Kennin Ji 14

Kennin-ji

Le plus vieux temple Zen de Kyoto

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Kennin-ji est le temple principal de la branche Rinzai du bouddhisme Zen, situé au bout de la rue Hanamikoji, à l'est de Kyoto. Fondé en 1202 par l'influent moine Eisai (ou Yosai), il fait aujourd'hui parti des Cinq Grands Temples de la ville. Il est réputé pour ses magnifiques peintures intérieures décoratives et ses jardins bien entretenus.

À deux pas de l’effervescence touristique de Gion, la découverte du temple Kennin-ji arrive à point nommé pour celles et ceux en quête de quiétude. Haut lieu de méditation, le grand complexe illustre toute la splendeur de la pensée Rinzai.

Il faut traverser une longue allée bordée d’arbres et d’érables, colorés de rouge en automne 🍁, pour accéder au cœur du site qui comprend la visite intérieure de deux pavillons ponctuée par trois jardins de styles différents. L'entrée se fait par l'ancienne cuisine du monastère ; il est alors conseillé d'admirer la hauteur sous plafond et l'architecture imbriquée des poutres et cheminées.

Les peintures murales et sur-paravents retiennent toute l’attention des spectateurs. Imposantes et aux détails soignés, elles révèlent le talent artistique de leurs auteurs respectifs. Bien évidemment, on retient tout d'abord la représentation des Dieux du Vent et du Tonnerre de Sotatsu, qui date de l’époque d’Edo.

Outre la statue de Bouddha, le bâtiment principal Hatto abrite le clou du spectacle : l’impressionnant plafond des Dragons Jumeaux, réalisé par Koizumi Junsaku et installé en avril 2002 pour célébrer les 800 ans du temple. La peinture mesure 11,4 par 15,7 mètres, soit la taille de 108 tatamis. Réalisée traditionnellement en encre sur papier épais, l'artiste aura mis au total deux ans pour l'achever, depuis le gymnase d'une école élémentaire à Hokkaido. Pour l'anecdote, Koizumi Junsaku s'est d'abord servi d'une première toile réduite pour reproduire en taille réelle sa peinture, avec des effets de relief et d'optique saisissants. Lorsque l'on la regarde la tête en l'air, elle parait ainsi plus petite et l'une des queues du dragon semble sortir du dessin comme en mouvement.

De nombreuses autres représentations picturales sur les portes intérieures fusama ornent également le pavillon principal. Tout aussi intéressantes, elles sont l'œuvre d'une seule personne : le peintre Kaiho Yusho, considéré comme un grand artiste de la période féodale Azuchi Momoyama, à la fin du XVIe siècle. À noter que les photos sont autorisées tout au long du parcours.

La balade contemplative continue avec les vues sur les espaces verts :

  • le grand jardin sec karesensui Daioen ;
  • le jardin carré ○ △ □ reconnaissable à son arbuste central ;
  • et la deuxième cour carrée Choontei composée de trois grosses pierres, de mousses et d’érables.

L'aménagement des bâtiments permet de s'asseoir régulièrement, afin de prendre son temps pour admirer la beauté des jardins sous tous les angles.

Moins mis en avant que certains de ses confères, étonnamment, Kennin-ji reste encore peu fréquenté par les touristes. Il constitue alors une excellente idée de sortie pour les amateurs de tranquillité et d’harmonie. De plus, il s’avère facile d’accès puisque proche du centre-ville historique de Kyoto.

⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Kennin-ji et autour.
Par Kanpai Dernière mise à jour le 03 décembre 2019