Coût de la première année d'émigration au Japon ?

15 réponses

Minna-san, konnichiha.

Tout d'abord, je tiens à préciser que ma question est sérieuse, que je ne suis pas une ado otaku mais une adulte bien rassise pour ne pas dire aux portes du club des cartes vermeilles et que mon projet est fixé et a pour moi valeur d'ultime bouée de sauvetage...

Très simplement, je prévois pour des raisons qui me sont propres émigrer définitivement au Japon dans un délai de trois ans maximum.

Depuis un an et demi, j'ai sérieusement entrepris d'apprendre la langue, ce qui est un vrai supplice, mon talent en la matière étant proche de zéro. Je revends également peu à peu toutes mes possessions matérielles, ceci devant se terminer par la voiture et la maison.

En bref, je brûle mes vaisseaux. Je ne partirai pas les mains dans les poches, mais le volume que je prévois d'emporter ne dépasse pas trois mètres cubes.

Et c'est là que je fais appel à votre expérience. A ce point zéro de ma nouvelle vie, entre le déménagement, l'achat d'une maison en rase campagne, le paiement des taxes multiples, variées et imprévues, la nourriture, l'eau, le chauffage et tout ce qu'il faut à une personne frugale pour survivre, à quelle somme puis-je estimer le coût de ma première année de vie sur place?

Merci de m'éclairer afin que je puisse m'organiser de façon viable.

Amicalement,

Solveig.

Par Kazetsuta Mitsuji Publié le 16 juillet 2021
Question intéressante ?
4,50/5 (10 votes)
Cette question et les réponses ci-après sont proposées par la communauté des membres Kanpai dans le cadre du module Kotaete. Elles ne reflètent pas nécessairement le point de vue de la rédaction de Kanpai.

Les 15 réponses à la question posée

Okamachi
16 juillet 2021
23:35

Manque juste une info. Vous venez vous installez sous quel visa ?

Réponse utile ?
4/5 (19 votes)
17 juillet 2021
00:54

Au delà du fait que le projet tel qu'il est présenté s'annonce ̶i̶m̶p̶o̶s̶s̶i̶b̶l̶e̶ ardu, et du fait que tel que l'a soulevé Okamachi, la question de quel visa est importante (il y a des visas qui nécessitent des fonds comme le visa culturel par exemple, pour payer ladite activité, mais qui a l'avantage d'être renouvelable un certain nombre de fois en fonction de l'apprentissage de l'activité culturelle en question), et tenant compte d'un hypothétique achat d'une Akiya à très très peu de frais, voire gratuite ça existe, mais avec de probables investissements obligatoires et en tenant compte du foncier, le paiement d'un avocat ou d'un spécialiste sur place pour les démarches, je pense que pour une première année il est raisonnable de penser que ça coûtera dans les 50000€ minimum.

Réponse utile ?
2,57/5 (23 votes)
17 juillet 2021
02:17

Bonjour, sans juger de la faisabilité de ton projet, quelques éléments basés sur mon expérience :
- Déménagement pour 3m3 : 4,500 Euro avec Nittsuu (Nippon Express) en 2018, assurance comprise, hors cartons. C'était d'Orléans à la banlieue de Tokyo, probablement un peu plus cher s'il faut livrer à la campagne. Délai : 3 mois. Très professionnel, mais dès leur pré-visite en France tu comprends le type d'enfer que tu peu vivre au Japon.
- Les coûts d'installation si tu loues : shikikin 2 mois, reikin 1 mois, key money 0.5 à 1 mois de loyer, plus bien sûr le premier loyer. Le premier mois tu sors donc entre 4 et 5 fois le loyer. Frais de changement de tatami si le logement comporte une ou plusieurs pièces traditionnelles.
- Parmi les mauvaises surprises dans les dépenses initiales : le billet d'avion aller simple qui peut être bien plus cher qu'un aller-retour, achat d'un téléphone si le tien n'est pas compatible, ouverture de ligne internet si le logement n'est pas déjà raccordé : 30,000 Yen (peut-être plus cher voire impossible si c'est une akiya isolée...), achat et installation d'un climatiseur si le logement n'est pas équipé : 30,000 Yen en occasion mais jusqu'à 100,000 Yen voire plus si neuf, selon la taille du logement il peut en falloir deux ou trois. A part l'informatique, la quasi totalité des appareils électriques français ne fonctionnent pas au Japon (radio et TV y compris) donc inutile de les envoyer à grand frais ; il faut tout racheter sur place. Ajouter le coût d'élimination ou de garde meubles en France.
- Plus modeste mais à prévoir également dans les coûts d'installation : assurance habitation d'avance pour 2 ans : 20,000 à 30,000 Yen, redevance télé d'avance pour un an : 15,000 Yen (25,000 Yen si tu as accès aux chaînes TV par satellite), équipement en matériel et réserves de survie pour les catastrophes : 30,000 Yen, conversion du permis de conduire : 6,500 Yen, frais de CoE, frais de visa, etc. etc.
*Montants estimatifs, de tête
**Perso je n'ai jamais acheté d'akiya (ça ne court pas les rues sur Tokyo) donc je ne peux pas t'aider sur ce point.
***Je n'ai pas inclus les coûts récurrents, mais attention car de ce côté là il y a aussi un certain nombre de mauvaises surprises.

Réponse utile ?
3,27/5 (26 votes)
Van
17 juillet 2021
07:30

Finalement la première question n'est pas une question d'argent mais une question de VISA.

Globalement, par choix politique et culturel, le Japon ne souhaite pas accueillir des étrangers donc il faut une vrai plus-value à l'entrée.

Cela peut être pour travailler ou apporter des compétences techniques, intellectuelles, artistiques etc...
Mais cela demande aussi une maîtrise importante de la langue.

Sans projet de ce genre il faudra de contenter d'un VISA touriste de 3 mois ou alors de justifier une fortune financière importante.

Il faudrait préciser ton envie et les détails car c'est trop nébuleux pour t'aider.

Ça n'a rien à voir mais pourquoi allez dans un pays pour vivre à long terme sans maîtriser la langue ? Ça peut être difficile à moins de rester dans ta communauté nationale.

Petit hors-sujet je pense mais...
Après si c'est juste pour quitter la France, tu as choisi un des pire pays en matière d'accueil et d'investissement financier. Il existe bien d'autre pays ou l'immigration pérenne est bien plus simple et l'investissement financier bien plus faible. Mais aussi avec une langue ou une culture plus proche de ta culture de départ.
Si tu veux tout de même allez en Asie, il existe plein de pays à l'immigration très simple et financièrement attractive.

Réponse utile ?
2,85/5 (20 votes)
17 juillet 2021
16:01

a la lecture de votre commentaire et sauf erreur il semblerait que vous vous approchiez de la retraite ? enfin c'est ce que vous avez l'air de mentionner . Toute personne a le droit de prendre sa retraite a l’étranger (peut être dans 3 ans pour vous) des lors que vous justifiez d'un versement couvrant correctement vos charges courantes. Si c'est votre cas, l' immigration n' y verra pas nécessairement un obstacle. Mais oui la première année sera conséquente (prenez le loyer uniquement car vous aurez besoin de temps et d'assistance surtout pour acheter une maison), sur une base d'un loyer mensuel de 100000 yen (env 800 eur) pour une petite petite surface a Tokyo et surement pas dans la Yamanote, ça vous fait déjà au bas mot 1,500,000 yen sur 1 an (12000 eur). 20 a 30 K eur pour cette année de départ , je ne serais pas surpris. Bonne chance !

Réponse utile ?
3/5 (14 votes)
17 juillet 2021
16:34

Au contraire de la Thailande et de d'autres pays d'Asie, il n'y a pas de visa "retraite" au Japon.
Un français a effectivement le droit de passer sa retraite hors de France, mais ce n'est pas possible n'importe où.

Réponse utile ?
2,24/5 (17 votes)
18 juillet 2021
07:17

oui, sauf si votre conjoint (e) est de nationalité japonaise.

Ceci étant et pour répondre au post, vu le cout de la santé au Japon pour un individu (comparé en France), vaut mieux être en bonne forme au pays du soleil levant .

Réponse utile ?
3,17/5 (6 votes)
18 juillet 2021
10:54

Oui être marié à un japonais est la seule solution, mais une personne random qui vit en France et qui décide sur un coup de tête de faire sa retraite au Japon ne pourra pas le faire.

Réponse utile ?
3,29/5 (7 votes)
AndréZuka
18 juillet 2021
05:02

Le Japon n'a malheureusement pas vocation à accueillir n'importe qui uniquement car "fan" du pays, même si vous avez de l'argent.

Si ne venez pas ici dans le but de travailler (en tant qu'employé ou indépendant), ou car vous avez de la famille japonaise (par mariage ou filiation), ou pour faire des études, ne vous pourrez pas rester plus de 3 mois par an, enfin si les demandes de visa touriste rouvrent un jour.

Ceci dit j'ai un mauvais pressentiment sur la remise en place du visa touriste quand on voit déjà comment ça commence à se passer avec des athlètes olympiques étrangers finalement testés positifs au covid malgré tout le protocol mis en place, ça risque pas mal d'échauder le gouvernement japonais et de l'opinion publique sur le faite d'accepter le retour des touristes dans un futur proche.

Réponse utile ?
2,36/5 (14 votes)
Ichigo
18 juillet 2021
06:50

Le Japon est parfait pour prendre sa retraite !!!

Pour le déménagement, l achat de la maison , etc j ai laissé faire mon epouse.

Tout a ete tres facile
Avec un peu d argent on trouve une agence qui s occupe des papiers, un agent immobilier chasseur de biens, de bons artisans pour retaper ou rafraîchir la bicoque.

J avais prévu un budget de 500.000 euros pour l achat de la maison et disons 100.000 pour les faux frais ( notaire, déménagement ) En fait, cela ne m a coute que 300.000 pour la maison, que j ai fait retaper au gout de la famille

Donc point de vue cout, ce fut une bonne surprise

Avec les economies ainsi realisees, je peux vivre sans travailler, les quelques annees qui me separent de la retraite

La vie n est pas trop chere, des qu on sait se débrouiller

Le premier vrai problème est la carte de résident !!!

L autre est plus innattendu et frappe les japonais eux même : tu viens vivre dans une ville qui te plait, tout se passe bien, mais tu ne connais personne

On est tres isoles, en fait

Bonjour, bienvenue, voici votre caffe latte, c est 400 yen, merci

C est une vie de supermarché, ou les nouveaux venus (y compris les japonais ) peuvent se sentir bien isolés

Malgre une baisse de la population, cela reste un pays tres surpeuplé, donc peu enclins à faciliter l immigration

Réponse utile ?
3,14/5 (22 votes)
23 juillet 2021
02:17

Konbanwa, et merci pour vos informations que je trouve assez rassurantes!
Je vous prie de m'excuser pour le délai de ma réponse, je n'avais pas coché la case de notification...
Pour partiellement répondre à vos questions, tout d'abord, je suis prête à explorer toutes les pistes me permettant l'installation sur place d'un point de vue légal. Etre vendeuse dans un konbini de nuit, ouvrière agricole ou n'importe quoi pour obtenir un visa de travail est une piste. On verra après pour trouver plus gratifiant si je ne suis pas heureuse comme ça. Mon réseau est encore bien tenu, mais j'y travaille.
Passer par la voie matrimoniale me comblerait - j'ai toujours vécu seule et l'idée de faire sauter sur mes genoux des petits enfants qui m'appelleraient obaasan me fait frétiller d'aise - mais là aussi, cela présuppose des rencontres préalables et la période n'est guère propice à cela! Après, bon, j'imagine qu'il doit bien se trouver là-bas quelques beaux mâles avides d'antiquités exotiques... hum...
L'isolement, voire l'ostracisation, ne m'inquiètent pas vraiment. Je suis sociable et d'abord facile, mais pas sociophile... pour néologiser un peu... et pour paraphraser Desproges, mes amis se comptent sur les doigts d'un manchot, et encore. Si personne ne m'adresse la parole, je ne serai donc pas dépaysée. Tant qu'on ne cloue pas de corbeau sur ma porte...
Enfin, pour apporter des éléments de réponse à la question "pourquoi le Japon alors que c'est si difficile?", eh bien... parce que c'est difficile, déjà! Parce que c'est totalement étranger, tout en étant un pays de pointe. Parce que c'est sûr et que je n'ai pas envie de choper une amibe ou craindre de me faire dévaliser à chaque coin de rue. Parce que c'est passionnant. Parce qu'il faudra ramer, et que ce sera moi qui devrai m'adapter au lieu de jouer consciemment ou inconsciemment la touriste supérieure qui jette des piécettes aux enfants affamés... bon, d'accord, là, je suis outrancière, mais je pense que vous voyez ce que je veux dire.
Reste la question de la langue, et là, évidemment... à l'instant t, je pense être entre le N5 et le N4 du JLPT, mais je doute dépasser un jour le niveau du N3, quels que soient mes efforts.
Enfin... si les frontières sont rouvertes à ce moment là, je compte faire une grande boucle de six semaines là-bas l'été prochain. En fuyant au plus vite la capitale pour sauter de train en bus dans les campagnes et les montagnes. J'espère que ça mettra un bon coup de boost à mes neurones fatigués!
Amicalement, Solveig.

Réponse utile ?
2,40/5 (5 votes)
Vu
24 juillet 2021
09:30

possédez vous un niveau universitaire ou une expérience d'au moins 10 ans dans un domaine spécifique qui vous permettrait de répondre a des recherches d'emploi ? une licence étant le minimum requis.
a moins que vous ayez moins de 31 ans pour espérer avoir un visa PVT (bloqué de toute façon en ce moment), ou un visa étudiant (difficile aussi mais pas impossible), le reste des visas classiques va se limiter au visa ....... travail.
Contrairement a une idée reçue, il n'est pas obligatoire d'avoir un N1 ou N2 pour décrocher un contrat de travail au Japon, si vous êtes pointue dans un domaine technique ou artistique, ou même en métier de bouche, ça peut intéresser (attention je ne dis pas que c'est "finger in the nose" mais qui ne tente rien n'a rien.
établissez d'abord les bases de votre projet :
- cerner mes qualifications professionnelles et les rendre intéressantes et viables pour le pays
- que puis je apporter au Japon sur le plan économique ?
- comment approcher les recruteurs (entreprises, cabinets, réseaux ?)
- si j'obtiens des interviews , comment les préparer ? comment passer les étapes jusqu’au Graal
- si vous avez LE job, comment le conserver (la socialisation est importante au Japon)

Après tout ça vous pourrez penser a votre installation, combien d'argent, a quel endroit , avec qui pour vous aider , etc, etc , etc ( a mon avis c'est plus facile que trouver et conserver un job ), en tout cas je vous souhaite de réaliser votre projet.

Réponse utile ?
5/5 (2 votes)
F
24 juillet 2021
06:11

Pour le visa, peu de chance qu'on vous en accorde un pour travailler en combini...L'immigration préfère - de loin- les boulots qualifiés, et les diplomes / expériences qui vont avec.
Je pense que votre projet ne pourra pas démarrer tant que vous n’avez pas une idée claire de votre moyen de résider au Japon.
Bon courage.

Réponse utile ?
5/5 (1 vote)
24 juillet 2021
16:57

Bonjour et merci de vos réponses.
Pour me situer mieux, j'ai 47 ans - les trois ans pour mener à bien mon projet d'ici ce jour ont donc une certaine symbolique...
Je vis seule, sans charge de famille et n'ai que moi à penser.
Du point de vue pécuniaire, je pense pouvoir réaliser environ 300000 euros avec la réalisation de mes avoirs.
Quand à mes supposées compétences, je suis titulaire d'une licence en arts et littérature, d'un diplôme d'ingénieur en conception mécanique et d'une agrégation en sciences de l'ingénieur.
Je travaille actuellement à l'EN au département des ressources humaines, mais tout cela est anecdotique : je ne vois aucune nécessité à ce que ma carrière se prolonge dans la continuité, et en fait cela me déplairait profondément. En effet, j'ai subi au cours des quatre dernières années une rupture dans mon existence qui m'a fait réfléchir beaucoup à la vacuité de ma vie, et les confinements variés et suppressions de libertés individuelles dus au covid ont achevé de me convaincre que, dans la mesure où cela m'était possible, il serait bien dommage de ne pas profiter de mes dernières belles années pour vivre un rêve ou un cauchemar - mais en tous cas des temps intéressants!
Je comprends certes que mon projet puisse paraître un peu flou, mais en l'occurrence je l'ai physiquement démarré, et je considère que cette pêche aux informations et mes réflexions actuelles n'en sont pas des préliminaires mais des parties intégrantes, mon but étant fixé. En somme, j'ai un bel agenda encore bien vide, mais la deadline y figure déjà, encadrée de rouge, et quoi qu'il arrive d'ici là, j'ai la ferme volonté de réussir à mes fins.
Amicalement, Solveig.

Réponse utile ?
3,50/5 (2 votes)
F
24 juillet 2021
18:48

Avec de telles compétences, je vous conseille fortement de tenter de mettre ça en avant et de poursuivre votre carrière au Japon, au moins dans un premier temps, quitte à tenter de switcher après avoir obtenu une première autorisation de résidence. L'immigration est vraiment sévère et semble avoir durci ses controles (j"en ai fait les frais) et risque de ne pas voir d"un bon oeil une ingénieure venir planter du riz ou livrer des colis. Je comprends votre soif de renouveau et d'ailleurs, mais je pense que cette question de visa devrait vraiment être votre soucis premier, et mettre en avant votre expérience me parait être un bon moyen de facilement le régler. A noter que les catégories de visa travail, si spécifiques à chaque grandes "branches" de métiers, sont suffisament large pour vous permettre de trouver quelque chose qui differe suffisament de votre situation actuelle pour que vous puissiez vous épanouir. Je pense que consulter des agences de chasseurs de têtes pourrait être judicieux dans votre cas.

Réponse utile ?
4,50/5 (2 votes)

Ajouter un commentaire

Inscrit sur le site ? Identifiez-vous, sinon inscrivez-vous !
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
La publicité est interdite. Un lien vers votre site / blog est autorisé uniquement s'il se justifie dans votre réponse, auquel cas un lien retour vers Kanpai.fr est exigé.