Taiyuin (Nikko), porte Yashamon vue de derrière

Taiyuin

Le mausolée du shogun Tokugawa Iemitsu

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Taiyuin est un temple bouddhiste situé dans la ville de Nikko, dans la préfecture de Tochigi au Japon. Il abrite le tombeau de Tokugawa Iemitsu. Niché dans une forêt dense de cèdres, à l'écart des importants sites touristiques voisins, il offre une visite au calme empreinte de spiritualité. Le mausolée appartient au complexe du Rinno-ji et fait écho au Toshogu, grand sanctuaire dédié à Ieyasu, le grand-père de Iemitsu.

Troisième shogun à gouverner au début de la période Edo (1603 - 1868), Tokugawa Iemitsu (1604 - 1651) est une figure importante de la dynastie des Tokugawa. Dans la lignée de son aïeul Ieyasu, il continue la lutte contre le christianisme et est à l'origine de Sakoku, la fermeture totale du pays qui débute en 1650 pour ne prendre fin que 2 siècles plus tard.

En 1636, il fait de nouveau appel au moine Tenkai (1536 - 1643) pour réaliser des travaux d’agrandissement du Toshogu de Nikko, le plus grand mausolée dédié à Tokugawa Ieyasu (1543 – 1616). Tenkai reçoit également comme consigne la construction d'un second mausolée, à destination de Iemitsu cette fois-ci.

Terminé 14 ans après le début des travaux, le temple Taiyu-in, du nom posthume de Tokugawa Iemitsu et aux influences nettement plus bouddhistes que shintoïstes, s'étend à flanc de montagne à l'écart de la route. Il se compose de nombreuses et grandes portes qui font penser à l'architecture fastueuse du Toshogu sans jamais la dépasser, une volonté farouche de Iemitsu de ne pas faire d'ombre à son illustre et vénéré grand-père.

L'ascension méritée vers le mausolée

Au pied d'une colline forestière, on trouve le site du Taiyuin que l'on peut visiter seul ou combiné avec le pavillon principal Sanbutsudo du Rinno-ji. Le parcours comprend de nombreux escaliers en pierre et chaque palier est habillé d'une imposante porte bouddhiste "-mon", elle-même flanquée de divinités gardiennes des lieux. L'ascension mène jusqu'à une esplanade qui abrite le dernier pavillon du temple : le tombeau de Iemitsu.

Taiyuin (Nikko), gardien Nio Naraen de la porte Niomon

1️⃣ Première porte Niomon

La porte Niomon marque l'entrée du Taiyuin et doit son nom aux 2 gardiens Nio qu'elle abrite, baptisés Mishaku et Naraen. Hautes de 3,2 mètres, ces statues de guerriers féroces servent à impressionner les visiteurs et repousser les mauvais esprits. Elles forment un couple uni, où :

  • Mishaku, à droite avec la bouche ouverte, semble prononcer la lettre A qui symbolise le début du cosmos ;
  • puis Naraen, à gauche et à la bouche fermée, énonce la lettre N, la dernière de l'alphabet japonais qui signifie également la fin de l'univers.

Non loin, on rejoint le pavillon de purification Suibansha pour faire ses ablutions, c'est-à-dire se laver les mains et la bouche avant de continuer la visite. On remarque au plafond une authentique peinture de Kano Yasunobu (1614 - 1685) qui représente un dragon, une créature mystique associée généralement à l’eau.

2️⃣ Deuxième porte Nitenmon

On continue par la gauche avec un escalier qui mène au palier de la seconde porte baptisée Nitenmon. Imposante et richement décorée, elle figure parmi les plus grandes portes que l'on peut voir à Nikko. Elle ne laisse donc pas indifférent et sa contemplation en détails requiert un peu de temps.

Nitenmon protège les points cardinaux et héberge 2 des 4 rois célestes, représentés notamment avec un visage vert ou rouge :

  • Jikokuten est "celui qui maintient les choses" et surveille l’est ;
  • Zochoten est "celui qui voit tout" et repère les dangers qui viennent de l'ouest ;
  • puis on trouve Fujin, le dieu du vent ;
  • et enfin Raijin, celui de la foudre.

Cette partie du temple se montre particulièrement plaisante et la prise de hauteur offre un beau panorama sur la forêt de cèdres et les différents bâtiments vermillon qui ressortent à merveille dans cette nature verdoyante. L'impression de voir " le monde des humains depuis les cieux" est saisissante et l'on recommande de faire des pauses au sommet de chaque escalier grimpé pour en profiter.

Taiyuin (Nikko), vue en hauteur sur la porte Nitenmon depuis les escaliers

Au passage, on remarque le jardin de lanternes baptisé Tenbojo. Ces dernières ont toutes été offertes par des seigneurs daimyo de l'époque, en signe de loyauté envers le shogun. Par ailleurs, le petit pavillon du Ryuko-in a été autrefois la demeure de Kaji Sadayoshi, le plus proche serviteur d’Iemitsu.

3️⃣ Troisième porte Yashamon

Les deux tourelles Shoro (tour de la cloche) et Koro (tour du tambour) encadrent l'arrivée sur la porte Yashamon, baptisée ainsi en référence aux 4 gardiens Yasha qu'elle héberge :

  • Bidara ;
  • Abatsumara ;
  • Kendara ;
  • et Umarokya.

Postés chacun à un point cardinal, ils surveillent les alentours et ont également juré de protéger les enseignements de Bouddha. On note par ailleurs la présence de nombreuses sculptures de fleurs de pivoine, symbole de richesse et de royauté. La progression vers les bâtiments les plus sacrés n'est plus très longue.

4️⃣ Quatrième porte Karamon

La porte Karamon succède rapidement à la porte Yashamon et se distingue des 3 premières par sa taille plus modeste et son architecture d'inspiration chinoise. Ici, point de gardien : les dangers sont désormais passés et appartiennent au "monde d'en bas". On détaille plutôt un dragon et 2 grues sculptés sur le pignon arrondi de la porte, dit karahafu.

La salle des prières Haiden et le pavillon principal Honden se trouvent juste après, protégés par le mur Sukibei. Construits dans le style architectural Ishi-no-ma-zukuri, ces bâtiments recouverts d'or sont vraiment impressionnants à voir. Aussi bien la délicatesse que la profusion des ornements laissent les visiteurs contemplatifs.

À l’intérieur, on observe le plafond recouvert de 140 représentations de dragons, ainsi que les murs où sont peints des lions Karashishi, œuvre de 2 talentueux artistes de l’époque Edo : Kano Tanyu (1602 - 1674) et son frère Kano Yasunobu (1613 - 1685). L’armure que portait Iemitsu est également exposée.

5️⃣ Dernière porte Kokamon

Construite en 1653, la porte Kokamon garde l'accès au mausolée de Iemitsu. Son style plutôt inhabituel lui vaut le surnom de Ryugumon (porte du dragon) et ce peut-être parce que le shogun serait né lors de l’année du Dragon.

Le tombeau est orienté vers le Toshogu afin que Iemitsu puisse à jamais montrer son respect à son grand-père.

Taiyuin (Nikko), porte Karamon

Une belle annexe du temple Rinno-ji

Moins fréquenté que le célèbre Toshogu, le mausolée Taiyuin ne démérite pas pour autant. On apprécie sa situation géographique dans l'épaisse forêt de cèdres et en retrait de la foule habituelle à Nikko. Les édifices valent le détour pour leur beauté majestueuse, la richesse de leurs ornements et leur portée historique.

⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Taiyuin et autour.
Par Kanpai Mis à jour le 23 septembre 2021