Resident Evil Afterlife (film)

Quelques instants après avoir retrouvé Milla Jovovich en interprète d'Alice, l'héroïne des films Resident Evil, on apprend que depuis 6 mois, elle n'a vu aucun humain non contaminé et vit dans un monde désolé. Ses vêtements sont déchirés, la terre crache sa poussière. Mais ça ne l'empêche pas d'être nickel propre et bien maquillée.

C'est typiquement le genre de détail grossier qui met les fans dans tous leurs états. Pas que j'en sois un, en témoigne ma critique de Resident Evil 5. Non, moi, je suis plutôt du genre à juste aimer les bons films. Et après 4 essais infructueux, Paul WS Anderson, qui sert toujours sa même tambouille insipide, ne semble pas encore avoir compris que l'axiome "gros budget = bon film" n'est pas valide dans sa façon d'aborder la réalisation.

Cette fois-ci, le "plus produit" de la communication sur Resident Evil Afterlife, c'est la 3D. Dans les salles équipées, le film est en effet projeté en relief. Mais ce n'est souvent qu'un cache-misère dans le cas de ce 4ème film RE, car les effets spéciaux, décors, dialogues et la mise en scène en général sont toujours aussi daubés. Si on met un ruban rose autour d'un étron, ça reste ni plus ni moins que de la merde au final.

On y verra toujours les mêmes plans, ces décors de chiotte et ces acteurs tout droit sortis du début des années 90, ces mêmes séquences interminables où la plupart du temps, il ne se passe absolument rien. Anderson s'enfonce dans sa version ennuyeuse de Resident Evil et de plus en plus éloignée de la saga originale. Il lui tue en tout cas toute sa classe ou presque.

Il faudra alors se rabattre sur le physique (à défaut de son interprétation) de Milla Jovovitch, accompagnée depuis le 3e film (Extinction) par Ali Larter et, cette fois, par son frangin à l'écran, un Chris interprété par Wentworth "Prison Break" Miller.

Et aussi, mystérieusement, sur cette dernière séquence d'action du film où l'ensemble est bien réussi, inspiré d'entre Resident Evil 4 et le 5ème, faisant revivre un Wesker jusqu'alors aussi ringard que dans la cinématique d'intro culte du RE original sur PSOne.

Avant de nous rendormir sur une ouverture vers un film Resident Evil 5... J'ai bien peur que l'hémorragie ne s'arrête pas de suite ; Paul Anderson semble être un sacré hémophile.

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Galerie photos

  • resident-evil-afterlife
  • resident-evil-afterlife-film
  • resident-evil-afterlife-3d
  • resident-evil-afterlife-milla-jovovich
  • resident-evil-afterlife-ali-larter

Informations pratiques

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

Lark
17 Septembre 2010
09:09

Bien malheureuse qu'est cette franchise ResidentEvil...

simon
21 Septembre 2010
21:42

Je vais être encore plus dur que toi ^^
Ce film n'a vraiment aucun intérêt...Paul WS Anderson aurait du arrêter sa carrière après Event Horizon.
Il nous a encore pondu un Resident Evil complètement fade avec un jeu d'acteur limite risible. Scofield aurait mieux fait de rester en prison au passage :-P
Les scènes de combat sont à nouveau tirées par les cheveux, les personnages n'ont en commun avec la série originale que leur nom et Wesker est à mourir de rire...
Bref, les fans de la série ne cesseront pas de s'arracher les cheveux. Il me faut absolument lui retirer la licence !
Un ultime conseil : Ne payez surtout pas pour aller voir une bouse pareille.

Rames
04 Novembre 2010
15:28

haha, vous oubliez une chose Oh misérable !
...
Le Bullet Time !
Bullet Time présent à CHAQUE scène d'action... j'ai cru pleurer en Bullet Time d'ailleurs à la fin du film quand j'ai réalisé que j'avais payé 8euros au ciné pour cette daube.. T_T
...
Naaaan je plaisante, le film je l'ai regardé sur le net comme vous tous :D

kevinxxx120
16 Octobre 2011
14:17

Resident evil le film est franchement col.

Clément
28 Février 2012
21:41

Je trouve cela un peu facile de critiquer un film.
Surtout avec vos arguments complètements dépassés, et vous tournez sans cesse en rond dans ce que vous dîtes.
Il ne faut pas oubliez non plus, le nombre de bénéfice qu'a fait ce film...
Il me semble, 27,7 millions $ la première semaine au États-Unis, enfin il me semble...

Donc avant de vous lancer dans une critique comme la votre, je vous suggère de faire un film égalant les bénéfices de celui cité.

Cordialement.

Lark
28 Février 2012
23:45

Arguments dépassés ?

Les bénéfices d'un film ne le rendent pas meilleur. Les oscars et autres césars ne sont a priori pas décernés en fonction de l'argent brassé par le film.

Si on devait égaler le travail de quelqu'un pour avoir le droit de le critiquer, il n'y aurait pas beaucoup de critiques :
Avez-vous un blog de qualité similaire à kanpai.fr pour critiquer le travail de critique de Gael ?

Ajouter un commentaire