Ichi Rittoru no Namida

Ichi Littoru no Namida a le cahier des charges idéal pour cartonner : une ado mignonette est atteinte d’une maladie incurable qui l’affaiblira jusqu’à la mort. Je te prends deux/trois stars du moment (Erika Sawajiri et Ryo Nishikido), je te saupoudre ça du tampon « tiré d’une histoire vraie » et l’affaire est dans le sac. Le drama a cartonné et continue de figurer haut dans les classements du cœur (les meilleurs, c’est bien connu).

La maladie, c’est une dégénérescence spinocérébrale, logiquement bien aimée des producteurs car elle prend petit à petit le contrôle du corps. Votre acteur jouera donc le malade qui marche de moins en moins bien, qui a de plus en plus de mal à écrire, qui va au lycée en fauteuil roulant puis qui a même du mal à parler et manger. Du pain béni qu’ils n’hésitent pas à servir sur des tirades pleines de bons sentiments et de phrases tirées du journal intime de la véritable Aya Kitô… vendu à 18 millions d’exemplaires au Japon.

La version écran prend évidemment des largesses sur l’histoire vraie. Le drama rajoute donc des amours (platoniques, je vous rassure), utilisant le joli minois d’une Sawajiri Erika abonnée aux rôles de malades, après Taiyô no Uta. Bien sûr, pour un programme familial diffusé sur une chaine aussi grand public que peut l’être Fuji TV, on imagine le traitement global appliqué, très attendrissant justement, voire qui vire sans remords dans le pathos.

Ichi Littoru no Namida remplit son quota de clichés dans la galerie de personnages et le déroulement de l’intrigue. La moralisation est assez grossière et c’est à peine si les leçons de vies à tirer du visionnage ne sont pas expliquées par un prof de bien-pensance. Pour une fois, ça va oser faire mourir dans un drama mais au service, justement, de la dramatisation et du mielleux. Ce n’est pas voir le mal partout, puisqu’effectivement, la vraie Aya est décédée des suites de sa maladie, mais ici on sent que cela sert un objectif, sur un concert de violons, de piano et de tirades larmoyantes.

C’est également l’occasion de pointer du doigt, souvent avec hypocrisie, le côté « groupe » sociétal très fort, probablement encore plus prégnant au Japon, et la perte de repères due à la marginalisation d’un individu. Si l’idée est louable, le traitement reste très timide et plante le drama dans un ensemble de clichés, notamment du point de vue du casting et des situations rencontrées par chaque membre de la famille. C’est rapidement assez lourdingue.

Jiminy Cricket me souffre que cet Ichi Littoru no Namida a le mérite de parler de la maladie et de l’exposer aux yeux des téléspectateurs. Mais rien à faire, le traitement m’empêche d’y voir une démarche non-mercantile. Et faire du fric sur le dos des handicapés, surtout quand on pouvait s’en servir intelligemment et ouvrir des pistes de réflexion, c’est quand même un peu sale.

Article intéressant ?
5/5 (5 votes)

Galerie photos

  • ichi-littoru-no-namida
  • one-litre-of-tears
  • ichi-rittoru-no-namida-drama
  • ichi-littoru-no-namida-drama

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

HM
16 Janvier 2010
16:22

Décidement, tu sors connerie sur connerie quand tu parles de la culture japonaise. Je me demande comment tu fais pour passer à chaque fois à côté de l'essentiel ? :/ D'ailleurs, tu le dis toi même être en décalage par rapport au succès populaire. Sors de ton mode "aigri de la société" ou abstiens toi de faire des commentaires la prochaine fois ;)

Yuki
25 Janvier 2010
19:50

Salut à toi ô Gael. Même moi qui d'habitude met une certaine distance entre l'écran et moi, j'ai été émue. Je ne sais pas si c'est du cynisme pur et dur ou si c'est du pessimisme du même accabit mais je te trouve assez dur. "Ichi rittoru no namida" est en effet une leçon de courage "vraie" et je te signale que la famille Kitô était d'accord pour cette adaptation, de plus, c'est la mère d'Aya qui a demandé cette relation platonique car sa fille n'avait jamais eu cette chance. Je ne vois vraiment pas ce qui déplait la-dedans. Si tu n'aimes pas met de la distance et n'en parle pas s'il te plait. Merci de ne pas gâcher des dramas qui ne le méritent pas.

razane
24 Avril 2013
20:44

Wouah wouah voila se quon se dit quand on regarde se drama faire une analyse me prendrait tros de temp alors je vais faire court se drama est une merveille se qui ma le plus touche ses le cote familliale de se drama a travers la famille d'aya on retrouve une chaleur juste merveilleuse le petit plus une jolie histoire damour jadhere lun des drama que he prefere

razane
24 Avril 2013
20:47

2eme parti

Malheuresement je pense que ses dommage de devalorise se drama qui est une lecon de corage je ne dit pas que tu ne doit pas dire ton avi non loin de las maus se drama merite detre vue moi qui suit considere comme un coeur de glace jai u a plusieurs reprise les larles au yeux

Illly
21 Janvier 2014
19:27

Tu as le droit d'avoir un avis mais franchement je ne vois comment tu fais pour tout voir en noir !!! Ce drama est magnifique, il ne dicte pas un point de vue particulier, il raconte juste l'histoire d'une fille normale atteinte d'une maladie spéciale, sans dire ce qui est bien ou mal. On nous montre le courage et l'envie de vivre pour soi mais aussi pour les autres. Et ce drama m'a permit de connaitre une maladie rare et de connaitre ma chance. C'est le premier drama que j'ai vu et il est un des meilleurs que j'ai pu voir.

Gogo
27 Mai 2015
23:57

J'imagine la version dans la tête du mec qui écrit l'article:
"Alors on va faire un drama pour faire un hommage à un boudin qui n'a jamais existé. En fait la meuf elle est malade, mais on va prendre une maladie pas trop grave (genre des aphtes) sinon ça ne fera qu'amplifier le "pathos" (terme disparu aux environs de 1480), elle va pas mourir parce qu'il faut éviter de déprimer les gens, même si c'est vrai parce que attention remède, handicapés, japon (link link link plz regardez mes articles!) , et puis elle a personne qui l'aime parce que c'est pas assez chiant comme ça comme histoire. On va aussi prendre des acteurs dégueulasses et pas connus comme ça on est sûrs que personne va regarder ou s'attacher. Et puis quand il y aura un moment triste, je propose qu'on mette une musique bien joyeuse, pourquoi pas du pipot? Pour finir on évitera les leçons de vie parce que j'aime ça que dans d'autres dramas mais pas dans celui-ci. "

M'enfin j'ai lu l'article en entier au moins une fois (J'espère que j'aurais un chocolat). C'est dommage de décourager les gens sur un drama aussi cool pour les tourner plus volontiers vers des histoires de glandouillous assoiffés de violons et de pianos.

31 Mai 2015
16:15

Hé, les chevaliers blancs, vous avez combien d'amis handicapés et/ou atteints de maladies rares, pour voir ? Allez, je fais un pari : zéro. Les handicapés, c'est bien dans les drama pour se donner bonne conscience mais faut pas abuser non plus, hein ?

24 Février 2016
16:56

Moi, je connais un ami handicapé et malade. Un ami très proche, puisqu'il s'agit de moi-même... Alors s'il y a un chose que je peux dire, c'est que l'auteur de cet article se trompe lourdement. Je suis quelqu'un qui sait très bien se protéger de ce genre de situation, mais là, j'ai pas pu. J'ai craqué. J'ai pleuré, et rien qu'en écrivant ces lignes, j'ai encore envie de le faire... J'ai presque été à la place d'Aya. Presque parce que même si je suis toujours malade, J'ai réussi à survivre à mes phases critiques et même si j'ai encore des chances d'en mourir, j'ai aujourd'hui probablement entamé un très long chemin vers une certaine guérison. Alors je crois comprendre parfaitement ce drama et ses objectifs. il vise juste à redonner du courage à des gens qui mille et une raisons d'abandonner, de se laisser aller, des gens qui parfois meurent avant même de perdre la vie. Il vise à rappeler à tout le monde la chance qu'on a de pouvoir encore compter ses jours, même s'il n'en reste plus beaucoup. Et vu la résonance que cette histoire a eu en moi, c'est magnifiquement réussi.

Ajouter un commentaire