Vue sur le jardin Hokutei et la résidence Goten du Ninna-ji

Ninna-ji

Le complexe impérial au nord-ouest de Kyoto

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Ninna-ji est un temple bouddhiste de l’école Omuro dans la branche Shingon, situé à proximité de la montagne Kinugasayama, au nord-ouest de Kyoto. Il est réputé pour sa résidence de style impérial Goten, son parc aux cerisiers et ses jardins bien entretenus. Ninna-ji est inscrit au Patrimoine de l’Unesco depuis 1994 et classé comme Bien Culturel Important du Japon.

La découverte du Ninna-ji débute par l'imposante porte Niomon, postée au bord de la route et qui date du 17e siècle. Elle doit son nom aux gardiens Nio, Agyo et Ungyo qu'elle abrite. Cette vaste entrée majestueuse donne le ton pour le reste de la visite. On arpente en ces lieux une partie de l'histoire de l'ancienne Kyoto, lorsqu'elle était capitale impériale à l'époque Heian (794 - 1185).

Le temple tient son nom de la période à laquelle sa construction commence : la seconde année de l'ère Ninna en l'an 886, selon le souhait de l’Empereur Koko. Malheureusement, ce dernier meurt l’année suivante et la tâche revient donc à son fils, l'Empereur Uda, de terminer les travaux à partir de 888. Onze années plus tard, en 899, l'Empereur Uda abdique du trône et accède au statut de prêtre en chef du Ninna-ji. Il devient dès lors le premier dirigeant impérial du bouddhisme japonais et le complexe gagne le plus haut rang des temples Monzeki, c'est-à-dire ceux dirigés uniquement par des membres de la famille impériale.

Une visite en intérieur avec vue sur deux jardins japonais

On conseille fortement de pénétrer dans les bâtiments dédiés à la pratique religieuse et ouverts au public, où l'on profite agréablement de l'esthétique japonaise traditionnelle. Ces derniers se décomposent en une succession de pièces sur tatamis, séparées par de magnifiques portes coulissantes peintes fusama. Les visiteurs qui empruntent des passages couverts pour changer de pavillon en profitent également pour contempler une mer de graviers ratissés, agrémentée de quelques pins japonais. Ce premier jardin sec, baptisé Nantei, offre une superbe vue sur la grande porte Niomon et une deuxième richement travaillée que l'on nomme Chokushimon, la porte des messagers impériaux.

Puis, l'on est conduit jusque devant l'immense résidence Goten, érigée dans le style impérial Shiden, avec son architecture composée de colombages et de murs en plâtre blanc. Ce magnifique pavillon, qui servait d'habitation au prêtre en chef, est entouré par le jardin nord baptisé Hokutei. Ici, un étang et sa douce cascade plongent les spectateurs dans une atmosphère apaisante. Clou du spectacle : la pagode à cinq étages Gojunoto, qui mesure un peu plus de 36 mètres de haut, est visible depuis le Goten. Ninna-ji se dresse ainsi comme le seul temple de Kyoto ayant une pagode visible depuis l’intérieur de ses bâtiments.

La floraison tardive des cerisiers Omuro-zakura

Passé le pic de floraison des sakura 🌸 début avril à Kyoto, Ninna-ji invite les retardataires à venir déambuler dans son parc aux cerisiers tardifs baptisés Omuro-zakura. Relativement petits, ces arbres permettent aux visiteurs de facilement toucher et sentir les milliers de pétales roses et blancs qui tourbillonnent sous la brise.

Troisième et dernier temple inscrit au Patrimoine de l'UNESCO sur la route Kinukake-no-michi au nord-est de Kyoto, Ninna-ji se révèle agréablement moins fréquenté que ses voisins du Pavillon d’Or et du temple Ryoan-ji, excepté pendant son temps fort printanier. Il représente ainsi une promenade idéale pour les amateurs de tranquillité et d’harmonie, qui peut également se terminer par l'expérience monastique shukubo qui consiste à passer la nuit au temple en compagnie des moines.

⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Ninna-ji et autour.
Par Kanpai Dernière mise à jour le 18 juin 2020