totoro

Les 10 films de Hayao Miyazaki que préférent les Japonais

Si la réputation des films du Studio Ghibli, et en particulier ceux du légendaire réalisateur Hayao Miyazaki, n'est plus à prouver sur le plan international, elle est devenue quasiment intouchable dans leur pays d'origine : le Japon. Les succès critiques indéfectibles ont accéléré le plébiscite du public japonais, en particulier à partir de Princesse Mononoke. Toutefois, la qualité exceptionnelle de chacune des œuvres de Miyazaki favorise un éternel débat de bonne compagnie qui cherche à connaître le petit chouchou, celui dont le supplément d'excellence parviendrait à le surclasser par rapport aux autres.

Ce n'est sans doute pas possible dans l'absolu, mais l'institut Research Panel s'est plié à un tel exercice de manière plus formelle ce week-end en proposant un sondage, rapporté par le web magazine Shunkan News, auquel auront répondu 136.356 Japonais. À la question "Quel est votre film préféré de Hayao Miyazaki ?" , les sondés ont répondu :

  1. Mon Voisin Totoro : 24,3%
  2. Le Château 🏯 dans le Ciel : 17,6%
  3. Nausicaä : 14,8%
  4. Le Voyage de Chihiro : 10,9%
  5. "je n'en ai vu aucun" : 9,6%
  6. Kiki la Petite Sorcière : 9,1%
  7. Princesse Mononoké : 4,9%
  8. Porco Rosso : 4,2%
  9. Le Château Ambulant : 2,5%
  10. Ponyo : 2,1%

À vrai dire, il ne manque à la liste que Le Château de Cagliostro, si l'on met de côté les courts et moyens-métrages du réalisateur (notamment Panda Petit Panda, On Your Mark et les films diffusés au Musée Ghibli). Car il faut rappeler que la question posée concernait les films de Miyazaki uniquement. En effet, au Japon comme ailleurs, le raccourci "Ghibli = Miyazaki" est souvent de mise. Et tant pis si les merveilles d'Isao Takahata (Horus, Goshu, Kié, Le Tombeau des Lucioles, Souvenirs Goutte à Goutte, Pompoko, Mes Voisins les Yamada) ou d'autres réalisateurs (Je Peux Entendre l'Océan, Si tu Tends l'Oreille, Le Royaume des Chats, Les Contes de Terremer, Arrietty, La Colline aux Coquelicots) en sont exclues.

La cinquième réponse offre également une information intéressante, puisqu'elle montre que plus de neuf Japonais sondés sur dix ont déjà vu au moins un film de Hayao Miyazaki. C'est dire sa popularité au Japon. Pour aller un peu plus loin, 5,2% des moins de 20 ans n'en ont jamais vu, 4,2% des vingtenaires, 5,3% des trentenaires, 9,8% des quarantenaires, 10,6% des cinquantenaires, 18,3% des sexagénaires, 29% des septuagénaires et 33,6% des octogénaires ou plus. Au Japon, le réalisateur est une star tellement appréciée du public (et tellement vendeuse !) qu'il est difficile de passer entre les mailles du filet : chaque nouvelle sortie d'un de ses films se transforme en un évènement marketing et médiatique de plusieurs mois ; ses films sont régulièrement rediffusés à la télé japonaise, en prime-time sur la chaîne NTV (dont Miyazaki a d'ailleurs dessiné la mascotte, sans surprise un petit cochon).

Pour ma part, j'aurais eu bien du mal à décider tant chacun des films d'animation signés Hayao Miyazaki fait résonner en moi une telle foule de souvenirs et de sensations. À titre personnel, j'aurais peut-être une légère propension à citer en priorité Porco Rosso pour sa mélancolie (et parce que j'ai découvert la véritable fin du film avec sa version originale japonaise), Laputa pour sa force narrative, Ponyo pour sa sérénité et son omnipotence, ou encore Nausicaä pour la puissance du message délivrée. En attendant bien sûr Kaze Tachinu / Le Vent se Lève, le prochain film de Miyazaki qui sortira au cinéma au Japon ce mois de juillet. Mais rien que l'idée de ne pas mentionner ses autres longs-métrages me met mal à l'aise, tant je considère son œuvre comme un tout indivisible. Pour un point de vue moins personnel mais plus explicatif, je vous suggère de consulter mes longues analyses individuelles des films Ghibli afin de découvrir de nombreuses pistes de lecture.

Et vous, quels serait votre classement des films préférés de Miyazaki, voire du Studio Ghibli tout entier ?

Par Kanpai Publié en février 2013 - mis à jour en septembre 2015