Quelles études faciliteraient une expatriation sur le territoire japonais ?

16 réponses

Bonjour, bonsoir à toute et tous.

Je vais commencer par nous présenter brièvement, moi ainsi que mon projet personnel ainsi que mes expériences déjà acquises.

J'ai 26 ans, titulaire d'un BAC L, ayant essuyé 3 années de FAC sans obtention du diplôme escompté. Ce qui théoriquement ne me donne accès qu'au niveau d'étude officiel de titulaire du BAC. Suite à cet échec, je me suis tourné vers des activités professionnelles en relation avec le tourisme et la réception clientèle.
C'est via ces différentes expériences professionnelles que m'est venu le goût du voyage, puis ensuite l'amour pour le Japon, où j'ai passé 6 mois au total. Quelques uns de mes amis y vivent, et ma copine est également originaire de l'archipel en question.
Je ne me suis jamais sentis à ma place en France, non pas que je n'ai pas d'ami ou que je n'aime pas ma famille (qui est par ailleurs formidable), simplement je n'ai jamais réellement réussi à m'inclure dans la société Française (ce qui est, sans doute, une des raisons de mon échec scolaire).
Le Japon est l'un des seuls pays où je me suis sentis à ma place, accepté. D'où mon envie d'aller y vivre de manière permanente.

Je suis revenu de mon dernier voyage au Japon début Mars, soit le commencement de la crise sanitaire. Le timing parfait, puisque le plan originel était de revenir en France pour 3 mois (pendant lesquels j'aurais repris une activité salariale et approfondis ma connaissance de la langue), pour ensuite repartir au Japon via un Working-Holliday visa (qui aurait ensuite pu découler sur un Working visa, ou un visa de mariage).

Bien entendu, à cause du COVID, ce plan est tombé à l'eau. De plus, et c'est toujours le cas actuellement, ma recherche d'emploi est complètement bloquée à cause de ce virus, mon domaine étant le tourisme et la réception hôtelière. Encore maintenant, il est très difficile de trouver un emploi dans ce domaine-ci.

J'ai donc décidé de reprendre mes études, si possible en alternance, ce qui me donnerait en plus un diplôme. Les Japonais en sont très friands, et il est beaucoup plus simple de trouver un emploi avec cette carte en poche.

Seulement voilà, bien qu'un simple BAC+2 pourrait m'ouvrir pas mal de portes dans n'importe quel domaine, j'aimerais tout de même me spécialiser dans un sujet qui, non seulement me plait, mais qui est également recherché au Japon.

Après de nombreuses recherches, et avoir demandé à quelque amis sur place, je sais que les domaines de l'industrie et de la commercialisation sont plutôt prisés. Le soucis c'est que ces axes d'emploi ne sont pas vraiment ma tasse de thé.

J'aimerais me tourner plutôt vers une formation touristique, du style BTS tourisme. Mais je ne sais pas vraiment si il y a de la place pour un gaijin dans ce domaine là, en tout cas pour des emplois "classiques". Je sais par contre que le domaine de l'oenotourisme est plutôt intéressant, mais encore une fois l'oenologie n'est pas vraiment un de mes points forts, ni un de mes centres d’intérêts.

Bref, dans tout les cas la question est la suivante: selon vous, Quelles études faciliteraient une expatriation sur le territoire japonais?
Il est difficile de trouver des informations concrètes sur le sujet, et je me vois mal appeler l'Alliance Française-Japon, le CCI France-Japon et tout ce genre d'organismes sérieux pour des questions de ce style (surtout au vus de comment j'ai été reçu par l'ambassade de France à Tokyo quand j'y suis allé... j'avais l'impression d'avoir fait un retour à Paris).

Quelques petites indications rapides:

J'ai un bon niveau d'Anglais, sûrement un B2 avancé ou un C1 du point de vue TOEIC (c'est d'ailleurs la langue que ma copine et moi nous utilisons pour communiquer).
Mon Japonais, par contre, est plutôt faible. J'arrive à communiquer, lire les Hiragana, Katagana et certains Kanjis, mais au total je ne pense pas atteindre le niveau N4 (je crois que c'est celui-ci le plus bas).

J'ai déjà exercé en tant que professeur de Français/Anglais en indépendant lors de mes voyages au Japon.

Je m'excuse si la question à déjà été posée (j'ai déjà recherché sur le net mais également sur le site, et je n'ai rien vus qui pouvait m'aider).
Merci de m'avoir lus, et en attente de vos réponses.

Par Francis Bonhacter Publié en juillet 2020
Question intéressante ?
4,33/5 (3 votes)
Cette question et les réponses ci-après sont proposées par la communauté des membres Kanpai dans le cadre du module Kotaete. Elles ne reflètent pas nécessairement le point de vue de la rédaction de Kanpai.

Les 16 réponses à la question posée

Andrézuka
07 juillet 2020
21:06

Si ta question est:
Quelles études faciliteraient une expatriation sur le territoire japonais?

Ma réponse est:
Des études en informatique.
Un domaine qui recrute n'importe où dans le monde et qui permet d'avoir un emploi stable sans forcément parler la langue locale.

☑️ Réponse suggérée comme intéressante

Réponse utile ?
3,71/5 (17 votes)
Francis Bonhacter
08 juillet 2020
17:20

Andrézuka: Effectivement, j'ai également vus que les métiers de l'informatique sont très prisés également, ainsi que tout ce qui est marketing multimédia. C'est un domaine qui pourrait également m'intéresser, mais j'ai peur d'avoir affaire à des études plus lourdes et qui ne rentreraient pas forcément dans mon centre d'intérêt.

Je n'avais cependant pas envisagé ce domaine d'expérience-ci, et je vais y jeter un coup d’œil afin de prendre les informations.
Merci pour ta réponse!

Réponse jugée peu pertinente

Réponse utile ?
2/5 (5 votes)
Styven
07 juillet 2020
21:12

Bac+2 ça ne vaut rien au Japon. Ils veulent des ingénieurs minimum.
De plus ton niveau de japonais doit être de minimum N4 si tu veux un baito, quant à un working visa...
Je te conseille une licence LEA et chercher un job de prof.
Dans tout les cas c’est pas facile de pouvoir rester au Japon et le monde du travail y est horrible.
Bon courage ^^

Réponse utile ?
3,47/5 (17 votes)
07 juillet 2020
23:00

Prof c’est bouché au japon, tout le monde veut faire ça au Japon car c’est la facilité pour vivre au Japon. En plus si tu parS du principe quel formation peut me permettre de vivre au Japon déjà t’as tout faux. On Pas fait une formation pour vivre au Japon on vit au japon car on fait un truc qu’on aime.
En plus si tu comptes sur un pvt et visa de mariage (Encore un qui va vouloir se marier pour le visa après son pvt et qui va nous sortir qu’il a trouvé l’amour de sa vie en 2 mois ) pour trouver un boulot sans un bon diplôme tu va vite être un parasite pour le japon. T’as passé 6 mois en touriste au Japon en mode bisounours kawai tu ne sais absolument pas si ta place est au Japon. Les français qui crachent sur la France en se disant que leur place est au Japon après avoir mangé 3 sushis au Japon, vous ne savez rien de la société japonaise.
Le bac +2 ça vaut rien du tout au Japon et sans le japonais jamais t’auras un bon poste au Japon si t’es pas ingénieur et encore. T’as 26 ans et t’as aucun diplôme tu vas rentrer dans le marché du travail sans expérience à plus de 30 ans les recruteurs au Japon vont rien comprendre.
Et si tu compte sur ta copine pour avoir le visa de mariage, tu vas finir en baito paye une misère à cracher sur le Japon comme font beaucoup et ça va se finir en divorce avec enfant kidnappé à pleurer sur les chaînes de télé pour en reprochant le Japon de pas appliquer la convention de la Haye

Réponse jugée peu pertinente

Réponse utile ?
2,17/5 (46 votes)
Francis Bonhacter
08 juillet 2020
17:21

Styven: Ce n'est pas ce qu'on m'a dit lorsque j'ai interrogé quelque personnes vivants déjà sur place, et étant installé depuis plus de 15 ans.
Cependant je conçois que le marché du travail Japonais ait pus évoluer entre maintenant et il y à 10 ans, ce qui semblerait totalement logique au vus du nombre d’expatriés actuels.

Comme dit plus bas, le marché l'enseignement est plutôt bloqué au Japon (bien qu'au final, il n'y ait pas énormément d’expatrié de nationalité Française présents sur le territoire, aux dernière nouvelles).
De plus, les Japonais se tournent de plus en plus vers des enseignants de langues étrangères de leur nationalités, ce qui pour moi met une croix définitive sur le possible plan LEA.
Je me suis intéressé au DAEFLE parce que cette formation diplômante pourrait m'apporter un petit plus et est relativement légère en terme d'investissement, et qui serait donc intéressante à côté d'étude plus lourdes sur lesquelles je pourrais me baser.

Je sais que le monde du travail au Japon est totalement différent de celui en France, j'ai eu l'occasion de le côtoyer durant mes quelque voyages sur l'archipel (bien que pour certaines entreprises plus "jeunes" cette vision du monde du travail tende de plus en plus à changer).
Je te remercie pour ta réponse, en te souhaitant une bonne journée!

Réponse utile ?
3,14/5 (7 votes)
Akiko
07 juillet 2020
21:50

Bonjour,
Comme les commentaires précédents le disent, les japonais aiment recruter les étrangers, mais quasiment uniquement si ces dernier ont un bac+5 (ou beaucoup d’année d’expérience) ainsi qu’un haut niveau de Japonais (N2 minimum). Sans cela, il te sera difficile de t’intégrer sur l’archipel et d’avoir un emploi stable, les baitos aident surtout les étudiants mais sorti des études, ils ne permettent plus de vivre. Cependant j’entends tes arguments et tes souhaits, mais tu décris un échec dans la société française, connais tu réellement la société japonaise ? A bien des égards, elle est beaucoup plus dure et tranchante que la société française, surtout dans le travail notamment ou en France le salarié est nettement privilégié par rapport à son homologue japonais. Pour savoir si on peut s’adapter aux japon, tu devrais d’abord essayer d’y vivre 1 an grand minimum. En effet les japonais sont vraiment gentil avec les touristes m, mais si tu choisis d’y vivre, leurs visions changera avec ton statut et s’adapter à cette société est bien moins aisé qu’en France (a mon humble avis bien sûr).
Concernant les études, il est clair que privilégier les nouvelles technologies/ sciences de l’ingénieur est ce qu’il se fait de mieux (même si avec un Bac L, tu ne sera pas forcément attiré par cela). En espérant avoir répondu à ta question, et en te souhaitant réussite. Cordialement

☑️ Réponse suggérée comme intéressante

Réponse utile ?
3,82/5 (22 votes)
Francis Bonhacter
08 juillet 2020
17:30

Bonjour Akiko,

Je ne prétends pas connaître la société Japonaise, et en effet y partir pendant 1 ans était justement le plan initial comme expliqué dans mon premier post.
Cependant ce plan n'est plus viable désormais, ce pourquoi je cherche à d'abord me "préparer", disons, avant de partir.

Je sais que le monde de l'emploi et de l'entreprise est totalement différent entre la France et le Japon, c'est justement ce que je souhaitais voir au travers d'un Working-Holliday visa.
Typiquement, c'est l'un des seules données importantes qu'il me manquant concernant la société Japonaise, sachant de le monde du travail là-bas y est tellement différent qu'il pouvait justement me dégoûter du pays.

Comme dit plus haut, j'ai eu l'occasion de le côtoyer très brièvement à travers quelque entreprises (celle de ma copine, celles de certains amis), ce qui m'a permit de constater certaines choses et certains faits. Mais, encore une fois, c'est une expérience bien peu suffisante pour me faire une idée concrète (d'ou l'idée du Working-Holliday).

Merci pour ta réponse et pour tes conseils!

Réponse utile ?
2,80/5 (5 votes)
PMeister
13 juillet 2020
08:15

J'ai survolé les différents messages, et il ne sont guère encourageants pour une personne sans diplôme.
Personnellement je suis persuadé que le coeur du projet est le fait de parler et ecrire en japonais. Ce n'est pas une langue si difficile à l'oral. C'est plus compliqué à l'écrit, surtout si lon veut maîtriser les kanjis...
Donc le japonais : surtout pour l'univers du tourisme, c'est par là qu'il faut commencer.
Parler (courant) et écrit (base+ à moyen au début ça suffit).
🇯🇵

Réponse jugée peu pertinente

Réponse utile ?
2/5 (2 votes)
13 juillet 2020
14:48

D’ailleurs en parlant de tourisme, y’a une boîte de tourisme qui vient rentrer dans le marché de ma ville au Japon où il y’a beaucoup d’étrangers, et ils proposent des postes de guide interprète quand ça sera revenu à la normale, des bilingues français, espagnol, italien anglais ect, mais japonais niveau N2 N1 obligatoire pour postuler, on peut faire les heures qu’on veut le week end par exemple. J’ai un entretien la semaine prochaine, je compte faire ça 1-2 h le week end en plus d’être salarié d’une grosse boîte Japonaise ça peut créer des opportunités de business avec des potentiels clients ou relation de travail tout en étant payé 3000 yens de l’heure. Mais c’est le japonais qui permet ça mais par contre c’est pas le genre de boîte à donner des visa et un CDI vu le peut nombre d’heure et le peu de touristes qui vont venir à cause du virus, ça va être une aubaine pour les résident qui y vivent en revenus complémentaire mais pour vivre du tourisme ça va être impossible pendant quelques temps.

Réponse utile ?
2,40/5 (5 votes)
PMeister
13 juillet 2020
08:32

De toute manière avec le contexte actuel, il y a au moins 1 an à attendre avant que le Japon ne retrouve un niveau de fréquentation touristique convenable.
Et il y a de forte probabilités pour que les touristes chinois ne reviennent pas...
Ce qui laisse le temps indispensable à un apprentissage du japonais. Le niveau doit être suffisant pour soutenir des conversations avec les gens du pays.
Les Japonais sont des gens très gentils, patients et attentifs aux détails. S'y rendre en dilettante est donc foncièrement une mauvaise idée. Il faut donc un niveau en quelque chose : pour les métiers du tourisme, c'est la capacité à communiquer, nouer des liens, se rendre sympathique et se rendre utile...
La qualité principale est la langue du pays. La qualité en second est d'être travailleur. La troisième est de se respecter soi-même et sa culture d'origine (ici la France, un pays que les japonais adoooorent : ça rend les choses plus faciles) puisque pour ces métiers le diplôme c'est d'être un 'étranger' (une qualification que les japonais n'ont pas et ne peuvent avoir).
C'est ce que j'en pense... donc :
"Il vous reste 17 mois, 'top Cronos'"...

Réponse utile ?
4,50/5 (4 votes)
07 juillet 2020
23:16

En plus du dis que l’industrie c’est pas ta tasse de thé mais que le Japon te correspond, désolé mais l’industrie au Japon c’est le Japon, j’y travaille depuis 5 ans dans l’industrie je suis dans un bureau mais touche des machines Un tout petit peu et apprend pleins de chose surtout des trucs que les pays étrangers n’apprendront jamais car le Japon est devant dans beaucoup de domaine et les garde secret. Déjà si tu rechignent à vouloir un secteur qui est un des secteurs clés du Japon t’es pas prêt de vivre au Japon. Et l’industrie c’est pas que mettre tes mains dans la graisse. Je suis en marketing je voyage au Japon et à l’étranger pour les salons, je fais du montage vidéo pour la boîte et de la pub.

Réponse jugée peu pertinente

Réponse utile ?
1,73/5 (33 votes)
Francis Bonhacter
08 juillet 2020
17:41

Bonjour Adri,

Au vus de son contenu, je vais passer outre la plupart de ton précédent message qui ne comporte que peu d'intérêt concernant ma question.

Encore une fois, je comprends bien que le domaine de l'industrie et des nouvelles technologies est l'axe principal du marché étranger au Japon.
Ce que je souhaitais exprimer en utilisant l'expression "pas ma tasse de thé" c'est que ce n'est pas mon domaine de compétence, et que j'aimerais savoir s'il était possible de percer dans un autre domaine que ce dernier, et, si possible, dans un domaine qui m'était familier.

Je te remercie en tout cas pour ta réponse qui met un terme à cette interrogation.

Réponse utile ?
2,80/5 (5 votes)
09 juillet 2020
05:47

Outre mon message, utiliser ta copine pour obtenir un visa si le visa de travail n’est pas accessible excuse moi mais ça s’appelle un mariage blanc et c’est un crime au Japon

Réponse jugée peu pertinente

Réponse utile ?
1,39/5 (31 votes)
Alan
08 juillet 2020
11:29

Adri3191 a pas tort, si il y a bien un domaine ou tu as tes chances au Japon c’est bien l’industrie. En prod, en planning, en qualité, en supply chain.. si tu es motivé je recommande de préparer le CPIM , diplôme ultra reconnu aux US et par effet domino connu au Japon. Il y a aussi le PMI en gestion de projet. Attention c’est pas donné dans une pochette surprise mais ça t’ouvre pas mal de portes, ça plus l’anglais les recruteurs y sont sensibles. Maintenant on a Rien sans rien, enfin ça tu le sais.

Réponse utile ?
3,44/5 (9 votes)
Francis Bonhacter
08 juillet 2020
17:41

Merci beaucoup pour ces informations, Alan, j'irais voir de plus près ces études-ci.
Bonne journée!

Réponse utile ?
4/5 (1 vote)
F
09 juillet 2020
02:49

Bonjour, si vous êtes bon en anglais, et à condition que vous maitrisiez le japonais (niveau N1), pourquoi ne pas vous diriger vers la traduction en entreprise ? avec les paires de langues japonais français et japonais anglais, il y a du travail,et qui peut offrir de (très) bonnes conditions. Par contre, et ça a été dit au dessus, un visa travail sans une licence minimum me semble compliqué.

Réponse utile ?
4/5 (12 votes)

Ajouter un commentaire

Inscrit sur le site ? Identifiez-vous, sinon inscrivez-vous !
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
La publicité est interdite. Un lien vers votre site / blog est autorisé uniquement s'il se justifie dans votre réponse, auquel cas un lien retour vers Kanpai.fr est exigé.