Ama de la préfecture de Mie, plongeuse en train de pêcher en apnée au large du port de Wagu (Shima)

Plongeuses Ama au Japon

La tradition des femmes de la mer

Les plongeuses Ama au Japon sont des pêcheuses professionnelles qui pratiquent l'apnée pour aller au fond de l'eau récolter des coquillages, des fruits de mer et des algues. Elles furent également pendant un temps pêcheuses d'huîtres perlières. Malgré leur déclin ces dernières années, elles continuent de perpétuer un savoir-faire traditionnel rare au monde et que les voyageurs sont invités à découvrir, notamment au sein de la préfecture de Mie qui abrite la plus grande communauté d'Ama au Japon.

Patrimoine vivant d'un savoir-faire traditionnel japonais qui remonte à la Préhistoire, les plongeuses Ama sont de véritables femmes-sirènes qui pratiquent la pêche en mer en apnée et sans équipement. Elles sont spécialisées dans la récolte des espèces marines qui vivent dans les eaux peu profondes des littoraux, tels que les coquillages et les fruits de mer (ormeaux, turbos, oursins, langoustes, concombres de mer) ainsi que les algues wakame. À la fin du XIXe siècle, elles participent à la culture des huîtres perlières, mise au point par Kokichi Mikimoto au large de Toba, dans la préfecture de Mie.

Dans le monde, on trouve des pêcheuses Ama uniquement le long des côtes maritimes du Japon et de la Corée du Sud. Cet héritage millénaire presque légendaire est aujourd'hui en voie de disparition. En cause, un métier rural difficile et parfois dangereux qui peine à motiver de jeunes recrues. Par ailleurs, le réchauffement climatique qui provoque une hausse de la température des océans a pour conséquence directe une baisse des ressources animales et végétales sous-marines.

On compte environ 2.000 Ama encore en activité dans l'archipel nippon, dont 660 regroupées dans la péninsule d'Ise-Shima (chiffres 2018 issus du musée Toba Sea-Folk Museum). Les plongeuses traditionnelles de Mie se tournent également vers le tourisme pour perpétuer leur culture et proposent différentes activités et expériences à faire en leur compagnie.

Ama de la préfecture de Mie, tour en bateau avec une plongeuse et son activité de pêche au large du port de Wagu (Shima)

Plonger et pêcher avec une Ama

Le port de pêche Wagu Gyoko au sud de la ville de Shima est le point de départ pour une découverte intéressante du travail quotidien des Ama. On monte à bord d'une petite embarcation, direction le large pour aller pêcher.

Vêtues d'une combinaison de plongée classique, les Ama d'aujourd'hui ne plongent plus en tenue traditionnelle, c'est-à-dire habillées seulement de vêtements de coton blanc. C'est donc munis de palmes et d'un masque 😷 que l'on plonge en compagnie d'une Ama, afin de observer comment elle cherche et trouve les coquillages et les algues dans les fonds marins rocheux. Bienveillante et professionnelle, la plongeuse Ama guide ses invités sous l'eau et leur montre comment repérer les meilleures proies. En effet, la pêche est réglementée afin de préserver au mieux les ressources.

Le tour en bateau passe également par quelques champs d'huîtres ainsi que des petits cabanons flottants où des locaux passent leur journée à pêcher. À noter que cette activité s'organise en matinée et un peu à la carte selon le nombre de passagers dans le bateau (au minimum 2), le nombre de participants à la plongée et les conditions météorologiques prévues.

Ama de la préfecture de Mie, déjeuner avec des plongeuses en tenue traditionnelle à Amagoya Osatsu Kamado

Déjeuner dans une hutte traditionnelle

Une fois leur pêche du jour terminée, les Ama se reposent dans une hutte qu'elles partagent à plusieurs. Autour d'un feu, elles se changent, se réchauffent et discutent de leur activité. Ce moment convivial est suivi par un déjeuner cuisiné avec une partie des prises qu'elles viennent d'effectuer.

Le village d'Osatsu, au sud-est de Toba, est un lieu privilégié pour les touristes qui souhaitent rencontrer des Ama et déjeuner en même temps. Plusieurs cabanes baptisées kamado et postées au bord de l'eau, dont Amagoya Osatsu Kamado Mae-no-hama (海女小屋 相差かまど 前の浜), se sont transformées en restaurants de fruits de mer pour les voyageurs de passage.

Dans une ambiance chaleureuse, des femmes Ama en tenue authentique accueillent les invités et préparent au centre de la hutte le feu pour y faire griller les poissons 🐟, les coquillages et autres fruits de mer fraîchement pêchés. Le plateau servi se montre copieux et varié, accompagné de thé, de riz et d'une salade d'algues.

En balade digestive, il est possible de faire le tour d'Osatsu pour visiter quelques lieux remarquables localement comme le sanctuaire Shinmei (Ishigami-san), le musée de la culture des Ama ou encore la promenade Kujirazaki, le long de la côte maritime.

Ama de la préfecture de Mie, démonstration d'une plongeuse en tenue traditionnelle sur l'île des perles de Mikimoto à Toba

Île des perles Mikimoto

L'île, baptisée en anglais Mikimoto Pearl Island, est un concentré très bien réalisé de tout ce qu'il faut savoir sur la production d'huîtres perlières. Celle-ci fut développée pour la première fois au monde par Kokichi Mikimoto (1858-1954), un ingénieur originaire de la ville de Toba.

Au cours d'une agréable promenade sous les arbres, on visite plusieurs musées dédiés aux perles de culture artificielles Mikimoto. Chacune des expositions se montre intéressante, bien expliquée et mise en scène.

Au bout de la petite île, on retrouve la plateforme d'observation des plongeuses Ama qui permet d'assister à un authentique spectacle aquatique. Vêtues de blanc en tenue d'autrefois, les femmes Ama arrivent par bateau et font une démonstration de leur capacité à plonger en apnée jusqu'à 4 ou 5 mètres de profondeur. À l'époque, Kokichi Mikimoto utilisa ce savoir-faire particulier pour embaucher de nombreuses Ama qui avaient notamment pour mission de récupérer les huîtres au fond de l'eau, une fois les perles formées.

Ama de la préfecture de Mie, expérience de récolte de perle de culture à Shinju no sato dans la baie d'Ago 2

Récolter une perle de culture

Au cœur de la baie d'Ago, la ferme aquacole Shinju no sato (真珠の里), que l'on peut traduire par le "village de la perle", propose aux touristes de récolter une huître Akoya pour en extraire soi-même la perle. Cette dernière est ensuite nettoyée puis montée sur un accessoire de son choix (bijou, objet de décoration, etc.).

L'intérêt de cette expérience se niche surtout dans la découverte de la qualité de la perle de culture. A-t-on choisi la bonne huître ? A-t-on "gagné" une belle perle ? Par ailleurs, une vidéo explicative, plus ou moins bien réalisée, est disponible en français afin de comprendre le travail requis derrière la production d'huîtres perlières.

--

Les villes côtières de Toba et de Shima, à l'est de la préfecture de Mie, se prêtent particulièrement bien à la rencontre avec les femmes plongeuses Ama ainsi que leur culture proche et respectueuse de l'océan. En plus du train 🚅, l'usage de la voiture 🚙 est recommandé pour faciliter ses déplacements jusqu'aux différents petits ports de pêche et à travers la baie d'Ago.

Cet article a été réalisé dans le cadre d'un séjour organisé et financé par l'Office du Tourisme de la préfecture de Mie. Kanpai a été invité et guidé mais conserve une liberté totale dans sa publication éditoriale.
Updated on 26 Mai 2021 -