ponyo-sur-une-falaise

Ponyo sur la Falaise (critique)

Film Hayao Miyazaki - Ponio (Ghibli)

Ce qui est amusant avec Hayao Miyazaki, et par extension le studio Ghibli, c’est qu’ils ont une popularité à toute épreuve. Quel que soit l’intérêt de leurs films, la critique et la populace bien-pensante s’en emparent comme d’une production de toute façon arty. Et pourtant, lorsqu’on jette un œil à la filmographie de Miyazaki en particulier, sa dernière décennie a non seulement été peu prolixe, mais qualitativement en demi-teinte. Car si Princesse Mononoke est évidemment toujours prégnant depuis 1997, Le Voyage de Chihiro n’est pour moi pas aussi marquant, bien qu’il ait séduit le public néophyte occidental. Et je ne parle même pas du faiblard Château 🏯 Ambulant qui donnait de sérieuses sueurs froides quant à la réputation du studio et de son réalisateur vedette. Toujours est-il que Ponyo sur une Falaise est son huitième film sous l’égide Ghibli. Et qu’avant sa sortie en salles japonaises cet été, on n’en savait pas grand-chose. Même aujourd’hui, alors qu’il semble annoncé en France pour le 8 avril prochain, il reste assez mystérieux. Je me suis donc plongé dans ce Ponyo en japonais pour voir de quoi il retournait.

Premier constat surprenant pour un Miyazaki : le travail sur le film, réalisé en 2 ans seulement, est basé sur des aquarelles. Une technique essayée par son collègue Isao Takahata, notamment sur Mes Voisins les Yamada mais dont Miyazaki ne semblait pas très friand. Pourtant, la sauce prend très vite et le rendu final est plus que convaincant. On a un univers cohérent, aux couleurs pastel toutes douces et visuellement très intelligent. C’est agréable, simple et sans fioritures. Quant à l’animation, elle est assez fabuleuse pour un film aussi artisanal. Hayao Miyazaki et son équipe nous prouvent une fois de plus leur talent à ce niveau. Certaines séquences de Ponyo sont assez incroyables vu le nombre de poissons en mouvement. Ghibli fait clairement de la résistance face à la production générale de films d'animation, constituée à 90% d'images de synthèse. Et mine de rien, après tous ces Pixar, Dreamworks et autres (aussi bons soient-ils), ça fait du bien de voir qu’on peut encore se prendre des claques en animation 2D. Précisons enfin que le réalisateur retrouve ses habitués, puisque la bande originale est signée Joe Hisaishi et la production est assurée par Toshio Suzuki. Voilà pour le côté technique.

Le script de Ponyo sur une Falaise m’a d’abord rappelé La Petite Sirène : une jeune princesse poisson rouge rêve de devenir humaine. Elle est recueillie par un gamin de 5 ans, Sôsuke (et non pas Sasuke, bande de Narutardés), qui la baptise Ponyo. Pour la petite anecdote, le personnage de Sosuke est inspiré du jeune Goro Miyazaki qui a récemment réalisé Les Contes de Terremer. L’histoire, jonchée de magie, raconte délicatement l’installation et le quotidien de nos deux petits compères. On est donc très loin du blockbuster marin de Disney, et clairement proches de Mon Voisin Totoro. D’ailleurs, quitte à choquer les puristes otakus, je qualifierais presque Ponyo sur la Falaise de Totoro 2. Car on est très proche du style de ce film majeur : avec l’innocence de l’enfance mise face à un personnage fabuleux, l’absence de véritable ennemi et, au contraire, les notions très fortes de respect, de politesse et de compréhension… Comme son aîné, Ponyo est très drôle par moment, surtout dans les mimiques et certaines animations de la petite princesse. Et, il va sans dire, on n’évite pas les quelques références plus ou moins discrètes à l’écologie et au non-respect de la nature environnante. Cette fois, c’est une ville portuaire qui est touchée, en ce que la mer remplace le ciel comme espace de liberté.

Pour autant, Ponyo sur la Falaise près de la Mer est-il pour Mon Voisin Totoro ce que Princesse Mononoke était à Nausicaä ? Difficile de répondre définitivement, mais les rapprochements entre les deux sont indiscutables. La vraie question est plutôt de savoir si, cette fois, il s’agit pour de bon du dernier Miyazaki (sachant que Mononoke Hime devait déjà l’être il y a 11 ans). Les voies du capitalisme de la création artistique sont impénétrables…

Dernière mise à jour le 25 avril 2015