Nihonjin no Shiranai Nihongo (drama)

Le japonais que ne connaissent pas les Japonais

Ça faisait un petit moment que je n'avais pas regardé de drama japonais. Le dernier en date, 1 Litre no Namida, ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable et à part quelques bijoux (Nodame Cantabile, Orange Days, My Boss my Hero), il faut avouer que le j-drama a tendance à souvent tourner en rond. Mais j'ai retenté l'expérience avec le récent Nihonjin no Shiranai Nihongo (diffusé cet été) qui m'avait l'air amusant et intéressant. Tanoshii, quoi.

Nihonjin no Shiranai Nihongo signifie "le japonais inconnu des Japonais". A l'origine, il s'agit d'un manga en 2 tomes sorti début 2009 qui s'était plutôt correctement vendu. Celui-ci, ainsi que cette adaptation en drama, suivent les aventures d'une jeune modeuse de Tokyo qui, à travers son rêve de devenir prof de japonais, se retrouve un peu parachutée à l'enseigner à des étrangers.

Naka Riisa n'est pas spécialement belle (au contraire de "Katori Catherine" Harada Natsuki) mais bien arrangée. Elle a le style d'une jeune shibuyette et son jeu est amusant, plein de mimiques caractéristiques. C'est elle qui doublait Makoto dans La Traversée du Temps. Par contre l'interprétation des étudiants étrangers est souvent à pleurer, très accentuée dans les caractères, et leur niveau disparate en japonais n'aide vraiment pas à en crédibiliser certains.

Sa brochette de 9 expatriés au Japon, donc, a globalement un niveau de conversation courante mais va chercher à aller plus dans le détail, sur les particularismes, la terminologie, les irréguliers, les kanji ou l'histoire de la langue. Et, catégorisation japonaise oblige, chacun ira de son domaine précis : cuisine / service, ninja, anime otaku, business, etc.

D'ailleurs, v'là la belle brochette de gaikokujin boulets écrits par les scénaristes ; ils ont tous, ou presque, au moins quelque chose de "spécial". Ça fera marrer les Japonais, comme la fixette de certains étrangers sur des concepts français qu'on n'aurait pas autant poussés. Enfin, c'est bien la première fois que je vois une personne noire dans un drama japonais...

Mais derrière cette apparente légèreté, Nihonjin no Shiranai Nihongo aborde des problèmes de fond très intéressants :

  • l'absence de franchise dans certaines réponses formulées en japonais, source d'incompréhensions
  • l'intérêt stérile porté aux gaijin par certaines Japonaises (intérêt purement plastique - voir l'article sur les couples franco-japonais)
  • les différences de niveaux de langage et leur utilisation selon le rang social, le sexe ou la position professionnelle
  • une certaine xénophobie également, la crainte ou une méfiance historique vis-à-vis des étrangers
  • la distinction des nombreux homophones et leur rapport aux kanji, autour desquels le drama ne se prive pas de nombreux jeux de mots
  • etc.

Alors évidemment, Nihonjin no Shiranai Nihongo s'adresse en priorité à ceux qui connaissent un peu de japonais. Si ce n'est pas le cas, vous perdrez beaucoup de nuance et sans doute un bonne partie du fun et de l'intérêt de ce drama. Et pour mettre les choses au clair de suite, il commence direct avec les particularités du système de comptage japonais...

Certaines séquences m'ont d'ailleurs rappelé la première année de japonais à l'université, avec son lot de boulets qui viennent (essayer d')apprendre la langue uniquement pour se trouver une copine japonaise, ou lire dans le texte Dragon Ball à l'époque (aujourd'hui ce serait plutôt Naruto ou One Piece).

Et pour ne rien gâter, le drama se découpe en 12 épisodes de 30 minutes, un format plus court et plus agréable. J'ai passé un bon moment devant Nihonjin no Shiranai Nihongo et c'est donc un drama que je conseille à qui s'intéresse à la société japonaise, avec déjà quelques notions de langue.

Article intéressant ?
5/5 (8 votes)

Galerie photos

  • nihonjin-no-shiranai-nihongo
  • nihonjin-no-shiranai-nihongo-naka-riisa
  • nihonjin-no-shiranai-nihongo-drama
  • naka-riisa-nihonjin-no-shiranai-nihongo
  • drama-nihonjin-no-shiranai-nihongo

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

Rames
04 Novembre 2010
14:42

eh ben, enfin un article sur un drama qui me donne peut être envie de regarder un nouveau drama. Mes expériences passés dans ce domaine ont toujours été un cuisant echec. Espérons que celui ci me fasse bonne impression :)
Belle article

Matouvu1
05 Novembre 2010
23:43

bonjour à tous,
Je souhaiterais remercier chaleureusement le créateur de ce site pour la pertinence et l'analyse des sujets qu'il traite. Chaque article est concis et clair et ne rentre pas comme de nombreux site dédiés au japon dans une sorte d'idolâtrie exacerbée.
Cependant je souhaiterais apporter une analyse contradictoire au présent article. J'ai globalement compris le drama en VO, malgré mon niveau de japonais assez faible (Nihongo Nôryoku Shiken nv4). Tout d'abord , je voudrais souligner la pauvreté de la composition dont fait preuve l'actrice Naka Riisa. Malgré je l'accorde un certain charisme, l'actrice se transforme en une sorte de caricature de la jeune tokyoïte branchée qui s'habille comme un sac pour être "tendance". Je trouve que Horikita Maki (Chance, Tokujo Kabachi!!) ou Kimura Yoshino (dans l'excellent Nakanai to kimeta hi) sont largement meilleures, mais c'est une affaire de gout.
Je voulais revenir également sur le fait que beaucoup de dramas tournent généralement en rond. Je trouve que Nihonjin no Shiranai Nihongo ne déroge pas à la règle, pire il s'y complait. Chaque épisode est un tableau répétitif et affligeant de chaque élève traversant leur long apprentissage de la langue et des us et coutumes. Autant les acteurs étrangers dans Nodame cantabile étaient touchant par leur amateurisme autant ceux de ce drama sont agaçant dans leur composition et des thèmes choisis (manga, meido, etc..). Biensûr, c'est une comédie japonaise et comme toutes les comédies on grossi le trait pour en rire mais même au 12e degré la sauce ne prend pas, si on veut vraiment un humour décalé autant regarder 33pun Tantei avec Totsugi Shigeyuki, hilarant en inspecteur déjanté.
Enfin pour conclure, je voudrais ajouter que malgré les nombreuses particularités de la langue japonaise qui peuvent faire sourire le gaijin que je suis, on s'ennuie ferme et je me suis surpris à faire mes impôts en même temps..... pour dire l'ennui profond que ce drama procure.
J'ai terminé, merci de laissé une tribune libre pour le lecteur que je suis et je reste bien évidemment fidèle à ce site de qualité. :-)

Rames
06 Novembre 2010
14:09

J'ai regardé le premier épisode pour ma part, la sauce à un peu prit (pour reprendre Matouvu^^)
Mais j'avoue que j'ai un peu forcé pour rester dedans au début. je pense que je vais me les regarder tranquillement. Après, tout, il n'y a pas trop d'épisodes :)

Matouvu1
06 Novembre 2010
16:12

Bonjour, Rames,
Pour tout te dire j'avais la même opinion que toi à la fin du premier épisode. Le problème c'est que les épisode sont presque identique dans leur construction un peu comme Gokusen (en moins fun).
Cependant ce n'est que mon avis personnel, regarde ce drama et fais toi ta propre opinion. :-p

Rames
07 Novembre 2010
16:02

oué pas de soucis, j'ai télécharger la suite, on va voir ça ce soir :)
merci de ta réponse ^^

plopen
07 Novembre 2010
15:03

ça donne bien envie de regarder ! Mais petite question : est-ce qu'il existe déjà une version VOSTFR ou faut-il se contenter de la VOSTA ???

08 Novembre 2010
09:01

Il me semble qu'il y a seulement une traduction anglaise pour l'instant.

Sinon, merci Matouvu1 pour cette analyse intéressante.

ismakia
01 Décembre 2010
19:21

j'ai regardé les premiers épisodes pour le moment en vosta, c'est pas mal du tout :) mais c'est marrant de voir comme c'est très différent des séries à l'occidentale, et notamment dans le fait de surjouer tout.. (c'est mon premier drama japonais) ! Cela dit, est-ce qu'il est possible de trouver les sous-titres japonais ? Ca se fait ou c'est impossible ?

Manger
05 Janvier 2011
21:26

Juste comme ça, il y avait des noirs dans la saison 2 de Hana Yori Dango. Le premier lui a piqué son sac à main, les autres étaient partis pour lui faire passer un mauvais moment quand... Si vous avez regardé la série, vous savez.
Bon, heu... Pas très sympathique tout ça...

SETH
17 Mars 2012
11:40

J'ai commencé le visionnage de ce drama quelques jours avant cet article: https://www.kanpai.fr/societe-japonaise/japonais-ne-sont-pas-polis , je savais donc ce qu'était le keigo et l'emprise du manuel y référant dans les magasins, pour cela effectivement, celui-ci est très instructif; différence des kanji japonais/chinois.
Les premiers épisodes pouvant illustrer cet autre article.
Mais, je passerai sur le pauvre look, sa coiffure qui n'arrange pas la pourtant jolie l'actrice principale, Naka Riisa, les caricatures comportementales des étrangers (la palme à l'italien et sa coupe japonaise). Allez oublions le fait que leur japonais est déjà d'un bon niveau , et que donc la moitié des situations, manque de crédibilité... pour ne juger le drama qu'en lui-même. Soyons clair, il est moyen, et surtout à déconseiller, pour une première approche du genre, si on n'apprend pas le japonais, on n'y sera clairement, pas à l'aise, quelque part, j'ai l'impression d'être face à une série commanditée par le ministère de l'éducation nationale.
Intéressant, mais à l'école...Pas assez d'humour pour relever le niveau.

25 Mars 2013
21:38

Merci pour ton post que je découvre grâce au lien que tu as mis dans ma question "Koakete" !
Je suis vraiment en retard sur Kanpai...Gomen !
Le plupart des réponses que je cherche y sont déjà !

Concernant l'épisode 1 spécialement il faut vraiment essayer de passer outre la caricature des étrangers (Surtout Bob dans cet épisode).
Je reconnais que c'est parfois difficile de passer outre ces caricatures d'étrangers pour apprécier l'humour de la série.

Kabocho
03 Juillet 2013
12:37

"Certaines séquences m’ont d’ailleurs rappelé la première année de japonais à l’université, avec son lot de boulets qui viennent (essayer d’)apprendre la langue uniquement pour se trouver une copine japonaise, ou lire dans le texte Dragon Ball à l’époque (aujourd’hui ce serait plutôt Naruto ou One Piece)."

J'ai quelque peu buté sur ce passage. Y a-t-il des motifs nobles et des motifs vils pour faire fac de japonais ou des études en général ? Tes vilains canards abordaient-ils tous les cours en dilettantes ? A l'inverse, les autres étudiants étaient-ils tous assidus ? Est-ce plus acceptable de vouloir lire Sôseki, regarder Ôzu, se trouver des relations d'affaires ?

A1erte!
28 Janvier 2015
03:16

Un drama intéressant pour peu que l'on soit apprenant. (comme moi un ancien actif de t'evader. Com, maintenant ici Japon , il y a 10 ans déjà !)

Ajouter un commentaire