout très aimables.

Un commentaire ci haut que je n'ai pas pu terminer sa lecture est hors réalité. sinon les gens ont toujours peur de se qu'ils ne connaissent pas ou ce qui est nouveau pour eux, les japonais ne sont pas une exception mais pas les plus raciste qui soit non plus.

je te propose de voir quelque reportage sur le japon par des chaines arabe ou bien l'inverse ils sont bien nombreux sur youtube :

1- http://www.youtube.com/watch?v=XudqCf9iGto

2- (sous-titre arabe) http://www.youtube.com/watch?v=kjd5wlcDgPI

Voilà ça va te permettre d'avoir une vision sur comment les japonais nous aperçoivent.

Sore dewa, oyasume ^^

Réponse utile ?
3,06/5 (17 votes)
Compaq
19 juillet 2013
23:52

Je vous remercie énormément pour vos réponse rapide et compréhensive ! J'ai eu très peur je l’avoue que ce pays avec lequel j'avais beaucoup d'estime eu ce genre de comportement, j’espère passer un bon séjour grâce vous ! :)

Et encore Merci !

Ps: Le texte qu'as mis Jonathan et bien celui que j'ai vus !

Réponse utile ?
2,94/5 (18 votes)
Amina
20 juillet 2013
00:53

Pouah Jonathan c'est exactement le genre de commentaire qui m'exaspère sorti de nulle part sans source , surtout que tout ce que tu dis est faux...

Au contraire, le Japon commence à chercher des touristes musulmans il n'y a pas très longtemps l'office National du tourisme a publié un guide de voyage pour les voyageurs musulmans!
Enfin c'est spécifiquement pour inciter les Malaisiens Musulmans à venir mais c'est pareil ^^

Le lien → http://www.jnto.org.sg/for_muslim_visitors.html
le pdf → https://www.jnto.org.sg/assets/files/pdf/201303_Japan_Muslim_Guide.pdf

profite bien de ton séjour :)

Réponse utile ?
3,52/5 (29 votes)
Teddy
09 janvier 2016
00:08

Anima : Votre Taqiya manque de subtilité ! Les Japonais rechercheraient l'immigration musulmane ! cas unique dans le monde.

Réponse utile ?
3,12/5 (33 votes)
Gunter
20 juillet 2013
01:41

Comme dit Gaya64:
"Il n’y aura aucun problème si tu as du respect pour leurs coutumes, leurs croyances et leur mode de vie très tolérantes et respectueux des autres"

Voilà le plus important pour moi: tu t'adaptes et tu acceptes sans restriction le mode de vie du pays que tu visites.

Quelqu'un qui n'accepte pas les principes du pays visité, et bien il n'y va pas.

Réponse utile ?
4,26/5 (27 votes)
fabienne Gillard
06 juin 2019
19:36

il en va de même pour les migrants qui s'installent dans un pays qui n'a pas la même religion qu'eux, ils doivent s'adapter ou alors retourner d'où ils viennent ou aller dans un pays qui sera plus proche de leur croyance

Réponse utile ?
3,25/5 (16 votes)
Quentin
29 juillet 2013
21:07

L'expérience d'une amie qui a rendu visite à la communauté musulmane d'Osaka pourrait vous intéresser : http://www.lemanger.fr/index.php/vivre-le-ramadan-et-manger-halal-au-ja…

Réponse utile ?
3,76/5 (21 votes)
Nerdzofgeek
14 septembre 2015
04:25

Jespere pour ma part que un peuple si propre si intelligent si ouvert desprit si rspectueux des autre ne souvrira pas trop a lislam qui pour moi represente tt linversse des valeur du japon. Lislam a deja pourri la france svp laisser au moin le japon en paix

Réponse utile ?
2,58/5 (89 votes)
Lolita94
25 juin 2018
04:39

C'est nul de penser de la sorte. Je suis musulman et la religion musulman et différente en fonction ou tu vie. Je vie en France depuis mes 3 ans je suis née à Mayotte île française mes musulman. Et le Japon à le droit de s'ouvrir à une culture ou non.

Réponse utile ?
3,25/5 (8 votes)
Kogan
14 septembre 2015
19:25

Cet islam qui ne connaît que les droits de Dieu et ne reconnaît pas, de fait, la séparation du pouvoir spirituel et du pouvoir temporel ni, par voie de conséquence, les droits de l’Homme.
Cela conduit inévitablement à des situations non seulement insupportables et mal vécues par les non musulmans mais qui deviennent dangereuses pour l’avenir. Dans l’islam la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de communauté est très importante, car reconnaître une communauté, c’est reconnaître les lois qui la régissent. Je suis un grand voyageur (routard). Visiter un pays c'est le visiter et s'intéresser à sa culture en en tous cas jamais pour y imposer la sienne. Ne pas imposer sa culture ne veut pas pour autant dire la renier évidement.

Réponse utile ?
3,24/5 (29 votes)
SuPrA
25 octobre 2015
04:55

Moi personnellement j'ai beaucoup d'estime pour le Japon, et je ne focalise pas sur les préjugés qu'on les gens (on voit où ça mène avec daesh vis-à-vis des muslim) en bref, si leurs règles se bases sur le respect les musulmans n'auront aucun problème à s'intégrés là-bas inchallah ^^

Réponse utile ?
3,53/5 (15 votes)
Nanouk
13 janvier 2016
05:09

En tous cas pas Bienvenue au Canada.

Réponse utile ?
2,71/5 (34 votes)
Rox
10 avril 2019
03:23

J y suis
Beaucoup de canadien musulmans
Et partout Armée, Police et chefs d'entreprise, gouvernement et député et croit moi on participe pays.

Réponse jugée peu pertinente

Réponse utile ?
2/5 (9 votes)
Mohamed Hossei…
14 décembre 2020
03:23

T un menteur, a monteal au canada, les musulmans ont un cartier entier a eux carrement.

Réponse jugée peu pertinente

Réponse utile ?
1/5 (2 votes)
Mohamed
28 juin 2016
17:11

Il me fait jamais croire a ces paroles parachuter par un extremists anti-islame.
Partout dans ce monde il ya les bons et les mauvais.
Il ne faut pas oublier que l'islam avait un impact positif dans la civilisation europeenne dans la periode medievale.

Réponse utile ?
3,54/5 (28 votes)
fabienne Gillard
21 Mai 2020
14:18

oui mais voilà, certains (JE NE DIS PAS TOUS) sont restés à l'époque du moyen-âge

Réponse utile ?
3,38/5 (8 votes)
Rox
10 avril 2019
03:24

J y suis
Beaucoup de canadien musulmans
Et partout Armée, Police et chefs d'entreprise, gouvernement et député et croit moi on participe pays.

Réponse utile ?
3,14/5 (7 votes)
Amir
10 Mai 2020
10:59

Etant musulman asiatique français et ayant voyager au Japon avec un algérien et un marocain tous les 2 français,  nous n'avons pas eu de mal à trouver des restos halal. Les gens sont très accueillants peu importe votre religion.
Les textes sur l'anti-islam au Japon sont issus d'une personne qui n'a jamais visitée le Japon. Nous avons fait 5 villes. Dans les 5 villes nous avons trouvé des salles de prières en centre ville. Dès notre arrivée à l'aéroport, le douanier discute avec nous en nous souhaitant un agréable séjour.
Par ailleurs, on remarquera que les fouteurs de troubles sont certains français qui manquent de savoir vivre et qui ne respectent pas le pays visité en faisant du bruit dans les transports alors que personne ne crie sauf eux. Ne pas laisser sa place assise à une personne âgée est une habitude qui est resté dans la tête de certains français même au Japon.

Réponse utile ?
3,62/5 (13 votes)
Malak
21 octobre 2020
19:04

Le Japon est un état-nation dont il est très difficile voire dans les faits impossible d’acquérir la nationalité lorsque l’on est un immigré ou même lorsque l’on est issue d’un couple mixte né à l’étranger, autrement dit si l’un de vos parent est japonais et que vous êtes nés à l’étranger donc bénéficiant de la nationalité du pays de votre naissance le Japon ne vous reconnais pas comme citoyen japonais à part entière, il vous faudra manipuler le mieux de résidence (si vous ne résidez pas au Japon), le temps passer au Japon, votre maitrise du Japonais, etc pour bénéficier d’un passeport Japonais mais même dans ces conditions les Japonais vous considérerons toujours comme un Hāfu (moitié de japonais). Donc le Japon a quelques différences fondamentales avec les sociétés occidentales qui sont bien plus tolérantes et permissives. Pour ce qui est de l’islam, il y a bien sûr des mosquées au Japon et les japonais ignorent très bien les quelques 150 000 musulmans qui vivent dans l’archipel aussi longtemps que ces derniers respectent la coutume et les lois du pays d’accueil car le Japon n’a jamais été ni christianisé ni islamisé. Les japonais vont par exemple aller au KFC pour manger du poulet frit lors de la Thanksgiving parce que pour eux c’est exotique et drôle de la même manière qu’ils sont ( pas la majorité) curieux des coutumes des visiteurs. De la à dire qu’ils ait un quelconque intérêt profond vis à vis des étrangers, cela est faux . Ayant vécu et travailler pendant 3 ans au Japon j’ai très souvent entendu la phrase ‘avec les étrangers, le meilleur moment c’est quand ils reprennent la route de l’aéroport’. Par ailleurs, mes amis japonais, dont certains ont étudier en France, sont horrifiés et halluciné de la façon dont les musulmans imposent leurs us et coutumes en Europe. Donc les japonais de mon âge ayant voyager et parfois étudier en Europe, aux USA et ailleurs savent bracoup plus de choses sur l’islam que la très grande majorité des 130 millions de Japonais.

Réponse utile ?
3,86/5 (7 votes)
nessim saadaoui
24 mars 2021
02:55

Premiers contacts entre Japonais et musulmans

Yamada Torajirō (1866-1957), l'un des premiers Japonais à se convertir à l'Islam.
En 1868, au début de l'ère Meiji, rares sont les pays asiatiques non-occupés par des Européens. Parmi eux figurent l'Empire ottoman et le Japon. Pour résister aux pressions européennes, les deux États nouent de premières relations diplomatiques. À la même époque, le Japon noue des relations commerciales avec les marins malais qui servent à bord des bateaux anglais et néerlandais[réf. nécessaire]. Enfin, le Japon s'ouvrant au reste du monde, il commence à envoyer des cadres en Europe : le trajet les faisant passer par l'Égypte sunnite, ils en ramènent des témoignages écrits et des analyses plus ou moins détaillées.

À la fin des années 1870, une première traduction de la Sîra est faite en japonais.

En 1890, Abdülhamid II vient visiter le Japon à bord du navire Ertuğrul3, qui abrite plus de 600 officiers et soldats commandés par le général Osman Pacha. Au retour, un ouragan fait 533 morts à bord du navire, dont le frère du sultan. Deux bateaux japonais ramènent les survivants à Istanbul.

Arrivé sur un de ces bateaux, un jeune journaliste japonais du nom de Shotaro Noda s'installe à Istanbul. Il y rencontre Abdullah Guillaume, un musulman britannique originaire de Liverpool qui l'encourage à se convertir. Converti, Noda fait le choix de s'appeler Abdul Haleem Noda.

Peu après, en 1893, le Japonais Yamada Torajirō s'installe lui aussi à Istanbul1. La population japonaise a levé une grande quantité de fonds pour donner de l'argent aux familles des marins décédés et Yamada a pour mission d'emmener ces fonds auprès du gouvernement Ottoman. Sur son chemin, il visite l'Égypte ; une fois arrivé à Istanbul, il décide de s'y installer et y passe 20 ans, effectuant aussi un travail de consul.

Le troisième Japonais musulman recensé est un marchand installé à Bombay en 1900. Ayant vu une mosquée dans la ville, il la visite puis se convertit. À cette époque, un certain nombre d'Indiens musulmans vivent à Tokyo, Yokohama et Kobe : ils sont considérés comme les premiers musulmans au Japon.

De 1885 à 1897, Sanshi Tôkai publie une série de seize livres intitulée Kajin no kigû, qui raconte la révolte d'Ahmed Urabi contre les forces françaises et britanniques. L'oeuvre devient très populaire et déclenche un attrait pour l'islam de la part des Japonais patriotiques et anti-occidentaux.

Début du xxe siècle
En 1902, un envoyé du sultan Abdülhamid II vient au Japon dans l'objectif de faire construire une mosquée à Yokohama, mais le projet n'aboutit pas.

En 1905, le Japon remporte la guerre russo-japonaise ; la Russie ayant longtemps colonisé et persécuté les musulmans d'Asie centrale, cette victoire attire l'attention des pays musulmans concernés. Ainsi, Mehmet Akif et Abdurreçid Ibrahim font l'éloge du Japon en Turquie, tandis qu'en Iran, Adib Pishāvari rédige un poème épique intitulé Mukado-nāmeh en l'honneur de l'empereur Meiji. La même année, des prisonniers de guerre russe construisent la première mosquée du Japon, à Osaka3. Des officiers musulmans de pays du Moyen-Orient sont si impressionnés par la victoire japonaise qu'ils partent étudier au sein de l'armée japonaise et épousent des femmes du pays, avec qui ils ont des enfants élevés dans la foi musulmane.

En 1909, Abd al-Rashid Ibrahim, un Tatar né dans l'empire russe, fuit au Japon pour échapper à des sanctions pour son militantisme pour un Tatarstan indépendant. Il devient le premier imam du Japon et convertit de nombreux Japonais à sa religion. De nombreux Tatars se réfugient au Japon, s'installant majoritairement à Tokyo, Nagoya et Kobe1 : de nombreux récits historiques considèrent cet exode comme la véritable arrivée de l'islam au Japon5. Au sein de la communauté Tatar, Abdul Hay Qurban Ali est une haute figure religieuse : il publie le Yapan Makhbari, un magazine musulman en tatar qui est publié au Japon et distribué dans l'ensemble de l'Asie. La même année, une quarantaine d'étudiants chinois musulmans étudiant à l'université Waseda publient un magazine musulman en chinois. Trois étudiants ottomans rejoignent leurs rangs en 1911.

La mosquée de Kōbe.
En 1914, une nouvelle mosquée est construite à Kobe par des marchands indiens et arabes, mais elle est rapidement détruite, avant d'être reconstruite. La mosquée de Kōbe actuelle est construite en 1935 avec l'appui des commerçants de la communauté Turco-tatare.

En 1918, Hasan Uho Hatano publie un magazine illustré intitulé Confrérie islamique. En 1912, il publiait déjà le magazine Islam en japonais et en anglais1. En 1920, Sakamoto Ken-ichi (en) traduit le Coran en japonais à partir de la traduction anglaise de John Medows Rodwell (en)6.

La Grande association des musulmans du Japon (大日本回教協会 ou Dai Nihon Kaikyō Kyōkai), fondée en 1930, est la première organisation islamique officielle au Japon et elle est soutenue par des groupes anti-occidentaux, entre autres la société du Dragon noir, qui financera aussi Nation of Islam aux États-Unis2. D'autres suivent : par exemple, la Communauté musulmane Ahmadiyya a été établie en 1935 au Japon7.

De 1932 à 1949, Noorul Hasan Barlas, un professeur indien, rédige plusieurs articles en ourdou sur la place de l'islam au Japon.

En 1938, la deuxième traduction du Coran est faite par Takahashi Goro (en), Bunpachiro (Ahmad) Ariga (en) et Mizuho Yamaguchi (en)6. La mosquée de Tokyo ouvre la même année, financée grâce à la participation des zaibatsu. Elle s'accompagne d'une école coranique, d'une imprimerie et d'un journal3. Les premiers imams de la mosquée de Tokyo sont Abdürreşid Ibrahim et Abdulhay Qorbangali. À la même date, on compte environ 600 musulmans au Japon[réf. nécessaire].

Seconde Guerre mondiale
Pendant la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement japonais utilise l'Islam pour sa propagande auprès de l'Asie du Sud-Est majoritairement musulmane. Il se présente comme protecteur de la foi musulmane contre les forces impérialistes chrétiennes venues d'Europe, une affirmation soutenue par des figures d'autorité musulmanes. L'imam de la mosquée de Tokyo, Abdurreshid Ibrahim, affirme en 1942 que « la cause du Japon dans la guerre de l'Extrême-Orient est sacrée et dans son austérité, elle est comparable à la guerre contre les infidèles du Prophète Mohammed dans le passé ».

Les troupes japonaises occupent différentes régions et entrent en contact avec les musulmans de Chine, de Malaisie, d'Indonésie et des Philippines en particulier. En 1944, le pionnier tatar Abd al-Rashid Ibrahim meurt. À la fin de la guerre, les troupes japonaises rentrent au pays, pour certaines d'entre elles converties à l'islam1.

À la fin du xxe siècle
La communauté musulmane au Japon continue à grandir après la guerre. La première traduction du Coran depuis l'arabe est faite en 1945 par Toshihiko Izutsu6.

Pendant l'occupation du Japon, de nombreux établissements islamiques sont dissous et interdits car accusés d'enseigner à résister aux Occidentaux. En 1950, Shūmei Ōkawa publie cependant une nouvelle traduction du Coran8. Il effectue cette traduction en prison où il est enfermé comme criminel de guerre de classe-A, accusé de propagande anti-occidentale[réf. nécessaire].

En 1953, des musulmans japonais fondent l'Association musulmane du Japon .

L'arrivée de la télévision dans les foyers permet aux Japonais de découvrir la culture musulmane plus facilement et l'Université al-Azhar du Caire propose des bourses d'études aux Japonais qui souhaiteraient étudier le Coran. Des organisations musulmanes comme Tablighi Jamaat commencent à arriver au Japon pour convertir plus de Japonais à l'Islam.

En 1970, Fayçal ben Abdelaziz Al Saoud visite le Japon et rencontre un certain nombre de dignitaires japonais musulmans, dont certains viennent de Corée. En 1973, il accepte d'envoyer le docteur Salih Mahdi al Samarrai dans le pays pour aider à la dawa. Il supervise également une nouvelle traduction du Coran par Ryōichi Mita et distribue des fonds importants par le biais de l'ambassade d'Arabie Saoudite au Japon, à qui il donne l'ordre de financer chaque nouvelle édition de l'ouvrage. C'est pendant cette décennie que le Japon s'ouvre le plus aux pays musulmans, souhaitant se rapprocher des pays exportateurs de pétrole du Moyen-Orient. Dès 1976, l'Institut Islamique du Japon finance des hajj de fidèles japonais grâce aux fonds saoudiens.

Selon quelques sources historiques, en 1982, le nombre de musulmans est estimé à 30 0005, alors qu'il ne dépasse pas les 3 000 fidèles avant les années 1970. Dans la langue japonaise, avec l'essor de la pratique religieuse, l'islam est renommé de Kaikyo à Isram.

En 1986, la mosquée de Tokyo est rasée puis reconstruite au même emplacement : les travaux ne se terminent qu'en 20001.

Si les principaux financements de la communauté musulmane à l'époque sont saoudiens, les musulmans japonais reçoivent aussi de l'assistance de la Ligue islamique mondiale, de La Mecque, du Qatar, des Émirats arabes unis, du Koweït, du sultanat d'Oman, de l'Égypte et de la Libye.

L'islam dans le Japon contemporain

La mosquée de Tokyo.
Démographie des musulmans
Au début des années 2000, on estime qu'il y a environ 100 000 musulmans au Japon, soit moins de 0,1 % de la population totale du pays. En 2000, Keiko Sakurai estime le nombre de musulmans japonais au Japon à 63 552, et environ 70 000 à 100 000 musulmans étrangers résidant dans le pays. Les estimations ne sont pas officielles, le gouvernement japonais ne maintenant aucune statistique sur la pratique de l'islam.

Les personnes japonaises converties sont souvent des femmes ayant épousé un homme musulman non japonais12, bien qu'il existe un nombre faible mais croissant de Japonais se convertissant de leur propre initiative.

La majorité des musulmans au Japon est d'origine non japonaise, généralement issus de familles pakistanaises, bangladeshi ou indonésiennes. La première vague d'immigration de musulmans vient du sous-continent indien avant son indépendance ; ce sont eux qui ont construit la mosquée de Kobe. Ils sont suivis des indépendantistes tatars puis des musulmans indonésiens et malais.

En dehors de la pratique religieuse, les Japonais musulmans participent régulièrement à des festivals culturels d'origine shintoïste, à boire de l'alcool ou encore à s'habiller de la même façon que leur compatriotes, ce qui les rend difficilement identifiables.

Mosquées et organisations musulmanes au Japon
En 2015, on compte environ 80 mosquées au Japon.

Les Tatars se réclamant du hanafisme et les Indonésiens du chaféisme, une controverse existe entre ces deux courants. Dans les années 1930, voyant les tensions s'accumuler, le chef des musulmans tatars écrit à la Mecque, d'où revient une réponse détaillée intitulée « Hadiyah Al-Sultan Ila Bilad Al-Yaban » (Le cadeau du Sultan au pays du Japon). La communauté indonésienne chaféiste reste majoritaire au Japon et en particulier à Tokyo.

Une organisation, le Japan Islamic Trust, gère huit mosquées et musalahas à Tokyo et dans les préfectures de Tochigi, Tottori, Ibaraki et Chiba. Elle est constituée en grande partie d'exportateurs de voitures d'occasion de différentes nationalités : Sri Lanka, Pakistan, Bangladesh et Ghana. Certains de ses membres participent à des actions d'aide aux sans-abri.

La Japan Muslim Association est la première grande association musulmane japonaise, fondée en 1953 par des musulmans convertis de retour de la Seconde Guerre mondiale. Il s'agit à ce jour de la plus importante du pays. D'autres groupes japonais peuvent inclure des étudiants musulmans ainsi que des personnes non étudiantes, japonaises ou non : c'est par exemple le cas de l'Islamic Center Japan et de facultés japonaises de théologie musulmane. Enfin, les groupes musulmans ont tendance à graviter autour d'une personne-ressource locale qui anime un site web, une mosquée, ou encore des conférences sur l'étude du Coran.

Conflits religieux modernes
En 2015, on compte une quarantaine de djihadistes japonais pendant les guerres civiles syrienne et irakienne. Deux otages japonais, Kenji Gotō et Haruna Yukawa, sont décapités en Syrie par les forces djihadistes, attirant l'attention de la population sur l'extrémisme religieux. Plusieurs personnalités japonaises sont suspectées de faciliter le recrutement de djihadistes étrangers : entre autres le journaliste Kosuke Tsuneoka et le professeur d'islamologie Hassan Ko Nakata, converti en 1979 et formé à l'université du Caire dans les années 1990. En janvier 2015, après l'attentat contre Charlie Hebdo, la maison d'édition Daisan Shokan annonce la sortie d'un livre qui reprend les dessins du journal, y compris les caricatures de Mahomet mises en cause. L'annonce entraîne une manifestation d'une cinquantaine de musulmans, majoritairement d'origine pakistanaise, et l'annulation de l'édition de l'ouvrage

Extrait de Wikipedia : Islam au Japon

Réponse utile ?
/5 ( vote)

Ajouter un commentaire

Inscrit sur le site ? Identifiez-vous, sinon inscrivez-vous !
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
La publicité est interdite. Un lien vers votre site / blog est autorisé uniquement s'il se justifie dans votre réponse, auquel cas un lien retour vers Kanpai.fr est exigé.