Mon Voisin Totoro (analyse)

Tonari no Totoro (Hayao Miyazaki - 1988)

Mon Voisin Totoro est un film d'animation japonais écrit et réalisé par Hayao Miyazaki, produit par le studio Ghibli. Sorti en 1988 au Japon, ce long-métrage fantastique décrit la rencontre de deux petites filles (Mei et Satsuki) avec Totoro, une créature merveilleuse qui protège la forêt environnante.

Un film d'abord considéré comme mineur

Mon Voisin Totoro est le quatrième film réalisé par Miyazaki, pas moins onirique que ses précédents, mais sans doute moins grandiloquent et plus contemplatif. L’aspect fantasmagorique prend le pas sur l’enchaînement de séquences d’action et d’aventures auquel nous avait habitués le réalisateur. A cause de sa construction moins classique, sans opposants tangibles aux protagonistes, ni objectif à accomplir, on considère parfois Totoro comme un film pour enfants, donc à part dans la filmographie de Miyazaki.

Ce n’est évidemment pas aussi simple mais c’est ce qui expliquera, notamment, la difficulté de Ghibli à vendre le film aux distributeurs lors de sa conception. Devant leur réticence, la production décida à l’époque de sortir Mon Voisin Totoro en séance commune avec Le Tombeau des Lucioles, afin de minimiser les risques. Si les entrées cinéma n’ont pas été exceptionnelles (802.000 spectateurs en 5 semaines), Totoro a fait mouche auprès du jeune public et de leurs parents nostalgiques de leur enfance et des étés à la campagne. C’est à partir de 1990, avec la première diffusion à la télévision japonaise, que la popularité du film et du protagoniste explose. Ghibli démarre alors, pour la première fois de son histoire, le commerce de produits dérivés, et en particulier des peluches Totoro dont le succès est immédiat et renfloue les caisses du studio. Grâce à eux, de l’aveu même de Ghibli, Mon Voisin Totoro est leur film le plus lucratif. Totoro deviendra progressivement la mascotte de Ghibli, au point de figurer sur le logo du studio. La chanson de son générique Sanpo – Watashi ha genki est, encore aujourd’hui, apprise et utilisée dans certaines écoles maternelles et élémentaires japonaises, notamment lors des fêtes d'école.

Mon Voisin Totoro serait rempli d’éléments autobiographiques. Dans le livre d’art du film, Miyazaki explique que l’histoire est censée se passer dans les années 1950 (il était alors enfant / adolescent). On comprend du film que la mère de Satsuki et Mei souffre de tuberculose, ce qui explique son transfert à l’hôpital Shichikokuyama, réputé à l’époque pour son traitement de cette infection. Or, la mère de Miyazaki a lutté contre cette même maladie. Le réalisateur a grandi à Tokorozawa, dans la préfecture de Saitama, à quelques petites dizaines de kilomètres au nord-ouest de Tokyo. La maison où emménage la famille du film pour se rapprocher d’elle se trouve à trois heures à pied de l’hôpital, soit environ une quinzaine de kilomètres. De plus, le père travaille en tant que professeur d’archéologie à l’Université de Tokyo, où il doit se rendre chaque jour. Le placement géographique a toutes les chances d’être également autobiographique.

Mais on peut noter également deux autres inspirations flagrantes dans Mon Voisin Totoro. D’abord, celle de Panda Petit Panda, considéré comme le brouillon de Totoro. Puis celle d’Alice au Pays des Merveilles. Cela se ressent notamment lors de la découverte du passage, puis la chute de Mei qui dévale le camphrier jusqu’à l’antre de Totoro. On note également une ressemblance frappante entre le Chat-bus et le chat d’Alice, dans la face et notamment le sourire.

Dans la version préparatoire du film, Satsuki et Mei n’étaient qu’une seule et même fillette de six ans. Puis, Miyazaki a choisi de scinder son caractère en deux personnages distincts, afin d’exposer la différence de ressenti qui pouvait exister selon leur âge : dix et quatre ans. D’autres croquis de production montrent également le Chat-bus plein de Totoros. Si dans la version finale du film, il n’en reste plus qu’un, l’histoire laisse un flou autour de son unicité, que nous allons analyser ci-après.

Cet article, désormais caduc, a servit de base de travail pour rédiger un chapitre très largement étoffé dans le livre L'œuvre de Hayao Miyazaki - Le maître de l'animation japonaise rédigé par Gael :

À découvrir également :

L'œuvre de Hayao Miyazaki - Livre par Gael

Article intéressant ?
4.88/5 (78 votes)

Galerie photos

  • totoro-satsuki
  • maison-totoro
  • mei-satsuki
  • mei-totoro
  • mon-voisin-totoro
  • papa-satsuki-mei
  • reve-totoro
  • totoro-campagne
  • totoro-generique
  • totoro-image-4
  • totoro-ost
  • totoro-satsuki-mei
  • totoro-une-seule-fillette
  • totoro
  • plusieurs-totoro

Informations pratiques

En japonais

となりのトトロ (Tonari no Totoro)

Cuisine japonaise

Découvrez les confiseries japonaises (5% de réduction)

Thématiques associées

Pour aller plus loin

Kanpai vous suggère également ces articles