Awa Odori 7

Awa-odori

Le merveilleux festival de danse de Tokushima

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Awa-odori est un festival de danse traditionnelle qui a lieu dans la ville de Tokushima, sur la côte est de l’île de Shikoku au Japon. Considéré comme le meilleur de l'archipel par une majorité de Japonais, le matsuri se déroule chaque année du 12 au 15 août, pendant O-bon (la fête des morts).

🚧 Accès restreint

L'édition d'août 2020 est annulée par mesure de précaution dans le cadre de l'épidémie de Coronavirus au Japon

Apprécié à tel point que l'aéroport de la préfecture en prit le nom, il attire environ un million et demi de touristes chaque année, soit cinq à six fois la population de la ville qui l'accueille. On surnomme ce matsuri la "danse des fous" en raison de son refrain : "Les fous qui dansent, les fous qui regardent. Tant qu’à être fous, pourquoi ne pas danser ?".

Les origines d'Awa-Odori datent d’environ 400 ans, à l'époque où la préfecture de Tokushima s'appelait Awa. Le style chorégraphique tirerait ses origines des danses de prières bouddhiques datant de la période de Kamakura, mais aussi de la kumi-odori, une danse de la moisson. Le festival prit forme lorsque l’on dansait pendant le "festival des morts", célébration bouddhique japonaise où les âmes des défunts ancêtres revenaient rendre visite aux vivants quelques jours dans l’année. Le terme "Awa-odori" ne fut employé qu’à partir du XXe siècle même si ces festivités d'O-Bon remontent au XVIe.

Le matsuri ne devient une fête à part entière qu’en 1586, quand le daimyo (seigneur local) Iemasa Hachisuka mit en place une inauguration fortement alcoolisée pour célébrer la fin des travaux du château de Tokushima. Du saké fut alors distribué aux citadins qui, en prenant leurs instruments de musique, se mirent à danser. À l'époque, les samouraïs avaient interdiction de participer aux festivités, même s'ils étaient autorisés à danser dans l'enceinte de leur propre domicile. Officiellement acceptées uniquement pendant cette période de trois jours, les danses ne devaient pas s'effectuer dans les temples et leurs participants n'avaient pas le droit de porter des armes ou masques.

Le festival Awa-Odori actuel commence dans la journée avec quelques petites performances, mais le clou du spectacle se déroule plutôt à partir de 18h et jusqu'au pic de 22h30, avec une parade dans les rues du centre-ville de Tokushima. Les groupes de dizaines de danseurs habillés de yukata ou de happi (sorte de yukata avec short), selon les différents groupes, entament leur procession au son des instruments traditionnels : tambours, flûtes et shamisen. Le centre de Tokushima est alors fermé pour se transformer en une gigantesque piste de danse où les troupes professionnelles se produisent moyennant finances.

Attention : la plupart des hébergements de la région sont réservés très longtemps à l'avance !

À noter que depuis 1983, le festival a accumulé 436 millions de Yens de pertes (~3,6 millions d'euros). L'association locale du tourisme a entamé une procédure de banqueroute, qui ne devrait pas affecter le déroulement de la fête annuelle.

Pour les visiteurs avides de continuer la fête, il est possible de visiter le musée consacré au festival, son histoire, ses coutumes et son ambiance si particulière. De plus, pour les personnes n’ayant pas la chance de pouvoir aller jusqu'à Shikoku, un festival "jumeau" a été lancé en 1957 ; il se déroule fin août à Koenji, dans la banlieue ouest de Tokyo (arrondissement de Suginami).

Enfin, en octobre 2015 a eu lieu la première édition d'Awa-Odori Paris : la parade a traversé mers et continents pour rejoindre la place des Vosges et amener à notre capitale un brin de folie nippone. Le festival parisien devait revenir en septembre 2016 pour une deuxième année mais a finalement renoncé, jugeant la situation internationale trop tendue.

⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Awa-odori et autour.
Par Kanpai Dernière mise à jour le 17 juin 2020 Awa-odori