Travailler entre la fin de l'école de langue et l'acquisition du visa travail au Japon ?

9 réponses

Bonjour à tous !

Je fais simple : mon année scolaire en école de langue se termine cette semaine et je suis censé passer en temps plein dès Novembre dans l'entreprise où je travaille en baito depuis 6 mois.

La demande de visa de travail a été faite il y a un peu plus d'une semaine et je suis donc dans l'attente du réponse.
L'ennui, c'est qu'il n'arrivera certainement pas à temps d'ici le 1er Novembre et mon supérieur planche sur ma situation (sachant que j'ai fait des pieds et des mains depuis mi-Août pour avoir la paperasse et que je n'ai eu le tout de la part de ma boite que mi-Octobre).
En effet, il semblerait bien que ne plus aller à l'école entraine ma période de droit de travail même dans la limite des 28h hebdomadaire autorisée.
Apparemment, c'est quelque chose de très peu surveillé et à peine punissable dans les faits, même si en théorie, c'est parfaitement illégal.

Je me demande à quel point le risque est grand à déroger à la règle, et si mon entreprise est en droit de me forcer à travailler sur cette période, et si oui, à qui en incomberait la responsabilité si pépin il y a ?
Si ça ne tenait qu'à moi, j'attendrais bien sagement le visa, mais mon absence mettrait en péril mes collègues.

Bref, c'est un cas de zone grise et j'aimerais avoir vos avis et expériences à ce sujet, merci d'avance !

Par Exceed Publié le 26 octobre 2021 Thématiques associées :
Question intéressante ?
4,17/5 (6 votes)
Cette question et les réponses ci-après sont proposées par la communauté des membres Kanpai dans le cadre du module Kotaete. Elles ne reflètent pas nécessairement le point de vue de la rédaction de Kanpai.

Les 9 réponses à la question posée

26 octobre 2021
06:24

Mea culpa, il y a une coquille dans mon message : " entraine la fin de mon droit de travail "

Réponse utile ?
2,80/5 (5 votes)
26 octobre 2021
07:03

Bah si effectivement il arrive un pepin (genre vous vous faites renverser en allant au travail) et qu'on s'apercoive que vous travaillez sans visa, vous allez prendre cher, et la boite va se faire taper sur les doigts. Meme chose si vous travaillez sans visa de travail. Imaginons qu'au prochain renouvellement de visa l'immigration s'apercoive que vous avez cotise pour la retraite en octobre avec un statut de travail qui a commence en novembre, ils vont se poser des questions, et ils vont vous en poser aussi.
Faut etre une compagnie bien black pour demander a quelqu'un de travailler alors qu'on sait qu'il n' a pas encore eu son visa...

Réponse utile ?
3,67/5 (9 votes)
26 octobre 2021
07:25

Ce n'est pas une zone grise du tout, c'est évidemment totalement black, les risques sont pour toi et pour la boîte, mais l'impact est plus grave pour toi (expulsion), pour la boîte c'est du tapage sur les doigts.

Et dire que c'est très peu surveillé c'est subjectif.
C'est peu surveillé jusqu'au moment où tu vas devoir faire des renouvellements de visa et que les dates de cotisation ne colleront pas (il faut fournir les extraits fiscaux), où que tu feras une demande pour une carte de crédit ou un truc du genre et que ton statut ne collera pas.

Avec un peu de bol, tu auras le visa pour le 1er décembre (un peu short quand même, plutôt mi-décembre).

Ca met les collègues dans la merde, mais c'est 100% de la faute de la boîte.

Réponse utile ?
3,18/5 (11 votes)
26 octobre 2021
10:00

Merci pour vos retours, j'avais quelques témoignages qui allaient dans le sens contraire (en gros c'est pas légal ok, mais pas si grave), combiné au désir de mes collègues de me voir continuer à bosser, disons que vous avez aidé à rééquilibrer la balance.

Pour ma boîte, elle est réglo, c'est juste qu'ils n'ont jamais été confronté à ce genre de cas et ne mesurent probablement pas l'étendue des risques et conséquences, d'autant plus que pour l'instant personne ne m'a demandé de bosser sans visa, ils cherchent actuellement à pallier leur méconnaissance du sujet !

Après je suis 100% d'accord avec vous et comme je le disais, si ça tenait qu'à moi jamais je m'aventurerais à bosser sans visa, mais force est d'admettre que beaucoup des obstacles que vous avez cité sont facilement contournables et j'ai peur que ce soit les arguments que l'entreprise pourraient me mettre sous le nez pour me convaincre de travailler. Et à partir de là, c'est assez délicat de refuser si le risque d'être pris est minime, sachant qu'aucun contrat n'est encore signé.

Réponse utile ?
4,33/5 (9 votes)
GuiguiMKII
05 novembre 2021
06:40

Je suis désolé de vous pouvez une telle question, mais comment se fait-il que la société vous fasse des papiers pour votre visa sans aucun contrat encore signé ?
Je suis pas avec un visa de travail donc je comprends pas très bien comment il peuvent être sponsors de votre visa sans engagement tacite d'embauche auprès de l'immigration.

Réponse utile ?
/5 ( vote)
26 octobre 2021
10:32

Bonjour,
Une petite question. Vous avez un visa étudiant n'est ce pas ? Il court jusqu'à quand ? Normalement l'école prévient le bureau de l'immigration lorsque vos cours sont terminés, comment faites vous pour rester au Japon sans visa du coup ?
Travailler sans visa vous expose à ne plus pouvoir travailler du tout au Japon...
Bon courage à vous en tout cas, vous avez appris la langue + trouvez un boulot, bien joué !
Cordialement,

Réponse utile ?
3,73/5 (11 votes)
26 octobre 2021
12:57

Bonjour !

Je suis en effet en possession d'un visa étudiant qui expire en janvier (et qui a commencé fin octobre dernier, j'ai à l'époque pu profiter de l'étroite fenêtre d'entrée dans le pays, après que ma rentrée d'avril 2020 ait été repoussée de 6 mois).
Théoriquement, je dois en effet quitter le pays peu après la fin des cours (deux semaines il me semble), mais étant donné que la demande d'un autre visa est en cours, ma présence au Japon est tolérée jusqu'à la réception du nouveau visa !
D'après la personne au pôle administratif de mon école, c'est un cas de figure très courant, rares sont les étudiants qui peuvent enchaîner de façon fluide l'école puis le travail sans un léger décalage.

Quoi qu'il en soit, je suis content d'avoir posé ma question ici pour me rappeler de ne pas jouer avec le feu, l'influence de mon entourage direct me l'aurait presque fait oublier, même si ma position de départ à ne pas chercher à flirter avec le risque était ferme. Merci à tous, je reste ouvert à tout autre témoignage ou avis même si je pense que tout a été dit.

Réponse utile ?
2,80/5 (5 votes)
26 octobre 2021
15:24

Bonjour,

Il existe un visa intermédiaire pour “Designated activities” de 6 mois renouvelable une fois, qui doit normalement etre demandé a la fin des cours du visa étudiant et qui est conçu pour la recherche d’emploi. Il permet notamment de travailler légalement 28h par semaine, comme pour le visa étudiant.
Vu ta situation, c’est un peu tard pour en faire la demande cependant et je rejoins ce qui a été dit plus haut : travailler sans visa approprié peut avoir des conséquences importantes pour toi (perte de visa et refus d’émission de visa dans le futur) et pour l’entreprise (amende et refus du sponsor de visa si la situation se répète).

Réponse utile ?
3,67/5 (9 votes)
27 octobre 2021
00:53

J'ignorais totalement l'existence d'un tel visa ! Mais en effet ça semble beaucoup trop tard pour moi, d'autant que la demande de visa travail est déjà faite.

Je prendrai donc mon mal en patience, et je doute que ma boite soit le genre à me faire faire des trucs pas sérieux. Merci !

Réponse utile ?
4,25/5 (4 votes)

Ajouter un commentaire

Inscrit sur le site ? Identifiez-vous, sinon inscrivez-vous !
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
La publicité est interdite. Un lien vers votre site / blog est autorisé uniquement s'il se justifie dans votre réponse, auquel cas un lien retour vers Kanpai.fr est exigé.