Takehara (Chugoku), Vue sur la ville depuis la plateforme Fumeikaku

Takehara

Un concentré de Kyoto à Hiroshima

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Takehara est une ville située au bord de la Mer Intérieure de Seto, dans la préfecture de Hiroshima au Japon. Avec son quartier historique préservé, elle constitue une plaisante petite balade pour les amateurs d'architecture ancienne mais aussi pour les fans de l'animé japonais Tamayura.

Takehara connaît son essor pendant la période d’Edo (1603 - 1868), grâce à sa côte maritime et ses champs de culture de sel, ainsi que son saké. Malgré sa taille relativement modeste, ses points communs avec l’ancienne capitale impériale s'avèrent assez nombreux, à commencer par l’atmosphère de ses quartiers traditionnels. À l’image de Kyoto avec l’avenue Shijo, Takehara a pour artère principale l’avenue Honmachi-dori, riche en magasins et restaurants.

Takehara (Chugoku), Quartier préservé de Honmachi-dori

Aux origines du whisky japonais

Outre son côté très traditionnel, la ville est également célèbre pour être le lieu de naissance de Masataka Taketsuru, fondateur de Nikka Whisky, dont la vie a inspiré le scénario du drama Massan, diffusé par la chaîne de télévision NHK en 2014-2015. Le Musée d'histoire et du folklore de la ville expose des objets en relation avec la marque Nikka, aujourd'hui mondialement reconnue.

Par ailleurs, Takehara est également le décor principal de Tamayura, un célèbre manga et animé de "tranche de vie" dont l'action prend place au sein d'un club de photographie pour lycéennes de la ville.

Un échantillon de Kyoto

Takehara est entourée de forêts de bambou qui rappellent celle d'Arashiyama à Kyoto. Le nom de la ville signifie littéralement "champ de bambou" et la plante fait indéniablement partie des spécialités locales et artisanales de Takehara. La plante possède même son festival annuel avec différentes parades ; jusqu’à devenir en 1978 l’arbre symbole de la ville.

Forte d’une petite population de quelques 26.000 habitants, cette cité rurale recèle par ailleurs de nombreux bâtiments historiques, la plupart classés Trésors Nationaux du Japon. On peut y dénicher de charmants temples et sanctuaires dont l'édifice bouddhiste zen Saiho-ji. Construit en 1560, il brûle en 1602 puis est reconstruit quelques années plus tard. Le bâtiment principal fait peau neuve en 1702, se voyant rajouter au fur et à mesure de nouveaux pavillons. Sa porte en bois et sa vue sur les toits de la ville depuis la plateforme Fumeikaku, à l'architecture qui rappelle le Kiyomizu-dera, est un véritable régal pour les visiteurs.

Takehara (Chugoku), Temple Saiho-ji

Vue imprenable sur la Mer Intérieure de Seto

L'on peut ensuite poursuivre la découverte du côté de Tadanoumi, quartier à trois arrêts de train 🚅 à l'est de Takehara. Le mont Kurotaki se dresse comme l'une des attractions nature de cette destination. Culminant à 266 mètres d'altitude, il faut compter une quarantaine de minutes pour arriver à un observatoire qui offre de jolis panoramas à 360° sur les chapelets d'îlots de la Mer Intérieure de Seto. Enfin depuis le port de Tadanoumi, les amateurs d'excursions kawaii poussent leur investigation jusqu’à la fameuse île aux lapins 🐇 d'Okunoshima.

Par son patrimoine historique et artisanal, Takehara rappelle les villes de Kyoto et de Kanazawa, la masse touristique en moins ; ce qui est un avantage certain pour ceux qui souhaitent déambuler à leur gré dans un centre-ville paisible.

Cet article a été réalisé dans le cadre d'un séjour organisé et financé par l'Office du Tourisme de la préfecture d'Hiroshima. Kanpai a été invité et guidé mais conserve une liberté totale dans sa publication éditoriale.
⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Takehara et autour.
Par Kanpai Mis à jour le 31 janvier 2022 Takehara