resident-evil-extinction-01

Resident Evil 3 Extinction

Film RE3 Afterlife

Bon ben, fallait s’y attendre : après les deux premiers films Resident Evil qui ont plutôt fonctionné, la saga mythique nous revient sur grand écran dans un troisième épisode. En attendant un quatrième film et un autre en parallèle, prévu pour 2009, cette fois tout en images de synthèse. Alors quoi de neuf dans ce RE Extinction ? On retrouve la toujours aussi belle Milla Jovovich qui joue Alice, Jill Valentine laisse sa place à Claire Redfield interprétée par Ali Larter (Nikki, une des Heroes les plus crispantes et les plus inutiles), et Albert Wesker fait son arrivée à la tête d’Umbrella en fanfare… ou pas.

Au moins, la fin du film semble déraper vers un Tokyo post-apocalyptique qui encourage à un quatrième volet peut-être plus proche de l’esprit originel des jeux vidéo. On peut rêver. En attendant, ce Resident Evil 3 est encore assez divertissant, en tout cas beaucoup moins cheap que ne l’étaient les deux précédents. Alors, oui bon, il se déroule quasi intégralement de jour / il ne fait pas peur / le Tyrant ne dure que 30 secondes… mais pour un film de zombies, il s’en sort encore pas trop mal. Faut voir le référentiel aussi : quand on a réussi à regarder le film House of the Dead 2, on peut voir tous les films de zombi du monde.

Alors pour un dimanche soir, au lieu de coller devant Capital, Resident Evil Extinction vous fera passer 1h30 tranquille. Sans surprise, sans même un scénario, avec une Ashanti qui se fait bouffer la gueule au sein de la seule scène impressionnante du film, avant un franc clin d’œil vers Dead Rising (cf. photo ci-dessus). Et rien que pour voir Milla Jovovich chevaucher une BMW K1200R, il vous faut voir ce troisième Resident Evil !

Par Kanpai Publié en novembre 2007 - mis à jour en avril 2015