miyazaki-annonce-retraite

Hayao Miyazaki prend sa retraite : quid du Studio Ghibli désormais ?

Dimanche 1er septembre, beaucoup d'amateurs d'animation japonaise ont appris la nouvelle : Kôji Hoshino, président du Studio Ghibli, a annoncé lors d'une conférence de presse à la Mostra de Venise que le légendaire réalisateur de films d'animation Hayao Miyazaki prenait officiellement sa retraite. Le Vent se Lève (Kaze Tachinu), actuellement en lice pour le Lion d'Or, est donc son onzième et dernier long-métrage. Il quitte ainsi le Studio Ghibli et, à 72 ans, se retire de la réalisation de films. Hayao Miyazaki n'était pas en Italie lors de cette annonce mais il avait adressé un message à la Mostra : "Approcher la beauté a un prix ». J'ai préféré attendre la tenue ce vendredi à 14h (heure japonaise) de la conférence de presse officielle à Tokyo en sa présence pour publier cet article.

Miyazaki y expliqua notamment :

Ce départ à la retraite est définitif, je ne réaliserai plus de films d'animation. Si je devais réaliser un nouveau long-métrage, cela prendrait 6 ou 7 ans. Donc si je disais que je voulais le faire, cela sonnerait comme un vieil homme qui dit des bêtises.

Aussi longtemps que je pourrai conduire, je me rendrai au studio chaque jour. Mais s'il y a quelque chose que je veux faire, alors je le ferai.

Il y a beaucoup de choses que je n'ai pas pu faire, mais il y a des raisons pour lesquelles nous ne les avons pas faites. Ma vue n'est pas aussi bonne qu'avant, ce qui me rend difficile la création d'animation.

Ces dernières années, je quittais mon bureau de plus en plus tôt. J'ai besoin de me reposer, je ne veux faire aucune promesse.

Je n'ai pas l'intention de produire une suite à Nausicaä [comme une rumeur l'annonçait ces derniers jours]. Il y a des choses que je veux faire, mais je ne souhaite pas les annoncer publiquement si ce n'est pas possible.

Je vais être libre. J'aimerais faire autre chose, et ce n'est pas de l'animation. J'aimerais être plus impliqué dans le Musée Ghibli ; peut-être pourrais-je faire partie de l'exposition !

La conférence de presse est disponible en vidéo, en quatre parties dont voici la première :

Contrairement à ce que l'on a pu lire depuis dimanche, Hayao Miyazaki n'avait pas déjà annoncé sa retraite lors de la sortie de Princesse Mononoké. En revanche, il quitta Ghibli en janvier 1998 pour former un autre studio d'animation intitulé "Butaya » (qui signifie "maison des cochons") mais retourna au studio phare au bout d'un an, suite au décès de Yoshifumi Kondô qui devait lui succéder. L'artiste annonça à plusieurs reprises, toutefois, être fatigué du travail harassant que demande la réalisation de films d'animation. Son dernier long-métrage, Le Vent se Lève (sous-titre Il faut tenter de vivre), déjà sorti au Japon en juillet, sortira au cinéma en France le 15 janvier 2014.

Hayao Miyazaki laisse donc une œuvre magistrale, dont la partie émergée reste ses onze longs-métrages en tant que scénariste et réalisateur, adorés de par le monde :

  1. Le Château 🏯 de Cagliostro (1979)
  2. Nausicaä de la Vallée du Vent (1984)
  3. Le Château dans le Ciel (1986)
  4. Mon Voisin Totoro (1988)
  5. Kiki la Petite Sorcière (1989)
  6. Porco Rosso (1992)
  7. Princesse Mononoke (1997)
  8. Le Voyage de Chihiro (2001)
  9. Le Château Ambulant (2004)
  10. Ponyo sur la Falaise (2008)
  11. Le Vent se Lève (2013)

En cliquant sur chacun des titres de cette liste, accédez à mes longues analyses de chacun de ces fabuleux films, publiés sur Kanpai à l'occasion de la série "Mercredi c'est Ghibli" en 2012. Je vais faire en sorte de rendre un hommage encore plus poussé au travail de ce maître incontesté de l'animation japonaise, dans les mois à venir.

Se pose désormais la question inquiétante de la succession chez Ghibli, problématique délicate du studio depuis les années 1990. Isao Takahata, qui sort Le Conte de la Princesse Kaguya dans les prochaines semaines, approche des 78 ans et pourrait bien annoncer lui aussi sa retraite. Les différents essais d'autres réalisateurs chez Ghibli n'ont pas été aussi concluants qu'espérés, en particulier les deux longs-métrages du fils Miyazaki, Gorô : Les Contes de Terremer et La Colline aux Coquelicots.

Beaucoup s'inquiètent alors déjà de l'avenir du Studio Ghibli sans sa locomotive Hayao Miyazaki.

Par Kanpai Publié en septembre 2013 - mis à jour en avril 2015