akb48

AKB48, la machine sexy

Le fan-service décomplexé

Le visage de la j-pop féminine a pris un sérieux coup dans l'aile depuis quelque temps, avec l'arrivée massive notamment de chanteuses coréennes, qui font l'effort de chanter en japonais et d'être très réactives en terme de marketing régional. Mais il reste toutefois des cadres bien Japonaises, elles, telles que Namie Amuro, Utada Hikaru, Ayumi Hamasaki, Koda Kumi ou encore les Morning Musume. Dans cette liste, le groupe le plus marquant c'est indiscutablement AKB48, un girls band à la notoriété hallucinante depuis 2005, pendant des "mâles" Arashi. Leur créateur ? Un enseignant du supérieur, responsable de l'université d'art et de design de Kyoto : Yasushi Akimoto.

Le nom AKB48 est une référence à Akihabara, le célèbre quartier électronique de Tokyo. Quant au chiffre, il symbolise le nombre de chanteuses. Oui oui, vous avez bien lu, AKB48 regroupe près de cinquante "artistes" dont la plus jeune a 13 ans, réparties en sous-groupes avec des capitaines d'équipes, des stagiaires, etc. Leur succès défie toute raison, à l'image de leur chaîne Youtube aux 300 millions de vues. Leur salle dédiée d'Akiba est souvent à guichets fermés, des magasins de produits dérivés ouvrent un peu partout en Asie, et dernièrement à Harajuku. On les dérive en drama (Sakura 🌸 Kara no Tegami et Majisuka Gakuen) et elles-mêmes font des émules à succès, parmi les plus connus :

  • NMB48, représentantes de Namba à Osaka
  • AK98, les Coréennes
  • SDN48, dérivé plus mature et plus adulte, connu notamment pour avoir posé dans Playboy
  • ou encore AKG48, de Ginza, un groupe qui compte... 100 membres !

Ce succès gigantesque attise et excite évidemment les otaku, au point de créer des comportements de fans absolument délirants. Car les AKB48 sont aussi connues pour organiser des rassemblements au cours desquels les fans peuvent leur serrer la main et leur glisser un petit mot. Visiblement, les demoiselles se sont déjà plaintes de certains propos de fans pour le moins déplacés. Mais deux otaku se démarquent des autres : le premier a acheté 5.500 copies du dernier single du groupe pour pouvoir serrer la main des filles autant de fois, dépensant ainsi près de neuf millions de Yens (voir le cours du Yen 💴)... Son triste record a été de courte durée, puisqu'un otaku encore plus fou a dépensé vingt millions de Yens (!), en témoigne cette incroyable vidéo.

Mais derrière AKB48, il y a une énorme machine marketing qui vise surtout à capitaliser sur le côté très sexy 🔞, et même parfois limite, des demoiselles. La preuve par exemple avec ces quelques photos.

Car on ne les aimera sans doute pas pour leur "musique". Les chansons d'AKB48 sont une soupe dégoulinante : des mélodies à l'étonnante et désagréable capacité de rester en tête indéfiniment, sur lesquelles les filles chantent un tas de conneries sur l'amour ou la dure vie d'une adolescente au Japon. On citera Beginner, Everyday, Flying Get, Sakura no Ki ni Narô...

La grande force du groupe initiée par ses producteurs, c'est plutôt d'exploiter et de faire se trémousser des donzelles le plus souvent en bikini, en sous-vêtements ou au moins en jupette, voire en cosplay, dans des positions parfois très suggestives. Si tous leurs clips usent d'un peu de sexy (soyons honnête, quelle artiste ne le fait pas ?), il y en a un qui se dégage des autres : Heavy Rotation, dans lequel les vêtements, les poses et les cadrages sont très suggestifs. On est clairement dans le fan service, à vous de juger :

Dans leur contrat, les AKB48 ont une ligne qui les interdit d'avoir un petit ami. Ce qui ne les empêche pas, visiblement, de quitter le groupe pour débuter une carrière... d'actrice porno ! C'est en tout cas ce qu'a choisi Rina Nakanishi, idole mineure du groupe qui fait le buzz en embrassant désormais une vision beaucoup plus décomplexée du fan service. Cela n'arrête pas le marketing de tourner, puisqu'en changeant son nom de scène pour Riko Yamaguchi, sa date de naissance est également passée de 1988 à 90. Nous ne posterons pas de lien ou de photo ici, ce n'est pas le but.

Début 2018, il est annoncé que les membres mineures (moins de 20 ans au Japon) des AKB48 seront désormais exemptées de photos en maillot de bain, afin d'éviter les critiques de l'extérieur du Japon en vue de la probable participation du groupe à la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

À notre avis, certaines des AKB48 devraient mieux définir leurs priorités. A découvrir : cette hallucinante vidéo d'une des membres, Tomomi Itano alias Tomochin, qui fait semblant de répondre naturellement à une interview en anglais alors que, manifestement, elle n'en pipe pas un mot. D'ailleurs, sans les sous-titres en japonais, nous non plus !

Elle a encore du boulot, hein !

Par Kanpai Publié en octobre 2011 - mis à jour en janvier 2018