Mont Shosha Himeji 15

Engyo-ji

Le mont Shosha de Himeji

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Shoshazan Engyoji est un temple bouddhiste, érigé depuis 966 à la lisière de Himeji sur son flanc nord, dans la préfecture de Hyogo dans le Kansai. Le nom du grand complexe templier se réfère au mont Shosha, modeste montagne culminant à 371 mètres d'altitude (quoique la plus haute de la région).

Destination oubliée des touristes qui s'en tiennent généralement à la courte balade du centre-ville au célèbre château 🏯, bifurquant parfois vers le Kokoen tout à son côté, Shosha recèle pourtant un joyau des environs qu'il est encore temps d'apprécier au calme.

Fondée en 966 par 性空 le saint Shoku, la série de temples est l'une des principales rattachées à la branche Tendai du bouddhisme japonais, avec Hieizan à Kyoto et Daisen à Tottori. Il est ainsi reconnu comme l’un des plus importants centres de formation pour moines dans la région du Kansai, au point qu'il est possible pour les visiteurs de goûter 精進料理 leur régime végétarien, ou même de suivre deux jours d'expérience de cette vie monacale avec méditation zazen (via une réservation en ligne sur le site officiel).

Shosha se pare de nombreux attributs :

  • 27ème des 33 temples du pèlerinage Saigoku Kannon dédié au bodhisattva éponyme ;
  • bardé d'édifices nommés bien culturels importants (bâtiments et statues bouddhistes) ;
  • spot récurrent de tournages cinéma et télévisuels, le plus célèbre étant Le dernier Samurai en 2002, mais également certains drama pour NHK notamment.

Accès discret et bâtiments sacrés

Du pied de la montagne, l'ascension laisse le choix entre une randonnée relativement simple et une courte montée en téléphérique. Une fois au terminus, la balade se poursuit avec un quart d'heure de marche sur un chemin de terre bordé d’une trentaine de statues représentant Kannon, bodhisattva de la compassion. La grande porte Niomon signale alors le point d’entrée de cette terre sacrée. Il est dit que toute personne visitant le mont Shosha sera purifiée corps et âme.

Une bonne vingtaine de bâtiments composent le complexe Engyo-ji de manière éclatée dans ses forêts primitives. L'édifice principal, mais également le plus impressionnant, s'avère incontestablement 摩尼殿 Maniden. Construit en 970, il fut comme beaucoup d'autres détruit par le feu en 1921 et reconstruit en 1932. On prête volontiers à ce temple majestueux des accents de l'Enryaku-ji ou encore du Kiyomizu-dera.

En plein cœur de vastes zones boisées, il n’est pas rare de s’y retrouver seul(e) à profiter du silence, bercé(e) par les simples chants des oiseaux. Découverte éclatante de sérénité en comparaison des hordes de touristes autour du château, Shosha se montre un lieu idéal pour se détendre dans une forêt alliant culture, calme, paix et sérénité. Seules exceptions : les fameuses périodes de floraison des cerisiers 🌸 en début de printemps et de feuillaison des érables en fin d'automne 🍁, où Engyo-ji change de visage pour accueillir une foule de Japonais venus apprécier la courte saison.

⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Engyo-ji et autour.
Par Kanpai Dernière mise à jour le 02 décembre 2019