ace-attorney-film

Phoenix Wright Ace Attorney : le film (critique)

Gyakuten Saiban live de Takashi Miike

Comme vous l'aurez deviné au vu du titre et de la photo principale, cet article va se focaliser sur l'adaptation live de la célèbre série de jeux vidéo Phoenix Wright Ace Attorney de Capcom. Marketée avec succès, la simulation d'avocat (!) s'est écoulée à plusieurs millions d'exemplaires depuis une douzaine d'années, en particulier sur les consoles portables de chez Nintendo, la DS en tête de file.

Ce film, sorti au Japon début 2012 au cinéma, s'inspire du premier opus ; ça tombe bien, il s'agit du seul que j'aie jamais fait ! Derrière la caméra on retrouve Takashi Miike, réalisateur prolixe à qui l'on doit notamment Audition, Dead or Alive ou encore Crows Zero.

Évidemment, dans ce genre d'adaptations, le casting joue pour beaucoup. Sur ce plan, le film ne démérite pas, avec un choix d'acteurs très pertinent. On redécouvre donc Hiroki Narimiya, bien connu du genre drama (Orange Days, Nana, Kisarazu Cat's Eyes...), qui se colle au rôle de Phoenix Wright / Naruhodo Ryûichi. Dans la peau de Maya Fey / Ayasato Mayoi, j'ai découvert la très kawaii Kiritani Mirei. Enfin, c'est Takumi Saito qui interprête le procureur Benjamin Hunter / Miles Edgeworth / Mitsurugi Reiji.

Comme d'habitude avec les Japonais, le travail de personnification est tout à fait à la hauteur. Le maquillage, les costumes, les postures et les mimiques empruntées par les acteurs permettent de les crédibiliser très facilement dans leurs rôles respectifs, de même que les témoins hauts en couleurs. La reproduction n'est pas en reste et les efforts réalisés sont tout à fait payants, que ce soit dans les décors ou le rythme de l'enquête. En bonus, l'humour de la série originale se retrouve dans des clins d'œil délirants, tels que les images holographiques balancées au tribunal comme des coups spéciaux.

Dans le film Ace Attorney, ce sont finalement trois enquêtes que devra résoudre Phoenix Wright :

  • une introduction où il doit innocenter son pote Paul Defès / Masashi Yahari
  • le décès de son mentor Mia Fey, qui agit comme une présentation du fonctionnement dans la salle d'audience
  • et le gros morceau, l'accusation du procureur Hunter / la réouverture du dossier DL6 (avec enquête sur le terrain cette fois-ci)

Après avoir vu le film, je peux résumer mon verdict par une phrase finalement très simple : Phoenix Wright n'est pas un long-métrage inoubliable, mais sans doute un des meilleurs films tirés d'un jeux vidéo. La barre n'était certes pas placée très haut, mais il remplit bien le contrat demandé. Malgré une légère baisse de rythme dans le dernier tiers, et un faible nombre de décors, le film Ace Attorney s'est avéré suffisamment intéressant pour que je ne m'y endorme pas !

Terminons par la bande-annonce en vostfr pour vous faire une idée :

Par Kanpai Publié en février 2013 - mis à jour en novembre 2016