onechanbara-film

OneChanbara (film)

Bikini Samurai Squad

A l’origine, The OneeChanbara est un petit jeu développé par Tamsoft et édité par D3 Publisher dans sa gamme « Simple 2000 » sur PS2. Une gamme assez connue au Japon pour son faible prix (environ 2000 Yens 💴, comme le nom l’indique, soit une quinzaine d’€uros) et son côté petit budget : développement court par de petites équipes et jeux assez simples. Malgré des qualités ludiques discutables, le hack’n’slash a connu un succès suffisant pour justifier plusieurs suites, dont une sur Xbox 360 (qu’a pu essayer Fr4nz) et plus récemment sur Wii, connue sous le titre Bikini Zombie Slayers. OneChanbara est tout simplement une adaptation live en long-métrage de cette série de jeux.

Il fallait donc piocher dans le background scénaristique déjà installé. On nous sert donc une brochette de rigolos :

  • l’héroïne Aya (Eri Otoguro) : bretteuse en bikini fourrure, serpent à plumes, tatouage « bitch stamp », bottes et chapeau de cowboy. N’allez pas me demander le pourquoi de cet accoutrement. En revanche, peu importent les sauts de 10 mètres ou les gerbes de sang, elle ne perdra absolument jamais son chapeau, et ses vêtements resteront immaculés comme s’ils sortaient juste du lave-linge.
  • Reiko (Manami Hashimoto, déjà vue dans Shimokita Glory Days) : flingueuse toute habillée de cuir moulant, au décolleté très avantageux, qui oublie sa moto au bout de 5 minutes de film et peut tirer 250 balles de fusil d'afilée, sans jamais recharger ni avoir de cartouche sur elle.
  • Saki (Chise Nakamura) : la méchante du coin, sœur aigrie de la protagoniste. Elle est habillée comme une samurai version écolière en petit costume de sailor et jupette.

Si tout cela, ce n’est pas du fan service, je ne sais pas comment ça s'appelle. Mais soyons honnête, le fantasme des femmes omnipotentes, c’était déjà le cas dans les cinématiques du jeu. Les 3 donzelles du casting sont complétées par un gros abruti décoloré qui ne sert strictement à rien, et par un savant fou à qui l’on doit les zombis, sans aucun autre mobile apparent que celui d’être supérieur à Dieu (ah, Xenogears, tu me manques…).

On s’aperçoit vite que ce film Onee Chambara est un tout petit budget. C’est simple, les plans donnent l’impression d’avoir été tournés sans autorisation dans des champs déserts ou de vieux entrepôts désaffectés (syndrome Resident Débile). Les effets spéciaux sont cheap au possible : un couteau sous l'aisselle avec des hectolitres de ketchup qui sortent de la bouche, et en avant Guingamp, ou encore les transformations en Super Sayajin dignes des pires sentai, entre autres trucs ringards… On poursuit ? La musique de série Z, le scénario totalement creux (à côté, les films Resident Evil seraient nominés aux Oscars), 3 lignes et demie de dialogue par personnage, un énorme pompage de la chorégraphie de Gogo Yubari dans Kill Bill, un rappel assez maladroit de Cowboy Bebop dans les postures arme blanche contre arme à feu, etc, etc. Je pourrais continuer comme ça pendant des lignes entières.

OneeChanbara part certainement d’une bonne intention (pas celle des producteurs, bien entendu). Mais tout cela ne tient pas debout une seconde. Les zombis ont un comportement totalement désorganisé, à faire pâlir les fans de Romero : certains sont lents et idiots, d’autres un mélange entre Bruce Lee et Einstein (le corps et l'esprit), et ce sans aucune raison apparente. Bref, tout cela n’a juste aucun intérêt. Enfin, visiblement pas pour tout le monde puisqu’une suite, Oneechambara Vortex, est déjà sur les rails… Déjà un film, c’est dur, mais pour se taper les deux, il doit falloir une bose dose d’otaku pour supporter ça.

Dernière mise à jour le 09 septembre 2015