Haradani-en, pavillon en bois pour admirer les cerisiers en fleurs

Haradani-en

La forêt sauvage de cerisiers à Kyoto

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Haradani-en est un jardin privé situé sur une colline derrière le Pavillon d'Or, au nord-est de la ville de Kyoto. Ouvert au public uniquement au printemps puis à l'automne, il est réputé pour ses nombreux cerisiers pleureurs qui fleurissent tardivement pour la région : autour de la mi-avril.

Créé pendant la période de l'après-guerre, le jardin Haradani-en n'est au départ qu'une décharge publique. Son propriétaire tente d'abord d'y faire pousser des légumes, sans succès. Il plante alors plusieurs variétés de cerisiers japonais et autres espèces de fleurs printanières qui s'épanouissent au fil des années. Devant cette jolie réussite, le propriétaire finit par ouvrir ses portes au public. Haradani-en se visite uniquement pendant deux périodes dans l'année, dont les dates précises changent en fonction de l'état de floraison du jardin :

Haradani-en, cerisier pleureur en fleurs fin mars

Une nature foisonnante au printemps

Le printemps constitue le temps fort du Haradani-en : c'est la meilleure période pour admirer le parc entièrement fleuri, mais également le moment où la fréquentation de ses allées étroites se montre la plus forte. On conseille de s'y rendre le matin en semaine pour éviter la foule des week-ends d'avril ensoleillés.

On y apprécie la végétation dense qui semble pousser comme elle le souhaite, telle une forêt sauvage teintée de rose et de blanc. Cette vision change des classiques jardins japonais, très structurés et entretenus, que l'on a l'habitude de visiter. Les fleurs sont partout, au bord des sentiers à hauteur de main et au-dessus des têtes des visiteurs, se mélangeant avec le ciel. On admire :

  • plus de 400 arbres à fleurs ;
  • une vingtaine d’espèces différentes de cerisiers japonais dont de splendides sakura 🌸 pleureurs ;
  • et de nombreux arbustes à floraison printanière comme les azalées, les spirées et les cornouillers.

Ce magnifique tableau coloré est à contempler tranquillement depuis des bancs en bois installés en retrait des allées, pour plus d'intimité. Par ailleurs, Haradani-en a l'avantage de présenter un pic de floraison au printemps autour de la mi-avril, qui est donc décalé par rapport à la majorité des spots de sakura à Kyoto. Ainsi, la floraison tardive des cerisiers pleureurs bénéficie aux retardataires.

En revanche, la visite du jardin en automne n'est pas forcément recommandée. Les quelques érables japonais, plantés dans des pots et disposés le long du sentier de promenade, ne font pas ombrage aux nombreux et merveilleux sites à koyo 🍁 que compte l'ancienne capitale impériale dans son centre-ville. Le déplacement n'en vaut donc pas la chandelle.

Haradani-en, allée bordée d'érables japonais avec feuillage rouge fin novembre 2

Un jardin à l'écart du centre-ville de Kyoto

En effet, l’accès au Haradani-en en transports en commun n'est pas commode. Il n'y a ni gare ni arrêt de bus proche pour s'y facilement à pied. Seule une navette gratuite effectue un trajet porte à porte depuis la station de métro 🚇 Kitaoji et uniquement pendant les deux périodes d'ouverture du parc. Autrement, il faut compter sur la voiture 🚙 ou le taxi, ou bien la marche pour les plus sportifs : comptez par exemple une bonne demi-heure en montée depuis le Kinkaku-ji.

Cette propriété privée, aux contraintes multiples pour la visiter, reste surtout dédiée à un public japanophone qui aime dénicher des lieux insolites. Loin de la grandiloquence des sites touristiques classés de Kyoto, Haradani-en est un charmant parc qui propose d'admirer plusieurs variétés de cerisiers en seul et même lieu.

⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Haradani-en et autour.
Par Kanpai Mis à jour le 01 mars 2021