Être vegan au Japon

Contexte et conseils alimentaires

Nation à l'identité complexe, le Japon s'apprécie encore davantage avec une conscience éclairée sur différents aspects de sa société actuelle en particulier lorsque, emprunt à de fortes convictions, on est :

  • végétarien : celui qui pratique une éviction de la chair animale ;
  • végétalien : celui qui refuse de consommer tout produit issu des corps des animaux (incluant œuf, lait et miel par exemple) ;
  • ou vegan : celui qui combat toute exploitation animale, quelque soit le secteur d'activité.

Découvrir le pays du Soleil Levant avec une éthique de vie végane ne se résume pas simplement à l’éviction alimentaire des produits issus d’animaux. Cette façon de penser et de vivre sans faire souffrir les êtres vivants qui nous entourent s'applique entre autres au shopping et aux loisirs. Ces domaines, auxquels on est confronté au quotidien pendant un voyage au Japon, supposent donc une attention particulière.

Considération des animaux et objets de consommation

Si l'on se réfère aux deux grandes religions du Japon, la destination apparaît comme tout à fait favorable au véganisme même le plus abouti. En effet, le Bouddhisme prône plutôt une vie d’esthète sans attache matérielle, où la capacité à ressentir d’un animal est reconnue et engage de cette façon les actes humains à éviter toute souffrance. Quant au Shintoïsme, il place le règne animal au même plan que celui des Hommes, sans aucun classement ou hiérarchie dite supérieure. Cependant ces philosophies, si elles s'appliquent toujours au sein des monastères, restent théoriques dans une société japonaise moderne tournée vers le consumérisme et le confort de vie de ses habitants.

Les Japonais ont accès à une offre infinie de jolies et bonnes choses à acheter et à consommer tous les jours. Dans ce contexte de plaisir humain avant tout, l’animal devient parfois, au nom des traditions et des tendances, une spécialité culinaire, un sport, un jeu ou un agrément.

On trouve ainsi des boutiques de mode pour animaux domestiques, fréquentées en général par des clientes à la recherche du potentiel hautement kawaii de leur compagnon, tel un fidèle accessoire qui viendrait parfaire leur tenue. Sujet controversé ces dernières années au Japon et dans le monde, les fameux bars à chats, où l'on vient caresser et jouer avec de mignonnes boules de poils, sont essentiellement implantés dans les grandes villes. Suite au succès fulgurant de ce nouveau mode de consommation, le principe a fait des petits. On peut désormais croiser des enseignes qui proposent la rencontre avec des animaux sauvages comme les hérissons, les iguanes ou encore les hiboux. On laissera chacun juger de la bienséance de ces établissements, qui ne rentrent évidemment pas dans une logique de voyage vegan.

Du côté des cuisines, le Japon n'est pas en reste et cultive une gastronomie riche et locale où le moindre territoire possède sa spécialité. Définitivement omnivore, la population mange tout ce qui provient de la terre (légumes, fruits et céréales), de l'élevage (porc, poulet, viande rouge avec le bœuf racé wagyu) mais aussi de la mer (poissons, crustacés et algues). Particulièrement développé, le tourisme culinaire s'inscrit naturellement dans toutes les brochures et guides de visite. Cette abondance de gourmandises, qui permet aussi aux végétariens de s'alimenter de manière tout à fait correcte, présente des limites liées, s'il fallait encore en douter, à la manne financière qu'elle représente. Ainsi, le pays se rend régulièrement coupable de pêche intensive, interdite (chasse à la baleine) ou décriée (chasse aux dauphins en baie de Taiji).

Le contexte sociétal ne s'oppose pas au véganisme sans pour autant le défendre. La population vit au rythme de traditions séculaires qu'il n'est pas tenu de remettre en cause. Les plus gros scandales en relation avec la traite animale ne sont pas bien relayés dans les médias nationaux, qui préfèrent ne pas prendre de position tranchée sur ces sujets polémiques. Dans une société lissée par le bien commun, il apparaît difficile de penser autrement et le fait de sortir des sentiers battus reste mal considéré et donc encore peu pratiqué. Toutefois, on note un changement discret mais régulier s’opérer dans le secteur de la restauration, avec notamment l’augmentation récente du nombre d’options végétariennes dans les menus, l'ouverture d'enseignes exclusivement sans produits animaux et la mise en rayon d'une gamme végane dans les konbini. Et si le véganisme devenait un nouvel eldorado du capitalisme ?

Manger vegan au Japon

On peut très bien trouver une alimentation végétale tout au long de son séjour, mais il ne faut s'attendre à pouvoir rentrer dans n'importe quel restaurant qui a pignon sur rue, tant la grande majorité proposent de la viande ou du poisson. Il est donc vivement conseillé de s'informer en amont et, une fois sur place, de bien vérifier la carte et la composition des assiettes. En effet, l'un des "pièges" de la cuisine japonaise réside dans les sauces et les bouillons qui servent de base à nombreux plats typiques :

  • Le dashi est un bouillon élaboré à base de poudre de poissons (bonite, maquereau, sardine) et d'algues, très répandu notamment dans la soupe miso.
  • Les bouillons de viande de porc ou de bœuf sont très présents dans les ramen et autres bols de nouilles.
  • Les œufs sont souvent utilisés notamment dans le pain et autres viennoiseries de boulangerie.

Voici donc quelques mots en japonais pour vous orienter à l'oral comme à l'écrit : 私は---を食べません (Watashi wa --- o tabemasen ) soit "Je ne mange pas de ---" :

  • 肉 (niku) "viande" ;
  • 魚介類 (gyokairui) "fruits de mer et poissons" ;
  • 卵 (tamago) "œuf" ;
  • 乳製品 (nyuseihin) "produits laitiers" ;
  • 蜂蜜 (hachimitsu) "miel" ;

Pour vous faciliter le voyage au Japon, voici nos conseils alimentaires 100% vegan :

  1. Goûter aux spécialités de légumes : les aubergines rôties, les salades de chou, les patates douces cuites au feu de bois, les mini concombres à croquer et toutes les espèces de champignons que l'on ne trouve pas en France.
  2. Faire une orgie de tofu sous toutes ses formes : soyeux, ferme, frais en barquette sous vide, frit (ainsi baptisé kitsune) en sushi ou mariné comme un condiment tsukemono.
  3. Picorer des fèves de soja edamame comme des cacahuètes, amandes, noix et fruits secs (raisins, bananes, mangues)
  4. Bien choisir les boulettes de riz onigiri nature, au sésame, fourrées à l'algue ou à la prune ume.
  5. Manger des algues sèches en assaisonnement ou fraîches kombu dans un bouillon.
  6. Se procurer de la pâte miso et mijoter soi-même une bonne soupe végétale.
  7. Déguster les pâtisseries japonaises traditionnelles wagashi à base de pâte d'haricots rouges anko dont les mochi, gâteaux de riz gluant assaisonnés suivant les saisons.
  8. Acheter sur le pouce différents paquets de chips aux saveurs particulières.
  9. Se faire plaisir avec un bon fruit frais, produit relativement cher (il faut alors chercher les konbini Lawson "Store 100" ou les petites échoppes de quartier pour obtenir un tarif concurrentiel).
  10. Se rassasier avec une barquette de riz précuit ou une dose de nouilles soba ou udon prête à l'emploi.
  11. Opter classiquement pour des légumes en conserve, comme le maïs ou des poches surgelées de fruits à décongeler simplement.
  12. Découvrir les gammes locales et variées de laits de soja et de jus de fruits.
  13. Faire ses courses dans les konbini, supermarchés et les sous sols des grands magasins qui laissent libre de composer soi-même ses repas végétaux, y aller de préférence en fin de journée pour bénéficier de réductions sur les produits frais.
  14. Choisir parmi les cafés et les restaurants vegan-friendly listés sur le site HappyCow, implantés principalement à Tokyo et Kyoto, par exemple l'enseigne réputée Ain Soph ou l'établissement T’s Tan Tan avec sa carte de ramen végé pour rester local. On conseille d'en sélectionner plus que prévu afin de pallier les jours ou horaires de fermeture changeants.
  15. Tester les chaînes de fast-food : Mos Burger pour son burger vegan et Coco Curry qui propose désormais des curry végétariens.

    Concernant le programme de visites, il va de soi que les parcs animaliers, aquariums et zoos ne sont pas recommandés. Ci-dessous une sélection d'activités au Japon qui respectent le mode de vie végane :

    • Louer un vélo et se balader dans les ruelles japonaises.
    • Faire de la randonnée en montagne, loisir hautement pratiqué par les Japonais (il existe des circuits de tous niveaux).
    • Visiter les parcs et jardins japonais du pays où la nature est merveilleusement mise en valeur.
    • Passer une nuit de retraite dans un shukubo avec les moines bouddhistes de Koyasan par exemple.
    • Contempler les villes depuis leurs observatoires.
    • Parcourir les Musées au Japon dont les Nationaux et ceux consacrés aux arts.
    • Assister à une cérémonie de thé traditionnelle à Kyoto.
    • Partir à la campagne et cueillir des fruits de saison dans les vergers ouverts au public.

    Enfin pour ceux qui souhaitent rencontrer la communauté vegane du Japon, plusieurs festivals dédiés se déroulent régulièrement dans certaines villes, à commencer par Tokyo et son Vegan Gourmet Festival au parc Kiba ou encore son Veggie Food Festa au parc Yoyogi.

    Article intéressant ?
    4.84/5 (19 votes)

    Galerie photos

    • Desserts vegan chez Ain Soph
    • Salade vegan chez Ain Soph
    • Omelette au tofu vegan chez Ain Soph
    • Curry vegan chez Ain Soph
    • Carte vegan chez Ain Soph
    • Lait de soja et onigiri vegan au konbini
    • Rayon alimentaire vegan-friendly
    • Rayon alimentaire de laits de soja
    • Magazines japonais pour animaux kawaii

    Informations pratiques

    Tarif

    Retirez vos Yens sans frais avant de partir

    En japonais

    ビーガン (biigan soit "vegan")

    ベジタリアン (bejitarian soit "végétarien")

    Connexion internet

    Restez connectés avec un Pocket Wifi au Japon

    Cuisine japonaise

    Faites vos courses en épicerie japonaise (3€ offerts)

    Choisissez vos accessoires Bento

    Découvrez les confiseries japonaises (5% de réduction)

    Thématiques associées

    Pour aller plus loin

    Bien préparer son voyage au Japon

    Guide de conversation audio au Japon

    Kanpai vous suggère également ces articles