Décorations de fukinagashi pour Tanabata au pied de l'Umeda Sky Building à Osaka

Tanabata

La fête des étoiles et des amants célestes

Tanabata ou la fête des étoiles est célébrée le 7 juillet au Japon, et parfois en août dans le nord du pays. Ce jour est l'occasion de formuler des souhaits pour l'avenir. Synthèse de différentes origines, ce festival est dédié à l’amour des deux étoiles séparées par la Voie Lactée, tels des Roméo et Juliette orientaux, et permet la création de décors féériques. La fête des étoiles Tanabata est un incontournable si l’on est de passage début juillet au Japon.

Tanabata, ou la fête des étoiles, a lieu le 7 juillet au Japon et est l'une des cinq fêtes sekku (節句) marquant le passage des saisons, avec :

Les origines de la fête des amours contrariées

Comme de nombreuses coutumes japonaises, Tanabata est une synthèse de plusieurs traditions de différentes origines : une légende à la Roméo et Juliette, des rituels transmis par la Chine, et la célébration des défunts.

La fête des étoiles est connue aujourd’hui pour son illustration de la légende du bouvier et de la tisserande, très répandue en Asie et connue au Japon sous le nom de Tanabata-tsume (棚機つ女, "la tisserande").

Elle est généralement racontée ainsi : Orihime (l’étoile Véga) la tisserande, fille du seigneur du ciel, et Hikoboshi (l’étoile Altaïr), simple mortel gardien de troupeau, tombèrent amoureux. Les raisons de la séparation du couple divergent selon les versions :

  • soit les amants étaient tellement épris l'un de l'autre qu’ils en négligèrent leur travail ;
  • soit le père d’Orihime n’accepta pas cette union.

Quoi qu’il en soit, il fut décidé que le couple serait séparé par la Voie Lactée afin que tout rentre dans l’ordre.

Cependant, la tristesse des amants fut telle qu’elle émut les divinités qui leur accordèrent de se retrouver une fois par an, la septième nuit du septième mois. Chaque année, la Voie Lactée est donc rendue franchissable grâce à un pont provisoire construit par des pies. Toutefois, s’il pleut ce soir-là, les oiseaux ne pourront accomplir leur ouvrage et les amoureux devront attendre l’année suivante pour se revoir.

Une autre tradition chinoise serait également à la source de l’actuelle fête des étoiles : la fête kikkoden (乞巧奠, "fête des compétences domestiques") célébrée le septième jour du septième mois en Chine par les jeunes femmes qui priaient pour devenir, notamment, des tisserandes accomplies. Les nobles de la cour impériale introduisirent cette fête au Japon durant l’époque de Nara (710-794) en adaptant les prières de perfectionnement artistique à leur pratique de la poésie.

Tanabata s'est ensuite démocratisée au XVIIe siècle pour devenir la fête que nous connaissons aujourd'hui.

Festival Tanabata no Yube dans le quartier de Tennoji à Osaka 2

Une date variable : début juillet ou août

Jusqu’au début de l’ère Meiji (1868-1912), la fête était normalement célébrée en août. Avec l’introduction du calendrier grégorien en 1873, sa date a été fixée au 7 juillet.

La période initiale de célébration de Tanabata correspondait en effet au moment de l’année où les deux astres, Véga et Altaïr, sont les plus visibles et particulièrement beaux à observer. Leur apparition marquait le début de la saison agricole mais aussi la préparation des rites pour la période du retour des morts, Obon, anciennement autour du milieu du septième mois à la suite de Tanabata et aujourd’hui isolé en août.

Certaines régions du Japon, en particulier au nord, fêtent ainsi toujours Tanabata dans le courant du mois d’août, la date variant en fonction du calendrier lunaire.

Que signifie Tanabata ?

Aujourd’hui, on écrit Tanabata avec le caractère du chiffre 7 七 et celui de "soir" 夕, qui reflètent sa date.

Dans une graphie plus ancienne, on utilisait les caractères 棚機, signifiant "métier à tisser" (tanabata) et composant le nom de la légende en japonais, Tanabata-tsume.

Un autre sens du nom Tanabata remonterait à l'époque d'Edo (1603-1868), et rappellerait l'essence du métier des deux protagonistes de la légende :

  • Tana pour tanatsu-mono (種物, "qui possède les graines"), pour le bouvier, représentant de l’agriculture ;
  • et -bata pour hatatsu-mono (機物, "qui tisse"), pour la tisserande, représentante de l’industrie.

Le mot formé par les deux premiers caractères réunis : 種機 peut être lu "Tanabata" (la graine et le métier à tisser).

Sanctuaire Tenmangu à Osaka, Tiges de bambou ornées de tanzaku pour Tanabata

Comment fête-t-on Tanabata au Japon ?

Pendant le festival, la coutume veut que l’on attache à des tiges de bambou :

  • des tanzaku (短冊), des bandes de papier coloré sur lesquelles l’on a écrit un vœu. Les bambous choisis doivent avoir les branches hautes afin que le message soit transmis. D’ailleurs, il est dit que le bruit du vent dans les feuilles de bambou serait en fait les voix de vœux allant vers les divinités ;
  • ainsi que des fukinagashi (吹き流し), de grandes banderoles cylindriques en papier pouvant mesurer 5 mètres, censées aider les jeunes femmes à devenir de bonnes tisserandes ;
  • des grues en papier orizuru (折鶴) pour la longévité et la sécurité du foyer.

La tradition veut en principe que bambous et tanzaku soient jetés à la rivière après le 7 juillet pour que le vœu se réalise. Cependant cette pratique tend à disparaître avec le remplacement du bambou par des reproductions en plastique.

Il est aussi de coutume de manger des somen (素麺), de fines nouilles blanches dont l’apparence rappelle, selon le point de vue, les fils de la tisserande ou la Voie Lactée.

Où fêter Tanabata au Japon ?

La fête des étoiles est célébrée dans tout le pays ; toutes les villes proposent des événements auxquels il est possible de participer.

Les trois grands principaux Tanabata du Japon

Trois villes se distinguent par leur célébration de Tanabata, en ornant notamment leurs rues d’énormes fukinagashi multicolores :

  • Sendai Tanabata Matsuri à Sendai, dans la préfecture de Miyagi début août, qui accueille 2 millions de visiteurs chaque année ;
  • Shonan Hiratsuka Tanabata Matsuri à Hiratsuka, dans la préfecture de Kanagawa à quelques kilomètres de Tokyo, le premier week-end de juillet, qui attire en moyenne 1,5 millions de visiteurs ;
  • Orimono Kansha-sai Ichinomiya Tanabata Matsuri à Ichinomiya, dans la préfecture d’Aichi à proximité de Nagoya, le dernier week-end de juillet, avec 1,1 millions de spectateurs.

On connaît également les processions de chars du Nebuta Matsuri à Aomori début août, qui attirent environ 2,5 millions de curieux.

La fête des étoiles est un festival très populaire et attractif quelles que soient les régions. C’est une sortie appréciée pour de nombreux couples, qui n’hésitent pas à revêtir un kimono 👘 pour l’occasion.

Amanogawa Densetsu sur la rivière Okawa à Osaka 2

Une sélection de célébrations à Osaka

À Osaka, il est possible de célébrer Tanabata en plusieurs endroits, dans une ambiance propre à la ville, mêlant les ambiances à la fois traditionnelles et contemporaines. Les festivités se déroulent entre le 6 et le 8 juillet, et connaissent évidemment leur apogée le 7 juillet.

Au nord d'Osaka, deux festivals en particulier ont lieu uniquement le 7 juillet, dans le même périmètre :

  • Tanabata-sai ou Tenman Tenjin Tanabata-sai a lieu au sanctuaire Tenmangu dans le nord d’Osaka, à proximité de la rivière Okawa. Les festivités commencent dès 15h avec des activités pour toute la famille en plus des traditionnels vœux à écrire. Des mascottes kawaii et des danseuses en tenue de tisserande animent les lieux. Les habitants d'Osaka y viennent en particulier pour le rituel de purification chi no wa kuguri (茅の輪くぐり), consistant à traverser une allée constituée de sept grands cerceaux de paille (appelés chi no wa) construite entre le pavillon central honden et la sortie du lieu de culte. Chaque cerceau représente un motif de prière : protection contre le mal, réussite en amour, réussite scolaire, sécurité, famille, prospérité en affaire et santé. Le charme opère encore plus fortement à la tombée de la nuit, car le long du chemin est illuminé de bougies.
  • L’Osaka Amanogawa densetsu est un événement recréant la Voie Lactée (en japonais : Amanogawa 天の川) sur la rivière Okawa avec des milliers de LED bleues déversées sur le fleuve en fin de journée. On peut les contempler depuis les berges, mais aussi lancer ses propres lumignons en groupe. Pour cela, il est recommandé d’arriver pour 18 heures, afin d’acheter son ticket de participation sur place. À la tombée de la nuit, le fleuve se transforme en une véritable Voie Lactée, illuminée d’ "étoiles" en un spectacle féérique malgré la foule, de quoi se constituer de merveilleux souvenirs.

Dans certains endroits, les festivités peuvent se dérouler du 6 au 8 juillet :

  • Le Festival des étoiles Tanabata no Yube a lieu en soirée dans le quartier de Tennoji. Le cœur de ce festival se trouve au temple Shitenno-ji et est réputé pour sa "Milky Way". Les visiteurs sont accueillis devant le temple par de somptueuses décorations, dont les traditionnels fukinagashi, qui représentent les étoiles. Elles délimitent un chemin qui conduit jusqu’à la fameuse Voie Lactée constituée de milliers de LED suspendues sur une longueur de 24 mètres ! La patience est de mise pour la parcourir, en attendant le signal d’agents qui font passer les visiteurs par groupes de vingt à trente personnes. Tout autour de cette allée de nombreux yatai, les stands de nourriture, proposent diverses spécialités : les somen, bien sûr, mais aussi les habituels yakisoba, okonomiyaki, ainsi que des sucreries comme les taiyaki (鯛焼き), des gaufres en forme de poisson fourrées à la pâte de haricot. L’ambiance est bon enfant et les illuminations mettent en valeur tout le lieu en fin de journée. Attention les soirées se terminent tôt : les stands ainsi que les animations ferment à 21h. Cependant, les illuminations restent allumées tard, sauf le dernier jour du festival.

Enfin, si vous manquez de temps ou passez par la station d’Osaka-Umeda il est possible de faire un saut avant les grandes festivités à la tour Umeda Sky Building. Le bas de l’immeuble est décoré sur le thème de Tanabata avec des fukinagashi, ces énormes pompons qui flottent au gré du vent. Le premier sous-sol (BF1) mérite le détour pour sa reconstitution d’une ville rétro, autour de la fête des étoiles. Ce lieu peut être un bon spot pour boire un verre, manger ainsi que pour faire des photos souvenirs sympathiques.

Dernière mise à jour le 16 octobre 2020